En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Langue
 
 

Blog - Langue


 4 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!

'Prêt à' versus 'près de'  -  par   JulienConstant

'Prêt à'  versus 'près de'

La clé première de tout apprentissage est l'imitation, qui s'ancre dans la mémoire par la répétition. Bref le rabâchage ne mérite la mauvaise réputation que les pseudo-pédagogues lui ont faite.

Mais la mémoire animale fonctionne en permanence ; elle enregistre tout, sans discernement. Sand référence comparative solide acquise par l'apprentissage volontaire, les événements répétitifs s'impriment dans notre esprit et remplacent les savoirs consolidés, les reléguant d'abord dans la mémoire passive, puis les enfouissant si loin profondément qu'ils se perdent. J'en note sur ces pages de nouveaux exemples, qui me brûlent les oreilles, surtout quand c'est un instituteur en retraite qui les régurgite en toute inconscience :

"Nous ne sommes pas prêts (en capacité) de voir Mamy."  L'orthographe juste était 'près' (proximité spatiale ou temporelle).  C'est le résultat du mécanisme exposé plus haut.

Même les grands auteurs, qu'on ne lit plus guère, commettaient cette erreur.

Aujourd'hui elle se répand extrêmement vite, car nous entendons "elles ne sont pas prêtes de... " tous les jours ; il suffit d'allumer la télé ou la radio.

Lire la suite

'Prêt à'  versus 'près de'

La clé première de tout apprentissage est l'imitation, qui s'ancre dans la mémoire par la répétition. Bref le rabâchage ne mérite la mauvaise réputation que les pseudo-pédagogues lui ont faite.

Mais la mémoire animale fonctionne en permanence ; elle enregistre tout, sans discernement. Sand référence comparative solide acquise par l'apprentissage volontaire, les événements répétitifs s'impriment dans notre esprit et remplacent les savoirs consolidés, les reléguant d'abord dans la mémoire passive, puis les enfouissant si loin profondément qu'ils se perdent. J'en note sur ces pages de nouveaux exemples, qui me brûlent les oreilles, surtout quand c'est un instituteur en retraite qui les régurgite en toute inconscience :

"Nous ne sommes pas prêts (en capacité) de voir Mamy."  L'orthographe juste était 'près' (proximité spatiale ou temporelle).  C'est le résultat du mécanisme exposé plus haut.

Même les grands auteurs, qu'on ne lit plus guère, commettaient cette erreur.

Aujourd'hui elle se répand extrêmement vite, car nous entendons "elles ne sont pas prêtes de... " tous les jours ; il suffit d'allumer la télé ou la radio.

Fermer

Publié le 09/12/2020 19:05   | |