En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles des Amis -
 
 

Nouvelles des Amis -

Chimpanzé du Présent


Sur la planète des humains, on ne pourra pas demander la lune.


All inclusive! - par JulienConstant le 09/10/2020 11:43 

All inclusive!

Réponse à Philomène Blanchart (son message dans le courrier des lecteurs de La Décroissance figure ci-dessous)

Philomene_.jpg

L'impossible inclusivité  


Lettre ouverte à ceux qui accusent La Décroissance et ses lecteurs d'être violents, homophobes, racistes, Amish, etc.


Chère P., chers lecteurs,

L'aviez-vous remarqué ? Les meilleurs avocats de l'anti-inclusivisme sont ses adeptes.

La Décroissance publie aussi les messages de ses détracteurs, de ceux qui renoncent à lire ce journal. Peut-on en dire autant de la presse à pub ? (par exemple La Voix du Nord n'a jamais publié mes réactions). Ainsi donc Madame, je prends connaissance de votre message et je reçois votre colère en pleine figure car, lecteur assidu depuis 6 ans, je me sens visé par votre message. (N°173 octobre 2020 - courrier des lecteurs).

Votre colère est compréhensible

Toucher à la langue, c'est toucher à notre moi, notre personne intime. Ce sujet a toujours suscité  des réactions provoquées par l'émotion, y compris chez moi. Cela posé, vous tombez dans le travers dont vous accusez Vincent Cheynet ("violent, excluant, homophobe"), ce à quoi il est habitué, et débordez même jusqu'au mépris ("Eduquez-vous bordel !" 'Instruisez-vous' eut d'ailleurs été peut-être plus approprié.) Hélas, vous ne citez pas les propos qui vous choquent et une relecture de l'article incriminé ne m'éclaire pas. Je n'y vois nulle insulte, nul viol ; bien au contraire, j'y reconnais ma joie de vivre, l'amour, le respect, l'absence de complaisance et de naïveté. Comment être tendre avec des gens qui mentent effrontément, bétonnent, électrisent, et continuent benoîtement la destruction de la planète ? S'occuper des vélos (je suis cycliste) n'autorise pas tout.

Ah si, [...] qui transforme notre langue en sabir technique pour manuel politiquement correct à l'usage des refoulés de la quéquette. [...] Voilà peut-être l'objet du délit. Les "anti-tech", (remarquez que je me sers assez bien d'un ordinateur) seraient des masculinistes. Mais l'outrance de vos propos est sans commune mesure avec cette remarque que je trouve très juste, si toutefois, c'est ça qui vous fâche à ce point. 

Cela dit les ennemis du monde-machine en prennent plein la figure au propre comme au figuré depuis toujours, et ça n'est pas près de s'arrêter.

Notre esprit est bel et bien une Zone À Défendre. 

Après trente-six-mille heures d'enseignement et environ six-mille élèves, je reste sidéré que même des collègues puissent adhérer à cette chimère. La langue est vivante comme ils disent, et justement, on ne la bricole pas si facilement, elle ne se laisse pas faire n'importe quoi ; on n'a jamais fini de l'apprendre, de jouir de ses richesses et de ses subtilités. Alors, après avoir voulu simplifier, en vain, l'orthographe (une autre chimère) que la mémoire humaine est parfaitement capable de maîtriser, (cessons de nous sous-estimer), il faudrait pratiquer une écriture inclusive ? 
Inclusive : encore un anglicisme de la novlangue croissanciste anglo-américaine ; inclusif existait certes déjà dans la métalangue de la grammaire, mais il s'opposait à exclusif. Pour n'en citer que trois, lisons le non-violent et savoureusement facile à lire livre de Bernard Cerquiglini, LE LA Ministre est enceinte.  Lisons Alain Borer, De quel amour blessée,  lisons Contre la Pensée Unique Claude Hagège.

L'aviez-vous remarqué ? Les meilleurs avocats de l'anti-inclusivisme sont ses adeptes.

Je n'ai jamais été Charlie, et on me l'a reproché ; mais je suis abonné à Charlie Hebdo. On ne m'en a pas félicité.
Je ne suis pas un décroissant (j'achète des choses sur Amazon), mais je suis abonné à ce journal qui me déconditionne, me déconfine, décolonise mon esprit, et me fait adopter des comportements qui agacent ou amusent mon entourage, comme quand ils constatent que je n'ai pas de Linky. C'est de ma liberté qu'il s'agit. Plagiant le groupe Pièces et Main-d'OEuvre (piecesetmaindoeuvre.com), je me sens regardé comme un Chimpanzé du présent. (cf.mon site où je cite les écrits des inclusivistes, qui démontrent eux-mêmes qu'ils ne parviennent pas à écrire inclusivement, tout comme vous chère P. !)


 Voilà qui règle la question : les inclusivistes eux-mêmes se trahissent à leur insu.

Je cite P., lectrice de LA décroissance: "[...] c'est néanmoins à l'adoption d'une règle municipale que vous choisissez de vous attaquer. Dans une ville où l'on crève d'asthme et de chaleur, drôle de choix editorial. [...]  Il est vrai que votre choix, Monsieur, manquait au débat public en la matière. "[...]
Non P., contrairement à ce que vous avancez, la voix de La Décroissance ne manquait nullement au débat public en la matière, avec des allusions fréquentes et au moins un article : N° 147 – mars 2018 - Un monde de fakes ! Page 6 : Saloperie : L’écriture inclusive, par Raoul Anvélaut. 

Vous écrivez "marches des fiertéEs" pour  joindre le geste à la parole, mais voyez-vous même, je vous cite, et appliquant VOTRE "règle, je vous corrige en majuscules :


"[...] celle des Breton-NE-S, des Corses, des basques, des Normand-E-S, des Limousin-E-S, puis des Indien-NE-S, des Berbères, des Italien-NE-S, des Polonais-E-S[...]
  [...] nous sommes  parmi vous toujours en danger, toléré-E-S à condition d'être discre-È-T-E-S, invisibles, caché-E-s, fin-E-S, réduit-E-S à presque rien  [...]

Vous verrez ici que d'autres défenseurs de l'inclusivité orthographique se décrédibilisent de la même façon. C'est normal : ils expérimentent à leur insu, l'impossibilité de l'écriture inclusive. Là, il ne s'agit pas ici de théorie, nous sommes bien dans le concret n'est-ce pas ?

J'ajoute donc votre contribution aux arguments des anti-inclusions et vous en remercie. Elle figure maintenant dans mon florilège vivant des perles inclusives.

Et je note tout de même l'exagération hyperbolique de vos propos, qui ont surpris les femmes de mon entourage, et aussi la violence de vos injonctions, expressions de votre forte implication dans ce débat, certes louable, -tant de gens se laissent faire paresseusement- mais aussi réfutation involontaire de votre appel à la tendresse, à la douceur, à l'intelligence et à l'amour.

Car j'ai beau relire le texte de Vincent Cheynet, j'y vois des faits, étayés par leurs sources, comme le veut le journalisme authentique, et je ne trouve ni violence verbale, ni insultes...   Ou alors serait-ce ceci ?  [...] cette horrible règle syntaxique qui transforme notre belle langue en sabir technique pour manuel politiquement correct de refoulés de la quéquette."  [...]   La confusion sexe-genre a en effet de quoi agacer. J'ai passé ma vie professionnelle et je continue bénévolement à enseigner le français à des gens qui n'ont vraiment pas besoin de cette couche supplémentaire de complexité. Le genre est une notion grammaticale, le sexe c'est biologique,  ou machninologique si vous tenez vraiment à l'industrialiser.  Les horreurs "masculiniques" du passé, loin d'avoir disparu de la planète ne seront à l'évidence éradiquées par aucune manipulation linguistique. 

Observons que tout est inclusif dans les discours de nos "élites".

Oui l'inclusivité est précisément l'amie du productivisme qui domine partout sur la planète, ou l'exclusion règne en maître.
  Ecole inclusive, éducation inclusive, société inclusive, publicité inclusive, entreprise inclusive, personne inclusive, politique inclusive, mobilité inclusive...   Tout passe. Tout ce qui peut se vendre : c'est du "tout compris" : all inclusive!

 Mais ce journal a réussi en peu de temps à porter la question des limites sur la place publique comme cela n'avait jamais encore été fait en diffusant le mot décroissance. Et les centaines de contributeurs qu'on y découvre sont loin d'être tous invités sur les plateaux de télévision... Mais tous nous démontrent que rien n'échappe au totalitarisme de notre temps, pas même l'orthographe. 

La querelle du sexe et du genre dure depuis des siècles. La féminisation des noms de métier s'intègre enfin, il était temps, rapidement au français, alors que l'écriture inclusive, dont les marques multiformes et changeantes ne semblent pas pouvoir se stabiliser, défraie régulièrement la chronique, effraie les gens dont beaucoup se sentent obligés de tenter de s'y conformer par peur d'être montré de votre doigt vindicatif, et vous fait pousser des cris d'orfraie.

    Plus la société s'émiette, s'atomise, se communautarise, se "séparatise" sous les coups inlassables de nos élites starteupeuses, plus "l'éthique" de l'inclusion tente de masquer les exclusions dont les victimes ne se raréfient pas bien au contraire.
 Ces "inclusions" ne masquent-elles pas aussi la réclusion technico-numérique, le confinement devant les écrans auxquels nous nous laissons condamner ? Vous écrivez notamment: "[...] votre langue me blesse, me nie, me viole."
La violence ne se manifeste-t-elle pas aussi ailleurs que dans la langue ? Et ne sont-ce que des haillons qui tombent par milliers  dans la mer de la poupe des esquifs qui fuient toutes les violences physiques ?


   Si, Philomène, l'écriture inclusive fait beaucoup de mal à beaucoup de monde, elle contribue à affaiblir et à dévaloriser l'apprentissage du français, déjà si mal en point ; elle est l'un des outils de la propagande qui fait de nous des zombisounours, et  elle présente aussi l'avantage, pour nos élites-médiatico-politiques de nous divertir. Pendant qu'on s'écharpe sur le sujet, et alors que la tenue du crayon est, elle aussi, remise en cause (on peut le tenir n'importe comment…et c'est bien triste de voir tous ces gamins qui tiennent ça comme un burin.)  les tenants de la suppression  de l'apprentissage de l'écriture tout court œuvrent…
 

Et je me demande dans quel camp sont tous ces gens qui affichent ce désir d'affichage omniprésent du féminin alors qu'ils sont incapables, comme vous, d'y parvenir.
Parce c'est linguistiquement impossible comme vous le démontrez brillamment. Sinon vous le faites exprès et donc, vous trahissez votre "cause"...

All inclusive! - par JulienConstant le 09/10/2020 11:43 

All inclusive!

Réponse à Philomène Blanchart (son message dans le courrier des lecteurs de La Décroissance figure ci-dessous)

Philomene_.jpg

L'impossible inclusivité  


Lettre ouverte à ceux qui accusent La Décroissance et ses lecteurs d'être violents, homophobes, racistes, Amish, etc.


Chère P., chers lecteurs,

L'aviez-vous remarqué ? Les meilleurs avocats de l'anti-inclusivisme sont ses adeptes.

La Décroissance publie aussi les messages de ses détracteurs, de ceux qui renoncent à lire ce journal. Peut-on en dire autant de la presse à pub ? (par exemple La Voix du Nord n'a jamais publié mes réactions). Ainsi donc Madame, je prends connaissance de votre message et je reçois votre colère en pleine figure car, lecteur assidu depuis 6 ans, je me sens visé par votre message. (N°173 octobre 2020 - courrier des lecteurs).

Votre colère est compréhensible

Toucher à la langue, c'est toucher à notre moi, notre personne intime. Ce sujet a toujours suscité  des réactions provoquées par l'émotion, y compris chez moi. Cela posé, vous tombez dans le travers dont vous accusez Vincent Cheynet ("violent, excluant, homophobe"), ce à quoi il est habitué, et débordez même jusqu'au mépris ("Eduquez-vous bordel !" 'Instruisez-vous' eut d'ailleurs été peut-être plus approprié.) Hélas, vous ne citez pas les propos qui vous choquent et une relecture de l'article incriminé ne m'éclaire pas. Je n'y vois nulle insulte, nul viol ; bien au contraire, j'y reconnais ma joie de vivre, l'amour, le respect, l'absence de complaisance et de naïveté. Comment être tendre avec des gens qui mentent effrontément, bétonnent, électrisent, et continuent benoîtement la destruction de la planète ? S'occuper des vélos (je suis cycliste) n'autorise pas tout.

Ah si, [...] qui transforme notre langue en sabir technique pour manuel politiquement correct à l'usage des refoulés de la quéquette. [...] Voilà peut-être l'objet du délit. Les "anti-tech", (remarquez que je me sers assez bien d'un ordinateur) seraient des masculinistes. Mais l'outrance de vos propos est sans commune mesure avec cette remarque que je trouve très juste, si toutefois, c'est ça qui vous fâche à ce point. 

Cela dit les ennemis du monde-machine en prennent plein la figure au propre comme au figuré depuis toujours, et ça n'est pas près de s'arrêter.

Notre esprit est bel et bien une Zone À Défendre. 

Après trente-six-mille heures d'enseignement et environ six-mille élèves, je reste sidéré que même des collègues puissent adhérer à cette chimère. La langue est vivante comme ils disent, et justement, on ne la bricole pas si facilement, elle ne se laisse pas faire n'importe quoi ; on n'a jamais fini de l'apprendre, de jouir de ses richesses et de ses subtilités. Alors, après avoir voulu simplifier, en vain, l'orthographe (une autre chimère) que la mémoire humaine est parfaitement capable de maîtriser, (cessons de nous sous-estimer), il faudrait pratiquer une écriture inclusive ? 
Inclusive : encore un anglicisme de la novlangue croissanciste anglo-américaine ; inclusif existait certes déjà dans la métalangue de la grammaire, mais il s'opposait à exclusif. Pour n'en citer que trois, lisons le non-violent et savoureusement facile à lire livre de Bernard Cerquiglini, LE LA Ministre est enceinte.  Lisons Alain Borer, De quel amour blessée,  lisons Contre la Pensée Unique Claude Hagège.

L'aviez-vous remarqué ? Les meilleurs avocats de l'anti-inclusivisme sont ses adeptes.

Je n'ai jamais été Charlie, et on me l'a reproché ; mais je suis abonné à Charlie Hebdo. On ne m'en a pas félicité.
Je ne suis pas un décroissant (j'achète des choses sur Amazon), mais je suis abonné à ce journal qui me déconditionne, me déconfine, décolonise mon esprit, et me fait adopter des comportements qui agacent ou amusent mon entourage, comme quand ils constatent que je n'ai pas de Linky. C'est de ma liberté qu'il s'agit. Plagiant le groupe Pièces et Main-d'OEuvre (piecesetmaindoeuvre.com), je me sens regardé comme un Chimpanzé du présent. (cf.mon site où je cite les écrits des inclusivistes, qui démontrent eux-mêmes qu'ils ne parviennent pas à écrire inclusivement, tout comme vous chère P. !)


 Voilà qui règle la question : les inclusivistes eux-mêmes se trahissent à leur insu.

Je cite P., lectrice de LA décroissance: "[...] c'est néanmoins à l'adoption d'une règle municipale que vous choisissez de vous attaquer. Dans une ville où l'on crève d'asthme et de chaleur, drôle de choix editorial. [...]  Il est vrai que votre choix, Monsieur, manquait au débat public en la matière. "[...]
Non P., contrairement à ce que vous avancez, la voix de La Décroissance ne manquait nullement au débat public en la matière, avec des allusions fréquentes et au moins un article : N° 147 – mars 2018 - Un monde de fakes ! Page 6 : Saloperie : L’écriture inclusive, par Raoul Anvélaut. 

Vous écrivez "marches des fiertéEs" pour  joindre le geste à la parole, mais voyez-vous même, je vous cite, et appliquant VOTRE "règle, je vous corrige en majuscules :


"[...] celle des Breton-NE-S, des Corses, des basques, des Normand-E-S, des Limousin-E-S, puis des Indien-NE-S, des Berbères, des Italien-NE-S, des Polonais-E-S[...]
  [...] nous sommes  parmi vous toujours en danger, toléré-E-S à condition d'être discre-È-T-E-S, invisibles, caché-E-s, fin-E-S, réduit-E-S à presque rien  [...]

Vous verrez ici que d'autres défenseurs de l'inclusivité orthographique se décrédibilisent de la même façon. C'est normal : ils expérimentent à leur insu, l'impossibilité de l'écriture inclusive. Là, il ne s'agit pas ici de théorie, nous sommes bien dans le concret n'est-ce pas ?

J'ajoute donc votre contribution aux arguments des anti-inclusions et vous en remercie. Elle figure maintenant dans mon florilège vivant des perles inclusives.

Et je note tout de même l'exagération hyperbolique de vos propos, qui ont surpris les femmes de mon entourage, et aussi la violence de vos injonctions, expressions de votre forte implication dans ce débat, certes louable, -tant de gens se laissent faire paresseusement- mais aussi réfutation involontaire de votre appel à la tendresse, à la douceur, à l'intelligence et à l'amour.

Car j'ai beau relire le texte de Vincent Cheynet, j'y vois des faits, étayés par leurs sources, comme le veut le journalisme authentique, et je ne trouve ni violence verbale, ni insultes...   Ou alors serait-ce ceci ?  [...] cette horrible règle syntaxique qui transforme notre belle langue en sabir technique pour manuel politiquement correct de refoulés de la quéquette."  [...]   La confusion sexe-genre a en effet de quoi agacer. J'ai passé ma vie professionnelle et je continue bénévolement à enseigner le français à des gens qui n'ont vraiment pas besoin de cette couche supplémentaire de complexité. Le genre est une notion grammaticale, le sexe c'est biologique,  ou machninologique si vous tenez vraiment à l'industrialiser.  Les horreurs "masculiniques" du passé, loin d'avoir disparu de la planète ne seront à l'évidence éradiquées par aucune manipulation linguistique. 

Observons que tout est inclusif dans les discours de nos "élites".

Oui l'inclusivité est précisément l'amie du productivisme qui domine partout sur la planète, ou l'exclusion règne en maître.
  Ecole inclusive, éducation inclusive, société inclusive, publicité inclusive, entreprise inclusive, personne inclusive, politique inclusive, mobilité inclusive...   Tout passe. Tout ce qui peut se vendre : c'est du "tout compris" : all inclusive!

 Mais ce journal a réussi en peu de temps à porter la question des limites sur la place publique comme cela n'avait jamais encore été fait en diffusant le mot décroissance. Et les centaines de contributeurs qu'on y découvre sont loin d'être tous invités sur les plateaux de télévision... Mais tous nous démontrent que rien n'échappe au totalitarisme de notre temps, pas même l'orthographe. 

La querelle du sexe et du genre dure depuis des siècles. La féminisation des noms de métier s'intègre enfin, il était temps, rapidement au français, alors que l'écriture inclusive, dont les marques multiformes et changeantes ne semblent pas pouvoir se stabiliser, défraie régulièrement la chronique, effraie les gens dont beaucoup se sentent obligés de tenter de s'y conformer par peur d'être montré de votre doigt vindicatif, et vous fait pousser des cris d'orfraie.

    Plus la société s'émiette, s'atomise, se communautarise, se "séparatise" sous les coups inlassables de nos élites starteupeuses, plus "l'éthique" de l'inclusion tente de masquer les exclusions dont les victimes ne se raréfient pas bien au contraire.
 Ces "inclusions" ne masquent-elles pas aussi la réclusion technico-numérique, le confinement devant les écrans auxquels nous nous laissons condamner ? Vous écrivez notamment: "[...] votre langue me blesse, me nie, me viole."
La violence ne se manifeste-t-elle pas aussi ailleurs que dans la langue ? Et ne sont-ce que des haillons qui tombent par milliers  dans la mer de la poupe des esquifs qui fuient toutes les violences physiques ?


   Si, Philomène, l'écriture inclusive fait beaucoup de mal à beaucoup de monde, elle contribue à affaiblir et à dévaloriser l'apprentissage du français, déjà si mal en point ; elle est l'un des outils de la propagande qui fait de nous des zombisounours, et  elle présente aussi l'avantage, pour nos élites-médiatico-politiques de nous divertir. Pendant qu'on s'écharpe sur le sujet, et alors que la tenue du crayon est, elle aussi, remise en cause (on peut le tenir n'importe comment…et c'est bien triste de voir tous ces gamins qui tiennent ça comme un burin.)  les tenants de la suppression  de l'apprentissage de l'écriture tout court œuvrent…
 

Et je me demande dans quel camp sont tous ces gens qui affichent ce désir d'affichage omniprésent du féminin alors qu'ils sont incapables, comme vous, d'y parvenir.
Parce c'est linguistiquement impossible comme vous le démontrez brillamment. Sinon vous le faites exprès et donc, vous trahissez votre "cause"...

(09/10/2020 11:43)

L'impossible écriture inclusive - par JulienConstant le 09/10/2020 07:15 

L'impossible écriture inclusive : la mise en abyme de l'incohérence...

09/10/2020 Je mets à jour cet article suite à la lecture de celui de Vincent Cheynet au sujet d'EELV page 6 du N°172 du journal de la Joie de Vivre : La Décroissance. (L'un des rarissimes vrais journaux en France)

Voir aussi Réponse à Philomène qui critique l'article ci-dessous

V.Cheynet-Ecriture inclusive_.jpg

Je m'adresse à tous, refusant de suivre cette mode débile du toussétoutes, françaises-français, et autres brouillages de repères, imposée par le système productiviste-extractiviste lui-même, et que croient combattre les "progressistes" du cellezéceux et autres idioties précieusement ridicules. Sauf quand il s'agit de motivations politiques libertaires, expression du transhumanisme machinal.le_ministre_est_enceinte.jpg

Veillons à ne pas inclure la bienvenue féminisation des noms de métiers, justifiée et enfin intégrée à la langue après des siècles de combats et d'arguties. Car concrètement le français se féminise facilement ; les obstacles n'étaient que socio-politiques. (cf. B. Cerquiglini - LE  LA MINISTRE EST ENCEINTE 

Notons quand même que malgré le rabâchage que nous imposent les animateurs-politiciens-ingénieurs-scientifiques-journaleux-artistes radio-télé, et certains soi-disant anticapitalistes de toutes obédiences, cette pathologie linguistique ne gagne pas la presse, les romans, bref l'essentiel de l'écrit et évidemment de l'oral.

Ouf ! Car c'est tout bêtement impossible ! La mouvance inclusivo-féminisante, (qui a quand même déjà fait modifier les formulaires administratifs) grouille d'une foultitude de créations diverses qu'elle sécrète sans répit, dont aucun des tenants de ce serpent de mer historique ne maîtrise a fortiori la totalité.

Pour rappel, une règle, c'est étymologiquement une régularité, parfois imposée, ou plus souvent simplement décelée et formulée à des fins pédagogiques. Or ici, on se perd dans la jungle de ce charabia bricolé et indicible (points, tirets, barres obliques. parenthèses...).

Parce que c'est impossible, physiquement.

Aucun de ces suiveurs de mode, des deux sexes donc, (puisqu'il n'y a que des chromoshommes et des chromosfemmes), adeptes inconscients du politiquement correct, depuis le malvoyantisme jusqu'au en-situation-de-handicapisme,  (ces laquais innocents de la dictature du monde-machine) ne se posent de questions. Ça ne les gêne pas de ne pouvoir lire à voix haute leur charabia et de s'escrimer à appliquer une "règle" en débat récurrent. Cette jungle de pseudo-solutions à un faux problème se heurte pourtant tout simplement à ... son impossibilité.
 

A moins de faire comme l'auteur de "La Disparition" : travailler le texte pour n'utiliser que des mots épicènes ; ce qui ne fait que confirmer l'impossibilité.

La parole est en effet un caractère naturel de l'homme ; exactement comme la respiration.  Car on parle littéralement comme on respire, sans y ...penser... ; et on inspire... tous les polluants dans lesquels on baigne.
Pourtant, nous avons beau respirer naturellement sans y penser, nous ne sommes pas pour autant pneumologues !

Et bien que nous parlions naturellement, nous ne sommes pas pour autant linguistes. Or qui sont les prescripteurs aujourd'hui ?  Tout le monde, (et notamment les gens de "gauche", mais les spécialistes de métier ont bien du mal à se faire entendre dans le brouhaha multiforme des médias électroniques où le contributeur profane jouit du même statut que le linguiste, souvent considéré comme un archaïque coupeur de cheveux en quatre.

Pourtant les linguistes étudient passionnément la langue et l'histoire de la langue à longueur de vie. Et ceux qui lisent et écoutent vraiment se rendent bien compte de la langue française reste exclusivement non inclusive.  Simplement parce qu'une langue suit toujours une tendance à se simplifier, par l'érosion linguistique que sa vie même provoque. La rendre plus complexe, et qui pire est, la rendre muette, n'est pas possible.

Alain Borer (De quel amour blessée) démontre magistralement le caractère imbécile (et contre-productif, car il ne suffit pas de chasser "le mâle" dans la langue pour qu'advienne la justice, ça se saurait non ?) de ce communautarisme linguistique en évoquant l'essence du français : le parlécrit. Plus que dans toute autre langue, en français, l'oral et l'écrit sont intimement liés.

Avec trente-six-mille heures d'enseignement au compteur, étudiant permanent en langues, je me borne à citer plus bas les preuves de l'impossibilité de l'écriture inclusive, preuves fournies par ses adeptes eux-mêmes dans presque tous leurs écrits. L'application de ce fantasme égalitaire les oblige à éradiquer toute trace de masculin de la langue française leur fait prendre pour de la domination masculine, même s'il y avait des mesures à prendre en ce domaine, ce qui a été fait. Même si l'Académie française a mis du temps à ouvrir les yeux  (Académie française écrivait encore en 2014  : elle rejette un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes.).

Pendant ce temps, ne nous voilons pas la face, la femme reste victime de toutes les abominations que l'on sait. 

Le lecteur pourra aussi s'amuser à prendre en défaut les fanatiques de ce gag langagier, à prendre en flagrant délit de violation de leur propre "règle" les incohérents inclusivistes.

Nous savons tous respirer ; cela de fait pas de nous des pneumologues.
Nous savons tous parler ; cela ne fait pas de nous des linguistes.

Les inclusivistes sont des hommes et des femmes. Non seulement leurs "règles" varient suivant les groupes "d'adeptes", mais surtout, des occurrences à féminiser selon ces barbarismes grammaticaux leur échappent presque toujours, dénonçant, à leur aveuglante insu, le caractère fantasmatique de leur vision déplacée de l'égalité homme-femme, et de l'ignorance absolue de l'histoire des langues, de la notion de genre, grammaticale et non biologique, et des contraintes linguistiques physiques, logiques, et objectives qui limitent cette notion.

Et inconscients aussi de la manipulation politique qu'ils subissent de la part des transhumanistes (promoteurs de la confusion juteuse mais grotesque entre genre et sexe, qui aboutit à la destruction de la notion de sexe alors que nous sommes tous issus d'un homme et d'une femme, et que c'est déjà assez compliqué comme ça...).

Enfin, participer à cette entreprise d'atomisation de la langue, c'est l'affaiblir, en dévaluant encore davantage les régularités du français (les "règles" de grammaire), et donc rendre encore plus délicate notre capacité à... communiquer.

Démontrer, c'est bien, montrer c'est encore mieux. Sans même prendre la peine de raisonner donc, il suffit de constater et de mettre en rouge leurs incohérences, ou de montrer leurs oublis...

Remarques :
1. Aucune femme ne se plaint du sexisme d'une personne qui refuse la féminisation abusive.
2. Personne ne réagit quand on entend ou lit : "Bonjour à tous !" et aucune femme ne sort, même quand on évoque les Droits de l'Homme ! Alors que nous vivons sous la dictature des ignorants qui, sur les forums, tentent de cacher leur paresse sous la hargne avec des mots comme "haine, racisme, aigreur, etc.", illustrant surtout leur posture suiviste, nombreux sont ceux qui tiennent à leur liberté et qui savent où elle se vit et se défend...
3. Oui, l'agacement provoqué par ces violences perpétrées sans répit contre la langue se transforme en colère et ces crimes contre la pensée, qui semble se recroqueviller à l'extrême bien souvent.

Quelques avis de spécialistes

L'Académie française détaille patiemment l'histoire, les tenants et les aboutissants de la question : malheureusement les grands médias confondent, avec la fierté des "innovants", la libre expression avec l'excrétion verbale, et leurs vraies informations défèquent niouzes sur niouzes... 

Académie française  10/10/2014 - extrait : elle rejette un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes. 
L'Académie a revu sa copie depuis. 

Simone Veil 2010  : [...] sans donner dans le travers qui consiste à faire semblant de croire que la féminisation des mots est un accélérateur de parité. [...]

Michel Serres 2018 : [...] Un des arguments affichés pour que le masculin l’emporte sur le féminin, est que le masculin joue le rôle du neutre, absent de la langue française. Aucun traité de linguistique ni de grammaire ne relate cette absurdité, car il existe, chez nous, des mots dits « épicènes »[...]

Alain Rey [...] L'écriture inclusive va-t-elle mourir d'elle-même ?

Elle est une surréaction, certes compréhensive idéologiquement et moralement, mais à côté de la plaque. Elle est inutile, ne serait-ce que parce qu'elle ne peut pas se représenter à l'oral. Un texte en écriture inclusive ne peut pas se parler. C'est donc une complication ridicule et inutile sur un système qui est déjà, pour des raisons historiques, terriblement compliqué. Cette écriture méconnaît la réalité des choses.
On ne va pas aller saccager 1000 ans d'histoire au nom de quelques années de réflexion idéologique par un usage imposé par une toute petite minorité ! Ça ne marchera pas. Mais je ne dis pas que je suis contre.

 Jean-François Revel  Le sexe des mots : "Le respect de la personne humaine est-il réservé aux femmes, et celui des droits de l’homme aux hommes ? Absurde!"

 A l’université, les passions égalitaristes rendent la langue illisible et imprononçable » Dans une tribune au « Monde », les universitaires Yana Grinshpun, Céline Masson et Jean Szlamowicz dénoncent une « prise en otage » du français qui repose sur une confusion entre le sexe et le genre grammatical. https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/07/11/a-l-universite-les-passions-egalitaristes-rendent-la-langue-illisible-et-imprononcable_5487960_3232.html

Coupe du monde féminine 2019 : la féminisation de la langue gagne du terrain Par Adrien Pécout - Le Monde La médiatisation du football féminin a entraîné la féminisation des termes employés dans ce sport. Mais certains arbitrages sont encore à faire, observe Adrien Pécout, journaliste au « Monde ». https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/06/05/coupe-du-monde-feminine-2019-la-feminisation-de-la-langue-gagne-du-terrain_5471528_3232.html

Visibilité des femmes à travers le langage, tout est affaire d’intelligence et de contexte
« Si l’on veut défendre la visibilité des femmes à travers le langage, tout est affaire d’intelligence et de contexte » Linguiste, chercheur au CNRS, Patrick Charaudeau réplique, dans une tribune au « Monde », au texte précédemment publié le 12 juillet par Eliane Viennot et Benjamin Moron-Puech en faveur de « l’écriture égalitaire ». https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/07/17/si-l-on-veut-defendre-la-visibilite-des-femmes-a-travers-le-langage-tout-est-affaire-d-intelligence-et-de-contexte_5490409_3232.html

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Voir aussi :

Réponse à Philomène
Contre la pensée unique - Claude Hagège
De quel amour blessée - Alain Borer
LE LA Ministre est enceinte

Wikipedia



Ecriture inclusive à la SABAM

Au début de ce mois-ci, 7.000 supporters supporteur.e.s /supportrices  de nos Diables Rouges ont pu assister, au Stade Roi Baudouin, au match nul de notre équipe nationale de football contre la Côte d’Ivoire.


L' ­­­Âge de Faire  octobre 2010

Pourtant l'Âge de Faire, c'est bien écrit, c'est relu sérieusement.
Comme jusqu'en bas de cette page, je corrige en vert les oublis des inclusivistes ; décidément, que l'on soit pour ou contre importe peu, car l'écriture inclusive, c'est techniquement et mentalement impossible : ce sont eux qui le démontrent.
 

Cher·es abonné·es, cher·es ami·es
 
Vous connaissez le topo : quand vous recevez cette infolettre, c'est que vous n'allez pas tarder à recevoir le journal papier. Peut-être même l'avez-vous déjà dans votre boîte à lettres : hè oui, 5G ou pas, ce bon vieux papier est parfois plus rapide qu'internet !
Ce mois-ci, nous nous sommes intéressé.e.s (Rhoooooo ! Il n'y a que des hommes à l'Âge de Faire ?) à un sujet qui nous tient tou·te·s à cœur : la nourriture. Notre système, devenu fou, nous propose de manger des aliments produits dans des conditions sociales et sanitaires déplorables avant de leur faire traverser la planète pour finir dans nos assiettes. Des citoyen·nes ont décidé de rompre avec ce modèle. Ils ( et elles, ou  bien ielles ?) s'organisent pour cultiver, cuisiner, mais aussi distribuer de la nourriture en prenant garde de n'oublier personne (Ah ben si, vous en oubliez !).
Le titre du dossier : « Liberté, égalité, bonne bouffe ! ». Plus personne ne pourra dire, après ça, que L'âge de faire n'a pas le sens du slogan...

NdR : Liberté, Égalité, Régalité ! 
 
Il y a une autre formule qui nous tient à cœur et qui, justement, permet de nourrir celles et ceux qui travaillent au sein de votre journal préféré : « abonnez-vous, ré-abonnez-vous, abonnez qui vous voudrez.



Je cite P., lectrice de LA décroissance :

"[...] celle des Breton-NE-S, des Corses, des basques, des Normand-E-S, des Limousin-E-S, puis des Indien-NE-S, des Berbères, des Italien-NE-S, des Polonais-E-S[...]
  [...] nous sommes  parmi vous toujours en danger, toléré-E-S à condition d'être discre-È-T-E-S, invisibles, caché-E-S, fin-E-S, réduit-E-S à presque rien  [...]

Elle est farouchement pour l'écriture inclusive qui mettra fin à la torture que lui inflige la hideuse langue française masculinisée... Et je dois pourtant inclusifier moi-même ses phrases...



Même la très respectable Association Française de Linguistique Appliquée (AFLA) patauge dans ce marécage et se perd dans les sables mouvants de l'incohérence (incoerrance ?).

Dans cette phrase, l'AFLA se soumet à la "règle""

http://www.afla-asso.org/decouvrirafla/    Lieu d’échanges et de collaboration interdisciplinaires, l’AFLA rassemble chercheur·e·s en sciences du langage et professionnel·le·s de métiers divers concerné·e·s  par les enjeux du langage, quel que soit le secteur.

Mais dans les statuts :

http://www.afla-asso.org/statuts/

Art. 3     L’association se compose de membres actifs    actif-ve-s        et de membres d’honneur.

  1. Sont considérées comme membres actifsactif-ve-s ayant droit de vote, les personnes physiques ou morales adhérant à l’association et à jour de leur cotisation.

[...] 

Art. 4     La qualité de membre de l’association se perd : [...]   par mesure disciplinaire, et après audition de l’intéressé,    intéressé-e

Art. 12  La durée de l’Association est illimitée. [...]  par les deux tiers au moins des membres présents.   présent-e-s  En cas de dissolution, un ou plusieurs liquidateurs   liquidateur-rice-s-       sont nommés,   nommé-e-s et l’actif net est dévolu conformément à la loi.



Voici un exemple magnifique de l'inconscience des inclusif-v-e-s, car produit par des défenseurs acharnés de l'écriture inclusive, que, comme les autres, ils sont dans l'incapacité de respecter.

Devenir membre des ENGAGÉ.E.S

par Les Amis d'ENGAGE

Choix de l'adhésion

Adhérents     selon leur "règle" on devrait lire Adhérent-e-s

Coordonnées

Récapitulatif

Devenir membre des ENGAGÉ.E.S

ENGAGE rassemble une communauté mobilisée autour des grands Défis du XXIème siècle et rassemblée par l'envie profonde de réinvention, la soif d'imaginer et le désir d'action.

L'association Les ENGAGÉ.E.S , reconnue d'intérêt général, fédère l'ensemble de nos activités à but non lucratif, parmi elles :        

  • Les ENGAGE Calls et autres programmes de l'université ouverte on-line
  • Les Conférences-Actions grand public
  • Nos Défis citoyens comme ENGAGE With Refugees ou le Défi Biodiversité

Le montant de la cotisation est de : 

  • 25 euros minimum pour les étudiants, chômeurs et indépendants,        étudiant-e-s, chômeur-se-s et indépendant-e-s 
  • 50 euros minium pour les salariés
  • 100 euros minimum pour les membres bienfaiteurs (cotisation d’un membre invité    d’un-e membre invité-e incluse)

Etre membre de l’association permet de :

  • Participer à toutes les conférences, Défis et activités organisées par l’association
  • Recevoir des informations privilégiées autour des thématiques que nous portons
  • Bénéficier d'un accès privilégié à Bright City, notre Campus multidisciplinaire.
  • Bénéficier de l’appui de la communauté sur vos initiatives
  • Bénéficier d'un accès privilégié à nos Intervenants-Eclaireurs      Intervenant-e-s-Eclaireur-se-s

Une cotisation supérieure à 500 euros ouvre droit à un dîner en petit comité avec l'un des membres de notre conseil scientifique.


EELV

https://www.eelv.fr/pas-de-masques-pour-la-rentree-le-gouvernement-signe-une-mesure-incoherente-et-inegalitaire/

Pas de masques pour la rentrée : le gouvernement signe une mesure incohérente et inégalitaire

Août 27, 2020 | Actualités

Tantôt Eva Sas et Alain Coulombel appliquent (en rouge) cette soi-disant "règle", tantôt ils ... (devrais-je écrire ielles ?)  oublient, ajoutant ainsi un nouvel exemple à mon bêtisier exclusif de l'idiote inclusivité.

Si la fermeture des établissements scolaires n’est pas envisageable, dans la mesure où elle renforce les inégalités d’accès à l’enseignement, alors l’école doit pouvoir disposer des meilleurs outils, dont les masques, pour prévenir les risques liés à une reprise de la pandémie et prendre en charge convenablement les centaines de milliers d’écoliers, de collégiens et de lycéens  qui reprendront le chemin de leurs établissements la semaine prochaine.  

EELV exige pourtant : d’écolier-ère-s, de collégien-ne-s et de lycéen-ne-s    Eva Sas et Alain Coulombel  ne respectent donc pas la "doctrine" inclusivo-scripturale d'EELV !  Je demande leur exclusion du parti !


– d’introduire des modules d’information aux enseignant.e.s sur la crise et de la pédagogie pour les élèves pour expliquer la crise actuelle afin d’initier une véritable éducation à la santé et d’informer bien en amont les personnels de direction qui ont à leur charge des établissements scolaires qui dépassent parfois le millier de personnes ;
– de recruter des enseignant.e.s et du personnel d’accueil  pour réduire les effectifs par classe ;
– d’aménager les outils de l’enseignement afin de garantir, le temps de la pandémie, les meilleures conditions de suivi des cours. Prévoir des allègements de programmes, notamment pour les classes à examen.

Eva Sas et Alain Coulombel, porte-paroles
La commission Santé d’EELV
La commission Enfance, Education et Formation d’EELV



France Insoumise

L'inexistence de l'écriture inclusive apparaît aussi dans l'oubli des accords : ceux qui s'imposent cette gymnastique pseudo-égalitaire pour apaiser leur hantise du sexisme, désignent eux-mêmes la débilité de la démarche.

LFI-2019.jpg


Décroissance 2019

Cette liste qui reçoit mon vote pour les élections du 26/05/2019 ne pratique pas (ouf...) l'écriture inclusive comme on le voit ci-dessous).

https://decroissance-elections.fr/comment-soutenir-notre-campagne/

Comment soutenir notre campagne ?

Que vous soyez militants, sympathisants, curieux… mais volontaires et concernés par la Décroissance, il y a plusieurs façons de soutenir notre liste dans la campagne qui se déroulera officiellement du Lundi 13 mai au Vendredi 24 mai :

Pourtant, sur ce même site, dans le menu de gauche, on trouve des occurrences inclusives. Comme je le démontre sans cet article, l'écriture inclusive est impossible. les fanatiques qui s'y adonnent doivent travailler leurs textes pour éradiquer toute trace de genre. Cela demande une attention très soutenue, et un effort intense de rédaction pour tordre la langue française, et éviter les tournures délicates. Personne, pas même les plus convaincus n'y parvient.

A l'inverse, ceux qui rejettent cette dictature de l'expression, s'y laissent parfois piéger involontairement ; car la force de la propagande qui formate nos esprits est considérable et nous y sommes soumis sans relâche.



Je suis membre des cette association : sur leur site, les auteurs ne parviennent pas, eux non plus à respecter la soi-disant "règle" qu'ils mettent un point d'honneur à vouloir appliquer. Mise en abyme de l'incohérence...

  • L’acronyme P.A.R.C. (Protection Aménagement Réappropriation Collective) met en avant le principal objet de l’association : faire valoir, dans l’aménagement du site Saint Sauveur, la préservation et le développement de la nature en ville, la sauvegarde de la biodiversité, la santé publique et la qualité de vie des habitant.es, qu’il s’agisse des riverains, des futur.es habitant.es de ce quartier ou, plus largement, à l’échelle de la ville.
  • L’association a pour objectif de lutter contre tout projet urbain susceptible d’impacter ce cadre de vie. Elle est habilitée à engager tous les recours juridiques nécessaires avec l’aide d’avocats spécialisés en droit de l’environnement.

Collectif antilinky Albi 9 mai 2019

[...] Bref, nous nous sommes bien amusé.es. Nous sommes sortis du bâtiment de notre propre chef et sans encombre avec la police. [...]  Alors ? Inclusive ou pas ? Quand on dit que c'est une idée fausse et surtout IMPOSSIBLE à mettre en œuvre, c'est en voyant que les adeptes n'y parviennent pas eux-mêmes.


Mon syndicat - 16 avril 2019

Affichage inconscient et candide de l'incohérence : l'écriture inclusive est impossible ; la genrisation du sexe est stupide.
Ses pratiquants s'y empêtrent, voulant suivre une mode qui ignore mes 32 000 heures d'enseignement des langues, entre autres....

Mode qui émane du libéralisme, ennemi de mon... syndicat...

ECRITURE-INCLUSIVE.jpg


Mairie de Lille  accompagné.e mais Seniors.    Incohérence : senior-e-s serait dans la logique des inclusifs... Mais ils ne s'agit pas logique, simplement d'un malaise dû au suivisme et à l'ignorance.

CONFERENCE-ATELIER SUR LA DEMATERIALISATION DES SERVICES PUBLICS
            
Lundi 25 mars

Déclarer ses revenus en ligne, faire ses démarches administratives en ligne, ...
Besoin de conseils, d'être accompagné.e ?

Le service P.A.S.S. Seniors vous propose une conférence-atelier sur la dématérialisation des services publics.

Lundi 25 mars 2019
De 10h à 12h
Espace seniors de Lille-Centre
97 rue Saint-Sauveur (métro Mairie de Lille)


EELV

https://eelv.fr/cf-juin-2018-linky-mauvais-outil-transition-energetique/

- "coûteux pour le consommateur mais avantageux pour ENEDIS ».  (et la consommatrice alors ?")

- "aux collectivités d’organiser des réunions d’information contradictoires en direction des usager-e-s explicitant les avantages, les inconvénients et les droits des usagers."


http://www.reseau-salariat.info/b14962c99b1cf386f8ab958ab3d970a3

Estivales 2018

par Réseau Salariat Finistère11 août 2018

Bonjour,

Cette année les Estivales de Réseau Salariat se dérouleront du samedi 11 août 18h au mercredi 15 août 14h !

Vous êtes toutes et tous les bienvenuEs au bout du monde, à la Maison du Cidre en presqu'île de Crozon (voir sur une carte), pour partager ces quelques journées de réflexion.

Pour s'inscrire, n'oubliez pas de remplir le formulaire du mail du 22 février envoyés à toutEs les adhérentEs.

https://frama.link/JojHywLj

A bientôt,

Le groupe Finistère de Réseau Salariat
Voici quelques envies du groupe finistérien :
Des rencontres avec des acteurs/lutteurs locaux  (acteur-trices/lutteurs-teuses ?)


Autre remarquable exemple de l'inconscience linguistique de ceux qui croient promouvoir l'égalité des sexes en bricolant le genre en toute incohérence.
Et qui se faisant, discriminent la femme, et confondent sexe et genre, selon l'injonction du système même qu'ils combattent.

"Le respect de la personne humaine est-il réservé aux femmes, et celui des droits de l’homme aux hommes ? Absurde!"

Fédération des Retraités de la Fonction Publique  16/02/2018

François Thiéry-Cherrier, (CGT)

Monsieur le Premier Ministre,

Depuis l’annonce de l’augmentation de la CSG, les retraité·e·s n’ont de cesse de dire leur colère. Lors de la journée d’action du 28 septembre jamais les retraité·e·s n’ont été si nombreux à manifester. Sur les réseaux sociaux, plus d’un demi-million de personnes ont signé la pétition contre la hausse de la CSG. Des dizaines de milliers ont signé « la carte de vœux » au Président de la République.

Depuis 2014 nous ne cessons de dénoncer la perte de pouvoir d’achat des retraités.

Particulièrement depuis l’arrivée du Président de la République et l’élection des députés, les personnes retraitées ont le sentiment d’être les mal aimés de la République. Ils ont entendu des propos les traitant de nantis, d’enfants gâtés, de « privilégiés », de fainéants en cherchant à les mettre en opposition à l’égard des jeunes et des « actifs ».

Comment oser dire que les retraité·e·s sont des ingrats ne se souciant pas de la situation des jeunes, comme si la politique actuellement poursuivie, comme celle des précédents gouvernements, n’était pas elle-même génératrice du chômage de masse dont sont victimes nos enfants et nos petits-enfants, de baisse de pouvoir d’achat des salariés. Le pouvoir d’achat des retraité·e·s est bloqué depuis trop longtemps et vous nous annoncez une année blanche pour 2018. Les régimes complémentaires sont aussi bloqués.

[...]

Le plan santé ne nous rassure pas. Dès maintenant nous constatons les mesures d’austérité sur le budget de la santé. En ville, comme à la campagne, les personnes âgées souffrent du manque de médecins. Les dépassements d’honoraires pèsent lourd sur les capacités de se soigner. Aucune mesure concrète face aux déserts médicaux. De plus en plus de retraité.e.s n’ont plus les moyens de se payer une mutuelle. L’augmentation de 2 € du forfait hospitalier, à la charge des mutuelles et des assurances complémentaires, se répercutera directement sur les assurés sociaux qui verront leur cotisation augmenter.

Face à la mobilisation des personnels des EHPAD, des familles comme des retraité·e·s, vous annoncez une rallonge de quelques millions d’euros alors qu’au même moment, nous apprenons que le budget de la défense augmente de 5,6 %, à 34,4 milliards d’euros !

Monsieur le Premier Ministre, les retraité·e·s seront mobilisés ce 15 mars contre l’augmentation de la CSG, pour l’augmentation de leurs pensions.  Avec la baisse du pouvoir d’achat et même de la pension de l’ensemble des retraité·e·s la vie devient de plus en plus difficile.

Ces millions de personnes retraité es entendent dire à longueur de médias que la croissance repart au moment où leurs conditions de vie se dégradent.

A la fin de notre manifestation, ce 15 mars nous aimerions pouvoir vous rencontrer afin de vous faire part de ce qu’ont exprimé les retraités, connaitre ce que vous voulez faire pour celles et ceux qui pendant des décennies ont contribué au développement du pays et qui se sentent méprisés.

[...]

L'impossible écriture inclusive - par JulienConstant le 09/10/2020 07:15 

L'impossible écriture inclusive : la mise en abyme de l'incohérence...

09/10/2020 Je mets à jour cet article suite à la lecture de celui de Vincent Cheynet au sujet d'EELV page 6 du N°172 du journal de la Joie de Vivre : La Décroissance. (L'un des rarissimes vrais journaux en France)

Voir aussi Réponse à Philomène qui critique l'article ci-dessous

V.Cheynet-Ecriture inclusive_.jpg

Je m'adresse à tous, refusant de suivre cette mode débile du toussétoutes, françaises-français, et autres brouillages de repères, imposée par le système productiviste-extractiviste lui-même, et que croient combattre les "progressistes" du cellezéceux et autres idioties précieusement ridicules. Sauf quand il s'agit de motivations politiques libertaires, expression du transhumanisme machinal.le_ministre_est_enceinte.jpg

Veillons à ne pas inclure la bienvenue féminisation des noms de métiers, justifiée et enfin intégrée à la langue après des siècles de combats et d'arguties. Car concrètement le français se féminise facilement ; les obstacles n'étaient que socio-politiques. (cf. B. Cerquiglini - LE  LA MINISTRE EST ENCEINTE 

Notons quand même que malgré le rabâchage que nous imposent les animateurs-politiciens-ingénieurs-scientifiques-journaleux-artistes radio-télé, et certains soi-disant anticapitalistes de toutes obédiences, cette pathologie linguistique ne gagne pas la presse, les romans, bref l'essentiel de l'écrit et évidemment de l'oral.

Ouf ! Car c'est tout bêtement impossible ! La mouvance inclusivo-féminisante, (qui a quand même déjà fait modifier les formulaires administratifs) grouille d'une foultitude de créations diverses qu'elle sécrète sans répit, dont aucun des tenants de ce serpent de mer historique ne maîtrise a fortiori la totalité.

Pour rappel, une règle, c'est étymologiquement une régularité, parfois imposée, ou plus souvent simplement décelée et formulée à des fins pédagogiques. Or ici, on se perd dans la jungle de ce charabia bricolé et indicible (points, tirets, barres obliques. parenthèses...).

Parce que c'est impossible, physiquement.

Aucun de ces suiveurs de mode, des deux sexes donc, (puisqu'il n'y a que des chromoshommes et des chromosfemmes), adeptes inconscients du politiquement correct, depuis le malvoyantisme jusqu'au en-situation-de-handicapisme,  (ces laquais innocents de la dictature du monde-machine) ne se posent de questions. Ça ne les gêne pas de ne pouvoir lire à voix haute leur charabia et de s'escrimer à appliquer une "règle" en débat récurrent. Cette jungle de pseudo-solutions à un faux problème se heurte pourtant tout simplement à ... son impossibilité.
 

A moins de faire comme l'auteur de "La Disparition" : travailler le texte pour n'utiliser que des mots épicènes ; ce qui ne fait que confirmer l'impossibilité.

La parole est en effet un caractère naturel de l'homme ; exactement comme la respiration.  Car on parle littéralement comme on respire, sans y ...penser... ; et on inspire... tous les polluants dans lesquels on baigne.
Pourtant, nous avons beau respirer naturellement sans y penser, nous ne sommes pas pour autant pneumologues !

Et bien que nous parlions naturellement, nous ne sommes pas pour autant linguistes. Or qui sont les prescripteurs aujourd'hui ?  Tout le monde, (et notamment les gens de "gauche", mais les spécialistes de métier ont bien du mal à se faire entendre dans le brouhaha multiforme des médias électroniques où le contributeur profane jouit du même statut que le linguiste, souvent considéré comme un archaïque coupeur de cheveux en quatre.

Pourtant les linguistes étudient passionnément la langue et l'histoire de la langue à longueur de vie. Et ceux qui lisent et écoutent vraiment se rendent bien compte de la langue française reste exclusivement non inclusive.  Simplement parce qu'une langue suit toujours une tendance à se simplifier, par l'érosion linguistique que sa vie même provoque. La rendre plus complexe, et qui pire est, la rendre muette, n'est pas possible.

Alain Borer (De quel amour blessée) démontre magistralement le caractère imbécile (et contre-productif, car il ne suffit pas de chasser "le mâle" dans la langue pour qu'advienne la justice, ça se saurait non ?) de ce communautarisme linguistique en évoquant l'essence du français : le parlécrit. Plus que dans toute autre langue, en français, l'oral et l'écrit sont intimement liés.

Avec trente-six-mille heures d'enseignement au compteur, étudiant permanent en langues, je me borne à citer plus bas les preuves de l'impossibilité de l'écriture inclusive, preuves fournies par ses adeptes eux-mêmes dans presque tous leurs écrits. L'application de ce fantasme égalitaire les oblige à éradiquer toute trace de masculin de la langue française leur fait prendre pour de la domination masculine, même s'il y avait des mesures à prendre en ce domaine, ce qui a été fait. Même si l'Académie française a mis du temps à ouvrir les yeux  (Académie française écrivait encore en 2014  : elle rejette un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes.).

Pendant ce temps, ne nous voilons pas la face, la femme reste victime de toutes les abominations que l'on sait. 

Le lecteur pourra aussi s'amuser à prendre en défaut les fanatiques de ce gag langagier, à prendre en flagrant délit de violation de leur propre "règle" les incohérents inclusivistes.

Nous savons tous respirer ; cela de fait pas de nous des pneumologues.
Nous savons tous parler ; cela ne fait pas de nous des linguistes.

Les inclusivistes sont des hommes et des femmes. Non seulement leurs "règles" varient suivant les groupes "d'adeptes", mais surtout, des occurrences à féminiser selon ces barbarismes grammaticaux leur échappent presque toujours, dénonçant, à leur aveuglante insu, le caractère fantasmatique de leur vision déplacée de l'égalité homme-femme, et de l'ignorance absolue de l'histoire des langues, de la notion de genre, grammaticale et non biologique, et des contraintes linguistiques physiques, logiques, et objectives qui limitent cette notion.

Et inconscients aussi de la manipulation politique qu'ils subissent de la part des transhumanistes (promoteurs de la confusion juteuse mais grotesque entre genre et sexe, qui aboutit à la destruction de la notion de sexe alors que nous sommes tous issus d'un homme et d'une femme, et que c'est déjà assez compliqué comme ça...).

Enfin, participer à cette entreprise d'atomisation de la langue, c'est l'affaiblir, en dévaluant encore davantage les régularités du français (les "règles" de grammaire), et donc rendre encore plus délicate notre capacité à... communiquer.

Démontrer, c'est bien, montrer c'est encore mieux. Sans même prendre la peine de raisonner donc, il suffit de constater et de mettre en rouge leurs incohérences, ou de montrer leurs oublis...

Remarques :
1. Aucune femme ne se plaint du sexisme d'une personne qui refuse la féminisation abusive.
2. Personne ne réagit quand on entend ou lit : "Bonjour à tous !" et aucune femme ne sort, même quand on évoque les Droits de l'Homme ! Alors que nous vivons sous la dictature des ignorants qui, sur les forums, tentent de cacher leur paresse sous la hargne avec des mots comme "haine, racisme, aigreur, etc.", illustrant surtout leur posture suiviste, nombreux sont ceux qui tiennent à leur liberté et qui savent où elle se vit et se défend...
3. Oui, l'agacement provoqué par ces violences perpétrées sans répit contre la langue se transforme en colère et ces crimes contre la pensée, qui semble se recroqueviller à l'extrême bien souvent.

Quelques avis de spécialistes

L'Académie française détaille patiemment l'histoire, les tenants et les aboutissants de la question : malheureusement les grands médias confondent, avec la fierté des "innovants", la libre expression avec l'excrétion verbale, et leurs vraies informations défèquent niouzes sur niouzes... 

Académie française  10/10/2014 - extrait : elle rejette un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes. 
L'Académie a revu sa copie depuis. 

Simone Veil 2010  : [...] sans donner dans le travers qui consiste à faire semblant de croire que la féminisation des mots est un accélérateur de parité. [...]

Michel Serres 2018 : [...] Un des arguments affichés pour que le masculin l’emporte sur le féminin, est que le masculin joue le rôle du neutre, absent de la langue française. Aucun traité de linguistique ni de grammaire ne relate cette absurdité, car il existe, chez nous, des mots dits « épicènes »[...]

Alain Rey [...] L'écriture inclusive va-t-elle mourir d'elle-même ?

Elle est une surréaction, certes compréhensive idéologiquement et moralement, mais à côté de la plaque. Elle est inutile, ne serait-ce que parce qu'elle ne peut pas se représenter à l'oral. Un texte en écriture inclusive ne peut pas se parler. C'est donc une complication ridicule et inutile sur un système qui est déjà, pour des raisons historiques, terriblement compliqué. Cette écriture méconnaît la réalité des choses.
On ne va pas aller saccager 1000 ans d'histoire au nom de quelques années de réflexion idéologique par un usage imposé par une toute petite minorité ! Ça ne marchera pas. Mais je ne dis pas que je suis contre.

 Jean-François Revel  Le sexe des mots : "Le respect de la personne humaine est-il réservé aux femmes, et celui des droits de l’homme aux hommes ? Absurde!"

 A l’université, les passions égalitaristes rendent la langue illisible et imprononçable » Dans une tribune au « Monde », les universitaires Yana Grinshpun, Céline Masson et Jean Szlamowicz dénoncent une « prise en otage » du français qui repose sur une confusion entre le sexe et le genre grammatical. https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/07/11/a-l-universite-les-passions-egalitaristes-rendent-la-langue-illisible-et-imprononcable_5487960_3232.html

Coupe du monde féminine 2019 : la féminisation de la langue gagne du terrain Par Adrien Pécout - Le Monde La médiatisation du football féminin a entraîné la féminisation des termes employés dans ce sport. Mais certains arbitrages sont encore à faire, observe Adrien Pécout, journaliste au « Monde ». https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/06/05/coupe-du-monde-feminine-2019-la-feminisation-de-la-langue-gagne-du-terrain_5471528_3232.html

Visibilité des femmes à travers le langage, tout est affaire d’intelligence et de contexte
« Si l’on veut défendre la visibilité des femmes à travers le langage, tout est affaire d’intelligence et de contexte » Linguiste, chercheur au CNRS, Patrick Charaudeau réplique, dans une tribune au « Monde », au texte précédemment publié le 12 juillet par Eliane Viennot et Benjamin Moron-Puech en faveur de « l’écriture égalitaire ». https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/07/17/si-l-on-veut-defendre-la-visibilite-des-femmes-a-travers-le-langage-tout-est-affaire-d-intelligence-et-de-contexte_5490409_3232.html

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Voir aussi :

Réponse à Philomène
Contre la pensée unique - Claude Hagège
De quel amour blessée - Alain Borer
LE LA Ministre est enceinte

Wikipedia



Ecriture inclusive à la SABAM

Au début de ce mois-ci, 7.000 supporters supporteur.e.s /supportrices  de nos Diables Rouges ont pu assister, au Stade Roi Baudouin, au match nul de notre équipe nationale de football contre la Côte d’Ivoire.


L' ­­­Âge de Faire  octobre 2010

Pourtant l'Âge de Faire, c'est bien écrit, c'est relu sérieusement.
Comme jusqu'en bas de cette page, je corrige en vert les oublis des inclusivistes ; décidément, que l'on soit pour ou contre importe peu, car l'écriture inclusive, c'est techniquement et mentalement impossible : ce sont eux qui le démontrent.
 

Cher·es abonné·es, cher·es ami·es
 
Vous connaissez le topo : quand vous recevez cette infolettre, c'est que vous n'allez pas tarder à recevoir le journal papier. Peut-être même l'avez-vous déjà dans votre boîte à lettres : hè oui, 5G ou pas, ce bon vieux papier est parfois plus rapide qu'internet !
Ce mois-ci, nous nous sommes intéressé.e.s (Rhoooooo ! Il n'y a que des hommes à l'Âge de Faire ?) à un sujet qui nous tient tou·te·s à cœur : la nourriture. Notre système, devenu fou, nous propose de manger des aliments produits dans des conditions sociales et sanitaires déplorables avant de leur faire traverser la planète pour finir dans nos assiettes. Des citoyen·nes ont décidé de rompre avec ce modèle. Ils ( et elles, ou  bien ielles ?) s'organisent pour cultiver, cuisiner, mais aussi distribuer de la nourriture en prenant garde de n'oublier personne (Ah ben si, vous en oubliez !).
Le titre du dossier : « Liberté, égalité, bonne bouffe ! ». Plus personne ne pourra dire, après ça, que L'âge de faire n'a pas le sens du slogan...

NdR : Liberté, Égalité, Régalité ! 
 
Il y a une autre formule qui nous tient à cœur et qui, justement, permet de nourrir celles et ceux qui travaillent au sein de votre journal préféré : « abonnez-vous, ré-abonnez-vous, abonnez qui vous voudrez.



Je cite P., lectrice de LA décroissance :

"[...] celle des Breton-NE-S, des Corses, des basques, des Normand-E-S, des Limousin-E-S, puis des Indien-NE-S, des Berbères, des Italien-NE-S, des Polonais-E-S[...]
  [...] nous sommes  parmi vous toujours en danger, toléré-E-S à condition d'être discre-È-T-E-S, invisibles, caché-E-S, fin-E-S, réduit-E-S à presque rien  [...]

Elle est farouchement pour l'écriture inclusive qui mettra fin à la torture que lui inflige la hideuse langue française masculinisée... Et je dois pourtant inclusifier moi-même ses phrases...



Même la très respectable Association Française de Linguistique Appliquée (AFLA) patauge dans ce marécage et se perd dans les sables mouvants de l'incohérence (incoerrance ?).

Dans cette phrase, l'AFLA se soumet à la "règle""

http://www.afla-asso.org/decouvrirafla/    Lieu d’échanges et de collaboration interdisciplinaires, l’AFLA rassemble chercheur·e·s en sciences du langage et professionnel·le·s de métiers divers concerné·e·s  par les enjeux du langage, quel que soit le secteur.

Mais dans les statuts :

http://www.afla-asso.org/statuts/

Art. 3     L’association se compose de membres actifs    actif-ve-s        et de membres d’honneur.

  1. Sont considérées comme membres actifsactif-ve-s ayant droit de vote, les personnes physiques ou morales adhérant à l’association et à jour de leur cotisation.

[...] 

Art. 4     La qualité de membre de l’association se perd : [...]   par mesure disciplinaire, et après audition de l’intéressé,    intéressé-e

Art. 12  La durée de l’Association est illimitée. [...]  par les deux tiers au moins des membres présents.   présent-e-s  En cas de dissolution, un ou plusieurs liquidateurs   liquidateur-rice-s-       sont nommés,   nommé-e-s et l’actif net est dévolu conformément à la loi.



Voici un exemple magnifique de l'inconscience des inclusif-v-e-s, car produit par des défenseurs acharnés de l'écriture inclusive, que, comme les autres, ils sont dans l'incapacité de respecter.

Devenir membre des ENGAGÉ.E.S

par Les Amis d'ENGAGE

Choix de l'adhésion

Adhérents     selon leur "règle" on devrait lire Adhérent-e-s

Coordonnées

Récapitulatif

Devenir membre des ENGAGÉ.E.S

ENGAGE rassemble une communauté mobilisée autour des grands Défis du XXIème siècle et rassemblée par l'envie profonde de réinvention, la soif d'imaginer et le désir d'action.

L'association Les ENGAGÉ.E.S , reconnue d'intérêt général, fédère l'ensemble de nos activités à but non lucratif, parmi elles :        

  • Les ENGAGE Calls et autres programmes de l'université ouverte on-line
  • Les Conférences-Actions grand public
  • Nos Défis citoyens comme ENGAGE With Refugees ou le Défi Biodiversité

Le montant de la cotisation est de : 

  • 25 euros minimum pour les étudiants, chômeurs et indépendants,        étudiant-e-s, chômeur-se-s et indépendant-e-s 
  • 50 euros minium pour les salariés
  • 100 euros minimum pour les membres bienfaiteurs (cotisation d’un membre invité    d’un-e membre invité-e incluse)

Etre membre de l’association permet de :

  • Participer à toutes les conférences, Défis et activités organisées par l’association
  • Recevoir des informations privilégiées autour des thématiques que nous portons
  • Bénéficier d'un accès privilégié à Bright City, notre Campus multidisciplinaire.
  • Bénéficier de l’appui de la communauté sur vos initiatives
  • Bénéficier d'un accès privilégié à nos Intervenants-Eclaireurs      Intervenant-e-s-Eclaireur-se-s

Une cotisation supérieure à 500 euros ouvre droit à un dîner en petit comité avec l'un des membres de notre conseil scientifique.


EELV

https://www.eelv.fr/pas-de-masques-pour-la-rentree-le-gouvernement-signe-une-mesure-incoherente-et-inegalitaire/

Pas de masques pour la rentrée : le gouvernement signe une mesure incohérente et inégalitaire

Août 27, 2020 | Actualités

Tantôt Eva Sas et Alain Coulombel appliquent (en rouge) cette soi-disant "règle", tantôt ils ... (devrais-je écrire ielles ?)  oublient, ajoutant ainsi un nouvel exemple à mon bêtisier exclusif de l'idiote inclusivité.

Si la fermeture des établissements scolaires n’est pas envisageable, dans la mesure où elle renforce les inégalités d’accès à l’enseignement, alors l’école doit pouvoir disposer des meilleurs outils, dont les masques, pour prévenir les risques liés à une reprise de la pandémie et prendre en charge convenablement les centaines de milliers d’écoliers, de collégiens et de lycéens  qui reprendront le chemin de leurs établissements la semaine prochaine.  

EELV exige pourtant : d’écolier-ère-s, de collégien-ne-s et de lycéen-ne-s    Eva Sas et Alain Coulombel  ne respectent donc pas la "doctrine" inclusivo-scripturale d'EELV !  Je demande leur exclusion du parti !


– d’introduire des modules d’information aux enseignant.e.s sur la crise et de la pédagogie pour les élèves pour expliquer la crise actuelle afin d’initier une véritable éducation à la santé et d’informer bien en amont les personnels de direction qui ont à leur charge des établissements scolaires qui dépassent parfois le millier de personnes ;
– de recruter des enseignant.e.s et du personnel d’accueil  pour réduire les effectifs par classe ;
– d’aménager les outils de l’enseignement afin de garantir, le temps de la pandémie, les meilleures conditions de suivi des cours. Prévoir des allègements de programmes, notamment pour les classes à examen.

Eva Sas et Alain Coulombel, porte-paroles
La commission Santé d’EELV
La commission Enfance, Education et Formation d’EELV



France Insoumise

L'inexistence de l'écriture inclusive apparaît aussi dans l'oubli des accords : ceux qui s'imposent cette gymnastique pseudo-égalitaire pour apaiser leur hantise du sexisme, désignent eux-mêmes la débilité de la démarche.

LFI-2019.jpg


Décroissance 2019

Cette liste qui reçoit mon vote pour les élections du 26/05/2019 ne pratique pas (ouf...) l'écriture inclusive comme on le voit ci-dessous).

https://decroissance-elections.fr/comment-soutenir-notre-campagne/

Comment soutenir notre campagne ?

Que vous soyez militants, sympathisants, curieux… mais volontaires et concernés par la Décroissance, il y a plusieurs façons de soutenir notre liste dans la campagne qui se déroulera officiellement du Lundi 13 mai au Vendredi 24 mai :

Pourtant, sur ce même site, dans le menu de gauche, on trouve des occurrences inclusives. Comme je le démontre sans cet article, l'écriture inclusive est impossible. les fanatiques qui s'y adonnent doivent travailler leurs textes pour éradiquer toute trace de genre. Cela demande une attention très soutenue, et un effort intense de rédaction pour tordre la langue française, et éviter les tournures délicates. Personne, pas même les plus convaincus n'y parvient.

A l'inverse, ceux qui rejettent cette dictature de l'expression, s'y laissent parfois piéger involontairement ; car la force de la propagande qui formate nos esprits est considérable et nous y sommes soumis sans relâche.



Je suis membre des cette association : sur leur site, les auteurs ne parviennent pas, eux non plus à respecter la soi-disant "règle" qu'ils mettent un point d'honneur à vouloir appliquer. Mise en abyme de l'incohérence...

  • L’acronyme P.A.R.C. (Protection Aménagement Réappropriation Collective) met en avant le principal objet de l’association : faire valoir, dans l’aménagement du site Saint Sauveur, la préservation et le développement de la nature en ville, la sauvegarde de la biodiversité, la santé publique et la qualité de vie des habitant.es, qu’il s’agisse des riverains, des futur.es habitant.es de ce quartier ou, plus largement, à l’échelle de la ville.
  • L’association a pour objectif de lutter contre tout projet urbain susceptible d’impacter ce cadre de vie. Elle est habilitée à engager tous les recours juridiques nécessaires avec l’aide d’avocats spécialisés en droit de l’environnement.

Collectif antilinky Albi 9 mai 2019

[...] Bref, nous nous sommes bien amusé.es. Nous sommes sortis du bâtiment de notre propre chef et sans encombre avec la police. [...]  Alors ? Inclusive ou pas ? Quand on dit que c'est une idée fausse et surtout IMPOSSIBLE à mettre en œuvre, c'est en voyant que les adeptes n'y parviennent pas eux-mêmes.


Mon syndicat - 16 avril 2019

Affichage inconscient et candide de l'incohérence : l'écriture inclusive est impossible ; la genrisation du sexe est stupide.
Ses pratiquants s'y empêtrent, voulant suivre une mode qui ignore mes 32 000 heures d'enseignement des langues, entre autres....

Mode qui émane du libéralisme, ennemi de mon... syndicat...

ECRITURE-INCLUSIVE.jpg


Mairie de Lille  accompagné.e mais Seniors.    Incohérence : senior-e-s serait dans la logique des inclusifs... Mais ils ne s'agit pas logique, simplement d'un malaise dû au suivisme et à l'ignorance.

CONFERENCE-ATELIER SUR LA DEMATERIALISATION DES SERVICES PUBLICS
            
Lundi 25 mars

Déclarer ses revenus en ligne, faire ses démarches administratives en ligne, ...
Besoin de conseils, d'être accompagné.e ?

Le service P.A.S.S. Seniors vous propose une conférence-atelier sur la dématérialisation des services publics.

Lundi 25 mars 2019
De 10h à 12h
Espace seniors de Lille-Centre
97 rue Saint-Sauveur (métro Mairie de Lille)


EELV

https://eelv.fr/cf-juin-2018-linky-mauvais-outil-transition-energetique/

- "coûteux pour le consommateur mais avantageux pour ENEDIS ».  (et la consommatrice alors ?")

- "aux collectivités d’organiser des réunions d’information contradictoires en direction des usager-e-s explicitant les avantages, les inconvénients et les droits des usagers."


http://www.reseau-salariat.info/b14962c99b1cf386f8ab958ab3d970a3

Estivales 2018

par Réseau Salariat Finistère11 août 2018

Bonjour,

Cette année les Estivales de Réseau Salariat se dérouleront du samedi 11 août 18h au mercredi 15 août 14h !

Vous êtes toutes et tous les bienvenuEs au bout du monde, à la Maison du Cidre en presqu'île de Crozon (voir sur une carte), pour partager ces quelques journées de réflexion.

Pour s'inscrire, n'oubliez pas de remplir le formulaire du mail du 22 février envoyés à toutEs les adhérentEs.

https://frama.link/JojHywLj

A bientôt,

Le groupe Finistère de Réseau Salariat
Voici quelques envies du groupe finistérien :
Des rencontres avec des acteurs/lutteurs locaux  (acteur-trices/lutteurs-teuses ?)


Autre remarquable exemple de l'inconscience linguistique de ceux qui croient promouvoir l'égalité des sexes en bricolant le genre en toute incohérence.
Et qui se faisant, discriminent la femme, et confondent sexe et genre, selon l'injonction du système même qu'ils combattent.

"Le respect de la personne humaine est-il réservé aux femmes, et celui des droits de l’homme aux hommes ? Absurde!"

Fédération des Retraités de la Fonction Publique  16/02/2018

François Thiéry-Cherrier, (CGT)

Monsieur le Premier Ministre,

Depuis l’annonce de l’augmentation de la CSG, les retraité·e·s n’ont de cesse de dire leur colère. Lors de la journée d’action du 28 septembre jamais les retraité·e·s n’ont été si nombreux à manifester. Sur les réseaux sociaux, plus d’un demi-million de personnes ont signé la pétition contre la hausse de la CSG. Des dizaines de milliers ont signé « la carte de vœux » au Président de la République.

Depuis 2014 nous ne cessons de dénoncer la perte de pouvoir d’achat des retraités.

Particulièrement depuis l’arrivée du Président de la République et l’élection des députés, les personnes retraitées ont le sentiment d’être les mal aimés de la République. Ils ont entendu des propos les traitant de nantis, d’enfants gâtés, de « privilégiés », de fainéants en cherchant à les mettre en opposition à l’égard des jeunes et des « actifs ».

Comment oser dire que les retraité·e·s sont des ingrats ne se souciant pas de la situation des jeunes, comme si la politique actuellement poursuivie, comme celle des précédents gouvernements, n’était pas elle-même génératrice du chômage de masse dont sont victimes nos enfants et nos petits-enfants, de baisse de pouvoir d’achat des salariés. Le pouvoir d’achat des retraité·e·s est bloqué depuis trop longtemps et vous nous annoncez une année blanche pour 2018. Les régimes complémentaires sont aussi bloqués.

[...]

Le plan santé ne nous rassure pas. Dès maintenant nous constatons les mesures d’austérité sur le budget de la santé. En ville, comme à la campagne, les personnes âgées souffrent du manque de médecins. Les dépassements d’honoraires pèsent lourd sur les capacités de se soigner. Aucune mesure concrète face aux déserts médicaux. De plus en plus de retraité.e.s n’ont plus les moyens de se payer une mutuelle. L’augmentation de 2 € du forfait hospitalier, à la charge des mutuelles et des assurances complémentaires, se répercutera directement sur les assurés sociaux qui verront leur cotisation augmenter.

Face à la mobilisation des personnels des EHPAD, des familles comme des retraité·e·s, vous annoncez une rallonge de quelques millions d’euros alors qu’au même moment, nous apprenons que le budget de la défense augmente de 5,6 %, à 34,4 milliards d’euros !

Monsieur le Premier Ministre, les retraité·e·s seront mobilisés ce 15 mars contre l’augmentation de la CSG, pour l’augmentation de leurs pensions.  Avec la baisse du pouvoir d’achat et même de la pension de l’ensemble des retraité·e·s la vie devient de plus en plus difficile.

Ces millions de personnes retraité es entendent dire à longueur de médias que la croissance repart au moment où leurs conditions de vie se dégradent.

A la fin de notre manifestation, ce 15 mars nous aimerions pouvoir vous rencontrer afin de vous faire part de ce qu’ont exprimé les retraités, connaitre ce que vous voulez faire pour celles et ceux qui pendant des décennies ont contribué au développement du pays et qui se sentent méprisés.

[...]

(09/10/2020 07:15)

Lille Ecrans publicitaires numériques - par JulienConstant le 25/07/2020 12:36 

Ecrans numériques : outils du  techno-totalitarisme 
(et de la croissance verte)

L'emprise numérique sur notre possibilité de vivre libre ne fait que croître grâce à la naïveté "progressiste" des élus-ingénieurs-hommes-d'affaires. Et à leur cupidité. Alors que les ravages de l'appropriation de notre temps de cerveau par les Siliconeurs du monde sont largement avérés, c'est l'espace public qui continue de rétrécir notre regard par l'imposition de l'image publicitaire absolument partout. 

La violence de l'image animée numérique arrache notre regard à la réalité de la Smart City dans laquelle nous nous déplaçons. Notre attention nous est physiquement confisquée sans que l'on puisse la préserver en disant et en faisant :"Non"

Si la gabegie énergétique exponentielle à laquelle nous assistons ou participons exige la disparition des écrans numériques, c'est aussi leur  puissance en tant qu'outil du techno-totalitarisme que nous refusons.

Le paysage n'e doit pas être un décor, ni un piège, ni une prison.

Gérard Lefèvre  Paysages de France


A D

À F, M, P-J, moi, P, C

OK, je vais réfléchir à ce que je vais transmettre à M Gillet et aux personnes du service de la mairie qui s'occupe du mobilier urbain


 A. D.

.
> Objet : Re: Ca déménage station gares à Lille Flandres
>
>
> Bonjour A et M

> Hier en passant à République Beaux Arts, j'ai vu me semble-t-il un nouvel écran, à la même place de celui de Clear Channel, dans la station République. Il me semble effectivement qu'il s'agit de ceux du contrat JCDecaux. Concernant les écrans en station de métro, Martine Aubry ne s'est jamais exprimée pour les contester, seulement ceux aux aubettes dans la ville de Lille.
> Il y a une dizaine de jours, j'ai relancé Médéric Gillet pour avoir accès au contrat et en savoir plus sur les installations prévues mais toujours pas de relais (il m'a dit que la procédure était longue et je le pense de bonne volonté).
>
> En tout cas, je crois qu'on a intérêt à une expression publique sur ce début de déploiement des nouveaux écrans de JCDecaux (rappelons que 185 sont prévus sur l'ensemble du réseau..), d'autant qu'une délib transport est prévue au prochain conseil de la MEL le 16 octobre. J'essaie d'en savoir plus mais on peut déjà commencer à écrire quelque chose, je propose de le faire ici :
> https://mypads.framapad.org/..........................

> F
>

Le 24/07/2020 à 06:58, A D a écrit :
>
> Bonjour F
>
>

> En passant par le souterrain qui mène de la gare de Lille Flandres à la station de métro j'ai constaté qu'un nombre non négligeable de panneaux ont été démontés. Je crains qu'il ne soient remplacés par des panneaux à L.E.D.s  Je me suis alors souvenu que la mairie de Lille s'était opposé à ce que l'entreprise Decaux ne vienne monter des panneaux à L.E.D.s sur les aubettes de la ville de Lille. Je souhaite le rappeler aux responsables du service qui s'occupe du mobilier urbain de la ville, maintenant que Madame Aubry a été réélue, mais je ne souhaite pas être le seul à le faire. Qu'en penses-tu ?

>  

>  A. D
>
> "Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique… et vous verrez lequel des deux empêche l'autre de dormir (Le Dalaï Lama)"

> "Vivre plus simplement pour que d'autres puissent simplement vivre (Mahatma Gandhi)"
> "Quoi que vous fassiez ce sera insignifiant, mais il est très important que vous le fassiez (Mahatma Gandhi)"

> "Le Monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous (Mahatma Gandhi)"

Lille Ecrans publicitaires numériques - par JulienConstant le 25/07/2020 12:36 

Ecrans numériques : outils du  techno-totalitarisme 
(et de la croissance verte)

L'emprise numérique sur notre possibilité de vivre libre ne fait que croître grâce à la naïveté "progressiste" des élus-ingénieurs-hommes-d'affaires. Et à leur cupidité. Alors que les ravages de l'appropriation de notre temps de cerveau par les Siliconeurs du monde sont largement avérés, c'est l'espace public qui continue de rétrécir notre regard par l'imposition de l'image publicitaire absolument partout. 

La violence de l'image animée numérique arrache notre regard à la réalité de la Smart City dans laquelle nous nous déplaçons. Notre attention nous est physiquement confisquée sans que l'on puisse la préserver en disant et en faisant :"Non"

Si la gabegie énergétique exponentielle à laquelle nous assistons ou participons exige la disparition des écrans numériques, c'est aussi leur  puissance en tant qu'outil du techno-totalitarisme que nous refusons.

Le paysage n'e doit pas être un décor, ni un piège, ni une prison.

Gérard Lefèvre  Paysages de France


A D

À F, M, P-J, moi, P, C

OK, je vais réfléchir à ce que je vais transmettre à M Gillet et aux personnes du service de la mairie qui s'occupe du mobilier urbain


 A. D.

.
> Objet : Re: Ca déménage station gares à Lille Flandres
>
>
> Bonjour A et M

> Hier en passant à République Beaux Arts, j'ai vu me semble-t-il un nouvel écran, à la même place de celui de Clear Channel, dans la station République. Il me semble effectivement qu'il s'agit de ceux du contrat JCDecaux. Concernant les écrans en station de métro, Martine Aubry ne s'est jamais exprimée pour les contester, seulement ceux aux aubettes dans la ville de Lille.
> Il y a une dizaine de jours, j'ai relancé Médéric Gillet pour avoir accès au contrat et en savoir plus sur les installations prévues mais toujours pas de relais (il m'a dit que la procédure était longue et je le pense de bonne volonté).
>
> En tout cas, je crois qu'on a intérêt à une expression publique sur ce début de déploiement des nouveaux écrans de JCDecaux (rappelons que 185 sont prévus sur l'ensemble du réseau..), d'autant qu'une délib transport est prévue au prochain conseil de la MEL le 16 octobre. J'essaie d'en savoir plus mais on peut déjà commencer à écrire quelque chose, je propose de le faire ici :
> https://mypads.framapad.org/..........................

> F
>

Le 24/07/2020 à 06:58, A D a écrit :
>
> Bonjour F
>
>

> En passant par le souterrain qui mène de la gare de Lille Flandres à la station de métro j'ai constaté qu'un nombre non négligeable de panneaux ont été démontés. Je crains qu'il ne soient remplacés par des panneaux à L.E.D.s  Je me suis alors souvenu que la mairie de Lille s'était opposé à ce que l'entreprise Decaux ne vienne monter des panneaux à L.E.D.s sur les aubettes de la ville de Lille. Je souhaite le rappeler aux responsables du service qui s'occupe du mobilier urbain de la ville, maintenant que Madame Aubry a été réélue, mais je ne souhaite pas être le seul à le faire. Qu'en penses-tu ?

>  

>  A. D
>
> "Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique… et vous verrez lequel des deux empêche l'autre de dormir (Le Dalaï Lama)"

> "Vivre plus simplement pour que d'autres puissent simplement vivre (Mahatma Gandhi)"
> "Quoi que vous fassiez ce sera insignifiant, mais il est très important que vous le fassiez (Mahatma Gandhi)"

> "Le Monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous (Mahatma Gandhi)"

(25/07/2020 12:36)

Faisons-nous plaisir à défaut de sauver la vie. - par JulienConstant le 24/07/2020 20:28 

Les petits gestes qui sauvent seulement un peu de notre liberté de faire des choses non décidées à notre place.
Mais c'est bon de rêver.

PlasticAttack.jpg

Bon, je ne sais pas si je serai lu, car sur Facebook, c'est 8 mots maxi après y a plus personne....😢

1. Alors des gourdes j'en connais plein, mais elles ont souvent une belle plastique, et ça c'est pas recyclable, même une fois. Sinon, j'ai mes deux gourdes de vélo, ma gourde de ski de fond. On achète très rarement de l'eau en bouteille (qui coûte entre cinquante et deux cent fois plus cher que l'eau du gros binet (4 € les mille litres), et est au moins aussi polluée, mais pas tout à fait des mêmes saloperies. Des fois on achète une eau pétillante, mais c'est pour faire régime sur la bière (qui nécessite autour de huit litres d'eau pour la fabriquer, t'as qu'à voir...) Il nous faut un pour remplir la boîte de bouchons plastique pour LesPetitsBouchonsLille. Et pareil pour le liège ; on picole pas tant que ça !

2. Oui bien sûr on a des cabas (oui c'est le nom qui va bien) réutilisables à vie, comme on en ramasse plein les rues parce que ça pollue moins...

3. On achète plein de trucs en vrac, on a des beaux bocaux bobos pour pas cher à Ikea (très écologique Ikea hein, t'as vu l'état des encombrants en fin de saison étudiante ?) Mais pas tout ; il faudrait faire un effort sur le jambon, sans nitrite bien sûr. On ne mange presque plus de fromage et la viande c'est que quand on va au restaurant.

4. Des tasses et verres réutilisables. Cette question ! Ben ouais depuis toujours, boire dans du verre ou de la faïence sinon rien. Tu me vois boire une Slack dans un godet plastique ? Beurk ! Sauf quand on regarde Vikings, là on boit dans des crânes d'ennemis ou des cornes de yak ou des timbales en bois.

5. Manger sur place, jamais de livraison ni de plats à emporter. Evidemment ! Sauf qu'on a un locataire indien, il nous a fait un poulet Bryana, et là c'est notre bouche qui fut emportée...

6. Les pailles et la vaisselle jetable, ben oui, on se sert pas de ses cochonneries ; c'est pas interdit ces trucs-là même en bambou !? Et j'adore faire la vaisselle, c'est un art.

7. Les produits ménagers, non on ne fabrique pas : on a de l'eau de javel, de l'acide chlorhydrique, du liquide vaisselle, de la lessive pas toujours écolo, mais on lave pas souvent, on est des Chti ; l'hygiénisme a remplacé l'hygiène : Lever et Colgate ont d'ailleurs créé le métier de dermatologue. Faudrait leur passer un savon à ceux-là ! Regarde la vie sexuelle de Ragnar, tu crois qu'il se douche 2 fois 30 minutes par jour ? L'amour à son époque ça a avait du goût ! Bon et puis, sinon, c'est quand qu'on fait de la musique, de la peinture, jouer avec les chats, lire, du vélo, Non, faut pas trop laver, c'est une ruine et ça abîme, c'est pas juste de rouler les gens avec ça. Mes amis ne se font d'ailleurs pas de mousse car ils me savent-honnête.

8. Oui on utilise du savon et du shampoing solide. Le dentifrice ? Je veux bien, ça se trouve chez qui, chez Biocoop ? Sinon, c'est 4,40 €/ litre à Lidl depuis 2005 : votre Signal et Colle-Gâte, c'est entre 40 et 60€ le litre pour aucun avantage ; en plus je trempe ma brosse dans du bicarbonate de soude, comme ils mettent dans les dentifrices pour richards...)

9. Ben oui je partage ces conseils avec mon entourage et ça les gonfle tellement que certains décollent comme des Mongols fiers...

Cela dit, on consomme 50 mètres cubes d'eau par an (dont 25 par le locataire ; et vous ?) Notre facture électrique est très basse, et de toute façon, ça ne change rien au fait que les micro-plastiques sont maintenant absolument partout, même dans mon cerveau ; du coup mes idées ne sont plus recyclables. Quant aux pistes, ça progresse, mais elles sont souvent même pas cyclables.

On sort nos poubelles toutes les deux ou trois semaines, on a un lombricomposteur et une chasse à double alimentation pour l'eau de pluie (trou et entonnoir).

Ah oui et mon moteur est coupé à CHAQUE fois que mon auto est à l'arrêt (un plein gratuit tous les 5000 km et pas de gaz d'échappement pendant ce temps) plus ici à ce sujet :

Alors on a une bonne note ?

On ne fait pas ça pour sauver la vie sur terre, on fait ça simplement pour se sentir maîtres de quelques décisions, de quelques choix dans ce monde-machine... Et on voit bien que la majeure partie de nos contemporains se contrefichent bien de tout ça. Ils se contentent d'obéir à la pub.

Ah et Facebook, toutes ces vidéos,... Y a pas un problème de pollution aussi ?

Faisons-nous plaisir à défaut de sauver la vie. - par JulienConstant le 24/07/2020 20:28 

Les petits gestes qui sauvent seulement un peu de notre liberté de faire des choses non décidées à notre place.
Mais c'est bon de rêver.

PlasticAttack.jpg

Bon, je ne sais pas si je serai lu, car sur Facebook, c'est 8 mots maxi après y a plus personne....😢

1. Alors des gourdes j'en connais plein, mais elles ont souvent une belle plastique, et ça c'est pas recyclable, même une fois. Sinon, j'ai mes deux gourdes de vélo, ma gourde de ski de fond. On achète très rarement de l'eau en bouteille (qui coûte entre cinquante et deux cent fois plus cher que l'eau du gros binet (4 € les mille litres), et est au moins aussi polluée, mais pas tout à fait des mêmes saloperies. Des fois on achète une eau pétillante, mais c'est pour faire régime sur la bière (qui nécessite autour de huit litres d'eau pour la fabriquer, t'as qu'à voir...) Il nous faut un pour remplir la boîte de bouchons plastique pour LesPetitsBouchonsLille. Et pareil pour le liège ; on picole pas tant que ça !

2. Oui bien sûr on a des cabas (oui c'est le nom qui va bien) réutilisables à vie, comme on en ramasse plein les rues parce que ça pollue moins...

3. On achète plein de trucs en vrac, on a des beaux bocaux bobos pour pas cher à Ikea (très écologique Ikea hein, t'as vu l'état des encombrants en fin de saison étudiante ?) Mais pas tout ; il faudrait faire un effort sur le jambon, sans nitrite bien sûr. On ne mange presque plus de fromage et la viande c'est que quand on va au restaurant.

4. Des tasses et verres réutilisables. Cette question ! Ben ouais depuis toujours, boire dans du verre ou de la faïence sinon rien. Tu me vois boire une Slack dans un godet plastique ? Beurk ! Sauf quand on regarde Vikings, là on boit dans des crânes d'ennemis ou des cornes de yak ou des timbales en bois.

5. Manger sur place, jamais de livraison ni de plats à emporter. Evidemment ! Sauf qu'on a un locataire indien, il nous a fait un poulet Bryana, et là c'est notre bouche qui fut emportée...

6. Les pailles et la vaisselle jetable, ben oui, on se sert pas de ses cochonneries ; c'est pas interdit ces trucs-là même en bambou !? Et j'adore faire la vaisselle, c'est un art.

7. Les produits ménagers, non on ne fabrique pas : on a de l'eau de javel, de l'acide chlorhydrique, du liquide vaisselle, de la lessive pas toujours écolo, mais on lave pas souvent, on est des Chti ; l'hygiénisme a remplacé l'hygiène : Lever et Colgate ont d'ailleurs créé le métier de dermatologue. Faudrait leur passer un savon à ceux-là ! Regarde la vie sexuelle de Ragnar, tu crois qu'il se douche 2 fois 30 minutes par jour ? L'amour à son époque ça a avait du goût ! Bon et puis, sinon, c'est quand qu'on fait de la musique, de la peinture, jouer avec les chats, lire, du vélo, Non, faut pas trop laver, c'est une ruine et ça abîme, c'est pas juste de rouler les gens avec ça. Mes amis ne se font d'ailleurs pas de mousse car ils me savent-honnête.

8. Oui on utilise du savon et du shampoing solide. Le dentifrice ? Je veux bien, ça se trouve chez qui, chez Biocoop ? Sinon, c'est 4,40 €/ litre à Lidl depuis 2005 : votre Signal et Colle-Gâte, c'est entre 40 et 60€ le litre pour aucun avantage ; en plus je trempe ma brosse dans du bicarbonate de soude, comme ils mettent dans les dentifrices pour richards...)

9. Ben oui je partage ces conseils avec mon entourage et ça les gonfle tellement que certains décollent comme des Mongols fiers...

Cela dit, on consomme 50 mètres cubes d'eau par an (dont 25 par le locataire ; et vous ?) Notre facture électrique est très basse, et de toute façon, ça ne change rien au fait que les micro-plastiques sont maintenant absolument partout, même dans mon cerveau ; du coup mes idées ne sont plus recyclables. Quant aux pistes, ça progresse, mais elles sont souvent même pas cyclables.

On sort nos poubelles toutes les deux ou trois semaines, on a un lombricomposteur et une chasse à double alimentation pour l'eau de pluie (trou et entonnoir).

Ah oui et mon moteur est coupé à CHAQUE fois que mon auto est à l'arrêt (un plein gratuit tous les 5000 km et pas de gaz d'échappement pendant ce temps) plus ici à ce sujet :

Alors on a une bonne note ?

On ne fait pas ça pour sauver la vie sur terre, on fait ça simplement pour se sentir maîtres de quelques décisions, de quelques choix dans ce monde-machine... Et on voit bien que la majeure partie de nos contemporains se contrefichent bien de tout ça. Ils se contentent d'obéir à la pub.

Ah et Facebook, toutes ces vidéos,... Y a pas un problème de pollution aussi ?

(24/07/2020 20:28)

Dénoter - par JulienConstant le 07/07/2020 13:08 

Des notes qui détonnent, des détonations qui étonnent, et mon agacement qui tonne

Le verbe dénoter appelle toujours un complément d'objet direct : dénoter quelque chose.

A un ami musicien qui, dans son affiche de concert, écrivait : "Ça dénote !" j'ai expliqué qu'il aurait dû écrire "ça détonne". Il m'a répondu qu'il s'agissait d'un jeu de mots au second degré.  Que nenni ; il ne faisait que répéter involontairement cette erreur courante dans les médias, et abondamment commise partout en 2020. Et refusait de reconnaître son erreur. Pour un auteur de théâtre, c'est décevant.

Mais un jeu de mots ne fonctionne que s'il est perçu. Or une faute banale n'est jamais perçue comme un jeu de mots. Ce sont plutôt les jeux de mots qui commencent à être perçus comme des fautes, si toutefois, quelqu'un s'étonne encore de quelque chose...Si l'artiste avait signalé son "jeu de mots" dans son texte, alors on aurait pu en effet parler de jeu de mots. 

Exemple :   le style original de ce concert détonne dans le suivisme ambiant, et les surprises du spectacle détonent comme des pétards. De plus, voici une partition à la portée de tous, et elle dénote vraiment une jolie créativité, qui s'exprime vivement dans ce flot de notes apparemment désaccordées.

Autre exemple de cette ânerie dans la presse :

https://www.leprogres.fr/faits-divers-justice/2020/07/06/rosieres-un-adolescent-et-un-quinquagenaire-decedent-dans-un-dramatique-accident-de-tracteur
Une foule s’activait dans le jardin de cette maison pavillonnaire, dans la lumière rasante de la fin d’après-midi, ce lundi. Corps médical, forces de l’ordre et surtout civils éplorés dénotaient avec la quiétude des alentours, plongés dans la torpeur estivale. 

Il fallait écrire "détonnaient". Cette négligence, fille d'une absence de vigilance et du suivisme coutumier de la presse, contribue à l'appauvrissement de notre expression en français. C'est bien plus grave qu'un simple caprice de puriste, comme le rétorqueront immanquablement les coupables (de paresse).


Voir aussi :

https://www.dictionnaire-academie.fr/article/DNP0060
http://parler-francais.eklablog.com/denoter-detonner-a31097929
https://www.projet-voltaire.fr/culture-generale/achalande-denoter-ingambe-mots-mal-employes-1/

Dénoter - par JulienConstant le 07/07/2020 13:08 

Des notes qui détonnent, des détonations qui étonnent, et mon agacement qui tonne

Le verbe dénoter appelle toujours un complément d'objet direct : dénoter quelque chose.

A un ami musicien qui, dans son affiche de concert, écrivait : "Ça dénote !" j'ai expliqué qu'il aurait dû écrire "ça détonne". Il m'a répondu qu'il s'agissait d'un jeu de mots au second degré.  Que nenni ; il ne faisait que répéter involontairement cette erreur courante dans les médias, et abondamment commise partout en 2020. Et refusait de reconnaître son erreur. Pour un auteur de théâtre, c'est décevant.

Mais un jeu de mots ne fonctionne que s'il est perçu. Or une faute banale n'est jamais perçue comme un jeu de mots. Ce sont plutôt les jeux de mots qui commencent à être perçus comme des fautes, si toutefois, quelqu'un s'étonne encore de quelque chose...Si l'artiste avait signalé son "jeu de mots" dans son texte, alors on aurait pu en effet parler de jeu de mots. 

Exemple :   le style original de ce concert détonne dans le suivisme ambiant, et les surprises du spectacle détonent comme des pétards. De plus, voici une partition à la portée de tous, et elle dénote vraiment une jolie créativité, qui s'exprime vivement dans ce flot de notes apparemment désaccordées.

Autre exemple de cette ânerie dans la presse :

https://www.leprogres.fr/faits-divers-justice/2020/07/06/rosieres-un-adolescent-et-un-quinquagenaire-decedent-dans-un-dramatique-accident-de-tracteur
Une foule s’activait dans le jardin de cette maison pavillonnaire, dans la lumière rasante de la fin d’après-midi, ce lundi. Corps médical, forces de l’ordre et surtout civils éplorés dénotaient avec la quiétude des alentours, plongés dans la torpeur estivale. 

Il fallait écrire "détonnaient". Cette négligence, fille d'une absence de vigilance et du suivisme coutumier de la presse, contribue à l'appauvrissement de notre expression en français. C'est bien plus grave qu'un simple caprice de puriste, comme le rétorqueront immanquablement les coupables (de paresse).


Voir aussi :

https://www.dictionnaire-academie.fr/article/DNP0060
http://parler-francais.eklablog.com/denoter-detonner-a31097929
https://www.projet-voltaire.fr/culture-generale/achalande-denoter-ingambe-mots-mal-employes-1/

(07/07/2020 13:08)

après que - par JulienConstant le 23/06/2020 08:11 

Après que

http://www.academie-francaise.fr/apres-que

Le 6 octobre 2011

À la différence de avant que, qui implique une notion d’éventualité, après que, marquant que l’on considère le fait comme accompli, introduit une subordonnée dont le verbe doit être mis à l’indicatif. Je rentrerai après que la nuit sera tombée. Il est parti après que nous l’avons tous salué.

Le passé antérieur employé dans des phrases comme Après que le bateau fut sorti du port, la tempête s’éleva ou On l’applaudit après qu’il eut parlé ne doit pas être confondu avec le plus-que-parfait du subjonctif.

- "Le solécisme avec "après que" confond les faits et les hypothèses" (Alain Borer  - De quel amour blessée)

https://la-conjugaison.nouvelobs.com/regles/conjugaison/passe-anterieur-de-l-indicatif-46.php

Alors que cette erreur banale tend, en 2020, à disparaître des canaux médiatiques officiels, la force du mimétisme inconscient reste intacte. Et même des auteurs très attachés à une expression libre, donc vigilante quant aux influences néfastes, sont soumis à cette pression.

Les cas d'emploi inappropriés du mode subjonctif relèvent initialement d'un bon sentiment, d'un désir de bien s'exprimer, qui mène à l'hypercorrection.  (Comme "elle s'est faite couper les cheveux" - accord parasite d'hypercorrection.


Jean-Michel Blanquer France Info 15/03 9:10  Après que le pic de l'épidémie soit !! passée...  (sera)

Non monsieur le médiocre ministre, vous ne maîtrisez pas les pré-requis de votre métier du moment : Après que vos réformes seront oubliées, leurs dégâts seront toujours bien réels.


Le message ci-dessous, déposé sur le site de la France Insoumise est resté sans réponse (l'indifférence n'est-elle pas le plus puissant des mépris ?). A quoi FI n'est-elle pas donc soumise ? La destruction de la langue française constitue pourtant l'une des tâches majeures auxquelles s'emploie le néo-libéralisme que Phi prétend combattre.

Saccager le français en le tuant par l'envahissement de l'anglo-américain, par le mimétisme syntaxique de l'indifférenciation, et par les erreurs classiques amplifiés par la Toile notamment, c'est remplacer la pensée française par l'angloubi-boulga.

Harmonie, philosophie...Quand on manifeste son attachement au nombre d'or, φ, on ne peut pas faire fi de la santé de la langue française, l'une des marques les plus abouties de l'intelligence humaine.

29/11/2018 France Insoumise : en français please !


'Bonjour,

Je vous saurais gré d'employer l'indicatif et non le subjonctif avec "après que" (cf. n'importe quel roman ou magazine sérieux, la plupart des intervenants sur les grands médias, la plupart des acteurs de post-synchronisation, les spécialistes de la langue...)
L'exigence politique n'est pas séparable de l'exigence linguistique :

Pas bon : Le comité électoral a décidé de retirer Djordje Kuzmanovic de la liste, après qu’il ait publiquement réitéré des propos ...

Bon : Le comité électoral a décidé de retirer Djordje Kuzmanovic de la liste, après qu’il a publiquement réitéré des propos.


04/02/2019 A hub chez ladepeche.fr henri.amar chez ladepeche.fr  veronique.delamarche.

https://www.ladepeche.fr/2019/02/04/le-mystere-de-la-sonnette-hantee-est-enfin-resolu,7993284.php

Une dizaine de jours après que l'article *soit*   est  paru, ils ont reçu la venue d'un technicien Enedis pour effectuer des tests.


...après que les nazis eussent    eurent révélé la vérité de l’eugénisme. La création in labo d’un Übermensch, d’une 
http://hors-sol.herbesfolles.org/2019/11/07/appel-contre-leugenisme-et-lanthropocide/


Venise enfin débarrassée de ses paquebots ?

Début juin, après que son capitaine en eût    eut perdu le contrôle.   (confusion subjonctif - passé antérieur)


https://www.google.fr/amp/s/www.nouvelobs.com/monde/20190809.OBS16989/venise-enfin-debarrassee-de-ses-paquebots.amp





 

après que - par JulienConstant le 23/06/2020 08:11 

Après que

http://www.academie-francaise.fr/apres-que

Le 6 octobre 2011

À la différence de avant que, qui implique une notion d’éventualité, après que, marquant que l’on considère le fait comme accompli, introduit une subordonnée dont le verbe doit être mis à l’indicatif. Je rentrerai après que la nuit sera tombée. Il est parti après que nous l’avons tous salué.

Le passé antérieur employé dans des phrases comme Après que le bateau fut sorti du port, la tempête s’éleva ou On l’applaudit après qu’il eut parlé ne doit pas être confondu avec le plus-que-parfait du subjonctif.

- "Le solécisme avec "après que" confond les faits et les hypothèses" (Alain Borer  - De quel amour blessée)

https://la-conjugaison.nouvelobs.com/regles/conjugaison/passe-anterieur-de-l-indicatif-46.php

Alors que cette erreur banale tend, en 2020, à disparaître des canaux médiatiques officiels, la force du mimétisme inconscient reste intacte. Et même des auteurs très attachés à une expression libre, donc vigilante quant aux influences néfastes, sont soumis à cette pression.

Les cas d'emploi inappropriés du mode subjonctif relèvent initialement d'un bon sentiment, d'un désir de bien s'exprimer, qui mène à l'hypercorrection.  (Comme "elle s'est faite couper les cheveux" - accord parasite d'hypercorrection.


Jean-Michel Blanquer France Info 15/03 9:10  Après que le pic de l'épidémie soit !! passée...  (sera)

Non monsieur le médiocre ministre, vous ne maîtrisez pas les pré-requis de votre métier du moment : Après que vos réformes seront oubliées, leurs dégâts seront toujours bien réels.


Le message ci-dessous, déposé sur le site de la France Insoumise est resté sans réponse (l'indifférence n'est-elle pas le plus puissant des mépris ?). A quoi FI n'est-elle pas donc soumise ? La destruction de la langue française constitue pourtant l'une des tâches majeures auxquelles s'emploie le néo-libéralisme que Phi prétend combattre.

Saccager le français en le tuant par l'envahissement de l'anglo-américain, par le mimétisme syntaxique de l'indifférenciation, et par les erreurs classiques amplifiés par la Toile notamment, c'est remplacer la pensée française par l'angloubi-boulga.

Harmonie, philosophie...Quand on manifeste son attachement au nombre d'or, φ, on ne peut pas faire fi de la santé de la langue française, l'une des marques les plus abouties de l'intelligence humaine.

29/11/2018 France Insoumise : en français please !


'Bonjour,

Je vous saurais gré d'employer l'indicatif et non le subjonctif avec "après que" (cf. n'importe quel roman ou magazine sérieux, la plupart des intervenants sur les grands médias, la plupart des acteurs de post-synchronisation, les spécialistes de la langue...)
L'exigence politique n'est pas séparable de l'exigence linguistique :

Pas bon : Le comité électoral a décidé de retirer Djordje Kuzmanovic de la liste, après qu’il ait publiquement réitéré des propos ...

Bon : Le comité électoral a décidé de retirer Djordje Kuzmanovic de la liste, après qu’il a publiquement réitéré des propos.


04/02/2019 A hub chez ladepeche.fr henri.amar chez ladepeche.fr  veronique.delamarche.

https://www.ladepeche.fr/2019/02/04/le-mystere-de-la-sonnette-hantee-est-enfin-resolu,7993284.php

Une dizaine de jours après que l'article *soit*   est  paru, ils ont reçu la venue d'un technicien Enedis pour effectuer des tests.


...après que les nazis eussent    eurent révélé la vérité de l’eugénisme. La création in labo d’un Übermensch, d’une 
http://hors-sol.herbesfolles.org/2019/11/07/appel-contre-leugenisme-et-lanthropocide/


Venise enfin débarrassée de ses paquebots ?

Début juin, après que son capitaine en eût    eut perdu le contrôle.   (confusion subjonctif - passé antérieur)


https://www.google.fr/amp/s/www.nouvelobs.com/monde/20190809.OBS16989/venise-enfin-debarrassee-de-ses-paquebots.amp





 

(23/06/2020 08:11)

Le progrès m'a tué. - par JulienConstant le 18/06/2020 20:32 

Le Progrès m'a tué 


Excellent ouvrage. Tellement excellent et utile qu'il est souvent cité.

Mais ainsi, sa diffusion participe à la destruction des temps et modes grammaticaux, tellement patente, notamment sur la toile. Or manifestement,  il s'agit là pour ce livre d'un clin d'œil, d'un second degré (quoique singulièrement éculé depuis). Or depuis 1991, qui se souvient encore de cette phrase accusatrice « Omar m'a tuer », écrite en lettres de sang sur une porte par une personne peu lettrée ?... Mais seuls les initiés savent. Quant aux autres qui écrivent "j'ai manger", ils ne voient qu'un emploi, normal à leurs yeux, de l'infinitif, si toutefois ils avent encore ce qu'est un infinitif, ou un verbe... Et ne connaissant pas la différence de sens entre joué, jouer, jouait et jouez, ils emploient indifféremment l'un pour l'autre, affaiblissant la fonction essentielle de langue : communiquer une pensée précise.

A un ami musicien qui, dans son affiche de concert, écrivait : "Ça dénote !" j'ai expliqué qu'il aurait dû écrire "ça détonne". Il m'a répondu qu'il s'agissait d'un jeu de mots au second degré.  Que nenni ; il ne faisait que répéter involontairement cette erreur courante dans les médias, et abondamment commise partout en 2020.


Mais un jeu de mots ne fonctionne que s'il est perçu. Or une faute banale n'est jamais perçue comme un jeu de mots. ce sont plutôt les jeux de mots qui commencent à être perçus comme des fautes, si toutefois, quelqu'un s'étonne de quelque chose...Si l'artiste avait signalé son "jeu de mots" dans son texte, alors on aurait pu en effet parler de jeu de mots. 
 

Exemples :   le style original de ce concert détonne dans le suivisme ambiant, et les surprises du spectacle détonent comme des pétards. De plus, voici une partition à la portée de tous, et elle dénote vraiment une jolie créativité.

Le second degré témoigne et participe de la banalisation du poison, de la même soumission que le premier. Une arme est une arme. C'est précisément cela qui fait la force du totalitarisme linguistique : ses victimes en sont aussi les soldats et les hérauts.

Et ainsi en va-t-il de "... m'a tuer",  formule qui effectivement a tué le passé composé. Le rabâchage, en effet, qu'il soit scolaire ou médiatique (ce dernier disposant de moyens que l'école n'a jamais eus) est un procédé mnémotechnique éprouvé ; ajoutez l'écho démultiplié des reprises et autres citations, et en peu de temps, l'expression se verrouille dans la langue.  Oui la langue est bien vivante, et elle attrape de vilaines maladies.

Le progrès m'a tué. - par JulienConstant le 18/06/2020 20:32 

Le Progrès m'a tué 


Excellent ouvrage. Tellement excellent et utile qu'il est souvent cité.

Mais ainsi, sa diffusion participe à la destruction des temps et modes grammaticaux, tellement patente, notamment sur la toile. Or manifestement,  il s'agit là pour ce livre d'un clin d'œil, d'un second degré (quoique singulièrement éculé depuis). Or depuis 1991, qui se souvient encore de cette phrase accusatrice « Omar m'a tuer », écrite en lettres de sang sur une porte par une personne peu lettrée ?... Mais seuls les initiés savent. Quant aux autres qui écrivent "j'ai manger", ils ne voient qu'un emploi, normal à leurs yeux, de l'infinitif, si toutefois ils avent encore ce qu'est un infinitif, ou un verbe... Et ne connaissant pas la différence de sens entre joué, jouer, jouait et jouez, ils emploient indifféremment l'un pour l'autre, affaiblissant la fonction essentielle de langue : communiquer une pensée précise.

A un ami musicien qui, dans son affiche de concert, écrivait : "Ça dénote !" j'ai expliqué qu'il aurait dû écrire "ça détonne". Il m'a répondu qu'il s'agissait d'un jeu de mots au second degré.  Que nenni ; il ne faisait que répéter involontairement cette erreur courante dans les médias, et abondamment commise partout en 2020.


Mais un jeu de mots ne fonctionne que s'il est perçu. Or une faute banale n'est jamais perçue comme un jeu de mots. ce sont plutôt les jeux de mots qui commencent à être perçus comme des fautes, si toutefois, quelqu'un s'étonne de quelque chose...Si l'artiste avait signalé son "jeu de mots" dans son texte, alors on aurait pu en effet parler de jeu de mots. 
 

Exemples :   le style original de ce concert détonne dans le suivisme ambiant, et les surprises du spectacle détonent comme des pétards. De plus, voici une partition à la portée de tous, et elle dénote vraiment une jolie créativité.

Le second degré témoigne et participe de la banalisation du poison, de la même soumission que le premier. Une arme est une arme. C'est précisément cela qui fait la force du totalitarisme linguistique : ses victimes en sont aussi les soldats et les hérauts.

Et ainsi en va-t-il de "... m'a tuer",  formule qui effectivement a tué le passé composé. Le rabâchage, en effet, qu'il soit scolaire ou médiatique (ce dernier disposant de moyens que l'école n'a jamais eus) est un procédé mnémotechnique éprouvé ; ajoutez l'écho démultiplié des reprises et autres citations, et en peu de temps, l'expression se verrouille dans la langue.  Oui la langue est bien vivante, et elle attrape de vilaines maladies.

(18/06/2020 20:32)

ignorer - par JulienConstant le 26/05/2020 09:54 

Ignorer

Depuis l'avènement de la radio et de la télé, la prédominance des médias de masse accélère l'évolution des langues, et hélas pas seulement vers leur enrichissement, mais de plus en plus vers leur appauvrissement. Or sans langue, pas d'humain.

Il devient impossible d'ignorer ce phénomène et de ne pas constater que mon entourage emploie maintenant ignorer dans ce sens. Comme toujours dans cette pathologie sociale, il est impossible de faire observer, et donc corriger cette erreur, installée de force dans notre mémoire. Esquive et haussement d'épaules dans le meilleur cas. C'est quoi la pensée unique déjà ? 

- Sur un site de commerce en ligne : En fonction de vos entrées et préférences, aucun service d'expédition n'est disponible. Les services d'expédition affichés ignorent vos préférences. Si rien n'est indiqué, aucun service d'expédition n'est disponible pour cette commande.

Un français aurait dit (jusqu'à il y a peu...)  Les services d'expédition affichés ne prennent pas en compte vos préférences.

- Netflix    ignorer l'introduction (passer l'introduction)

Screenshot_Clock.jpg

- Samsung   Clock  

Samsung    minuterie     ignorer (pour arrêter l'alarme)

- Samsung   Pour supprimer l'enregistrement et donc ne pas le sauvegarder, il faut cliquer sur... ignorer.Screenshot_Voice Recorder.jpg
Cliquer sur   renvoie à l'enregistreur, pour continuer à enregistrer.
Cliquer sur  permet de sauvegarder le fichier son créé.
 

On voit aussi en passant pour "l'informatique c'est compliqué" enregistrer a deux sens : faire une prise de sons ou bien sauvegarder.


 

ignorer - par JulienConstant le 26/05/2020 09:54 

Ignorer

Depuis l'avènement de la radio et de la télé, la prédominance des médias de masse accélère l'évolution des langues, et hélas pas seulement vers leur enrichissement, mais de plus en plus vers leur appauvrissement. Or sans langue, pas d'humain.

Il devient impossible d'ignorer ce phénomène et de ne pas constater que mon entourage emploie maintenant ignorer dans ce sens. Comme toujours dans cette pathologie sociale, il est impossible de faire observer, et donc corriger cette erreur, installée de force dans notre mémoire. Esquive et haussement d'épaules dans le meilleur cas. C'est quoi la pensée unique déjà ? 

- Sur un site de commerce en ligne : En fonction de vos entrées et préférences, aucun service d'expédition n'est disponible. Les services d'expédition affichés ignorent vos préférences. Si rien n'est indiqué, aucun service d'expédition n'est disponible pour cette commande.

Un français aurait dit (jusqu'à il y a peu...)  Les services d'expédition affichés ne prennent pas en compte vos préférences.

- Netflix    ignorer l'introduction (passer l'introduction)

Screenshot_Clock.jpg

- Samsung   Clock  

Samsung    minuterie     ignorer (pour arrêter l'alarme)

- Samsung   Pour supprimer l'enregistrement et donc ne pas le sauvegarder, il faut cliquer sur... ignorer.Screenshot_Voice Recorder.jpg
Cliquer sur   renvoie à l'enregistreur, pour continuer à enregistrer.
Cliquer sur  permet de sauvegarder le fichier son créé.
 

On voit aussi en passant pour "l'informatique c'est compliqué" enregistrer a deux sens : faire une prise de sons ou bien sauvegarder.


 

(26/05/2020 09:54)

mixte - par JulienConstant le 15/05/2020 08:51 

Mixte

Alors que l'anglais "mix" participe allègrement à l'appauvrissement du français et à l'abdication de la liberté de parler français, on est encore compris par nos contemporains (ouf !) si on emploie  offre, éventail, proportion, dosage, préparation, diversité ...  Tout le monde comprend courriel, mais personne ne met en œuvre la liberté de l'employer, préférant la soumission pour ne pas se faire remarquer.  Il y a quelque chose de l'étoile jaune des juifs dans cette imposition par pression sociale des stigmates de la société de consoumission par la publicité.

Il s'agit surtout du fameux mix "énergétique" de nos débiles technocrates..  Pour moi, c'est un mixte, une offre énergétique. Pour quelle raison me laisserais-je donc imposer mes mots par de riches crétins ?

http://www.genethique.org/fr/covid-19-du-conte-de-fee-au-cauchemar-73452.html#_ftn1

G : Pourtant, ne peut-on pas affirmer qu'avec cette pandémie, la médecine a retrouvé ce pour quoi elle est faite : soigner ?

DF : C'est la bonne nouvelle que l'on doit à cette pandémie : le retour de la médecine à sa fonction soignante. La défaite en rase campagne essuyée par l'appareil technoscientifique, qui a fait la preuve de son ignorance et de son impuissance, nous a fait redécouvrir que la médecine était un mixte de savoir et de savoir-faire exclusivement destiné à prendre soin des personnes, avec les moyens du bord. 

https://www.cnrtl.fr/definition/mixte

II. − Subst. masc.

A. − [Correspond à supra I A]

1. CHIM. Corps composé. Toutes les parties d'un mixte. Réduire les mixtes à leurs principes (Ac.). Un mixte formé par la syncristallisation de plusieurs orientations d'un même cristal (Friedel,Cristallogr., 1926, p.396).

2. HIST. RELIG. Dans certains monastères, verre de vin coupé d'eau (notamment pour le lecteur de table); légère collation. De Pâques au 14 septembre où le jeûne cistercien est moins rigide, le dîner a lieu vers 11 heures 30 et l'on peut y ajouter le mixte, c'est-à-dire une légère collation le soir (Huysmans,En route, t.2, 1895, p.102).

3. Littér. Un mixte de + subst. abstr.Amalgame complexe. Synon. composé:

6. Ce mixte de savoir, de méthode et de songe, de parfaite et certaine lucidité et de rapports imaginaires est si difficile à admettre que l'on serait parfois tenté de suspecter la bonne foi de notre visionnaire... Valéry,Variété V, 1944, p.278.

4. PHILOS. ,,Théorie des mixtes`` (Logos). ,,Théorie par laquelle Platon rend compte de l'existence matérielle du cosmos comme résultant d'un mélange des essences dérivées des idées`` (Logos):

7. Pascal (...) décrit (...) l'embrouillement de la région mitoyenne où vit l'amphibie humain. Cette confusion (...) n'est pas (...) un monde de mélanges dosés et mesurables tels que sont, par exemple, les mixtes du Philèbe. Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p.38.

B. − [Correspond à supra I B]

1. AVIRON. Équipe de rameurs issus de clubs différents. (Ds Lar. Lang. fr., Lexis 1975).

2. TENNIS, TENNIS DE TABLESupra I B 2.

https://www.wordreference.com/enfr/mix

mélange nm
combinaison nf
Orange paint is a mix of red paint and yellow paint.
La couleur orange est un mélange de rouge et de jaune.
La couleur orange est une combinaison de rouge et de jaune.
mix n (proportions) proportion nf
dosage nm
The correct mix to create this colour paint is 4 parts blue and 2 parts red.
Les proportions exactes pour créer cette couleur sont quatre doses de bleu et deux de rouge.
Le dosage exact pour créer cette couleur est quatre mesures de bleu et deux de rouge.
mix n (food: semi-prepared) (culinaire) préparation nf
Don't bother making a cake from scratch. Just buy a cake mix.
Ne t'embête pas à faire un gâteau de A à Z. Achète simplement une préparation à gâteau.
mix n informal (variety of people) diversité nf
There was a good mix at the party - plenty of single guys and single girls.
Il y avait une bonne diversité à cette soirée - plein de célibataires, garçons et filles.

mixte - par JulienConstant le 15/05/2020 08:51 

Mixte

Alors que l'anglais "mix" participe allègrement à l'appauvrissement du français et à l'abdication de la liberté de parler français, on est encore compris par nos contemporains (ouf !) si on emploie  offre, éventail, proportion, dosage, préparation, diversité ...  Tout le monde comprend courriel, mais personne ne met en œuvre la liberté de l'employer, préférant la soumission pour ne pas se faire remarquer.  Il y a quelque chose de l'étoile jaune des juifs dans cette imposition par pression sociale des stigmates de la société de consoumission par la publicité.

Il s'agit surtout du fameux mix "énergétique" de nos débiles technocrates..  Pour moi, c'est un mixte, une offre énergétique. Pour quelle raison me laisserais-je donc imposer mes mots par de riches crétins ?

http://www.genethique.org/fr/covid-19-du-conte-de-fee-au-cauchemar-73452.html#_ftn1

G : Pourtant, ne peut-on pas affirmer qu'avec cette pandémie, la médecine a retrouvé ce pour quoi elle est faite : soigner ?

DF : C'est la bonne nouvelle que l'on doit à cette pandémie : le retour de la médecine à sa fonction soignante. La défaite en rase campagne essuyée par l'appareil technoscientifique, qui a fait la preuve de son ignorance et de son impuissance, nous a fait redécouvrir que la médecine était un mixte de savoir et de savoir-faire exclusivement destiné à prendre soin des personnes, avec les moyens du bord. 

https://www.cnrtl.fr/definition/mixte

II. − Subst. masc.

A. − [Correspond à supra I A]

1. CHIM. Corps composé. Toutes les parties d'un mixte. Réduire les mixtes à leurs principes (Ac.). Un mixte formé par la syncristallisation de plusieurs orientations d'un même cristal (Friedel,Cristallogr., 1926, p.396).

2. HIST. RELIG. Dans certains monastères, verre de vin coupé d'eau (notamment pour le lecteur de table); légère collation. De Pâques au 14 septembre où le jeûne cistercien est moins rigide, le dîner a lieu vers 11 heures 30 et l'on peut y ajouter le mixte, c'est-à-dire une légère collation le soir (Huysmans,En route, t.2, 1895, p.102).

3. Littér. Un mixte de + subst. abstr.Amalgame complexe. Synon. composé:

6. Ce mixte de savoir, de méthode et de songe, de parfaite et certaine lucidité et de rapports imaginaires est si difficile à admettre que l'on serait parfois tenté de suspecter la bonne foi de notre visionnaire... Valéry,Variété V, 1944, p.278.

4. PHILOS. ,,Théorie des mixtes`` (Logos). ,,Théorie par laquelle Platon rend compte de l'existence matérielle du cosmos comme résultant d'un mélange des essences dérivées des idées`` (Logos):

7. Pascal (...) décrit (...) l'embrouillement de la région mitoyenne où vit l'amphibie humain. Cette confusion (...) n'est pas (...) un monde de mélanges dosés et mesurables tels que sont, par exemple, les mixtes du Philèbe. Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p.38.

B. − [Correspond à supra I B]

1. AVIRON. Équipe de rameurs issus de clubs différents. (Ds Lar. Lang. fr., Lexis 1975).

2. TENNIS, TENNIS DE TABLESupra I B 2.

https://www.wordreference.com/enfr/mix

mélange nm
combinaison nf
Orange paint is a mix of red paint and yellow paint.
La couleur orange est un mélange de rouge et de jaune.
La couleur orange est une combinaison de rouge et de jaune.
mix n (proportions) proportion nf
dosage nm
The correct mix to create this colour paint is 4 parts blue and 2 parts red.
Les proportions exactes pour créer cette couleur sont quatre doses de bleu et deux de rouge.
Le dosage exact pour créer cette couleur est quatre mesures de bleu et deux de rouge.
mix n (food: semi-prepared) (culinaire) préparation nf
Don't bother making a cake from scratch. Just buy a cake mix.
Ne t'embête pas à faire un gâteau de A à Z. Achète simplement une préparation à gâteau.
mix n informal (variety of people) diversité nf
There was a good mix at the party - plenty of single guys and single girls.
Il y avait une bonne diversité à cette soirée - plein de célibataires, garçons et filles.

(15/05/2020 08:51)

Copie carbone invisible - par JulienConstant le 16/04/2020 15:11 

Copie carbone invisible

Plutôt rares, mais encore trop nombreux sont, 30 ans après l'avènement du courriel, les expéditeurs qui violent encore l'article neuf du code civil,  qui ne connaissent pas la Nétiquette, ou qui n'ont pas vu les trois champs dont sont pourvus tous les outils de courrier électronique : A, Cc, Cci. Ce dernier sigle signifie : Copie Carbone Invisible. Il n'est pas là par hasard.

Je ne diffuse jamais les données personnelles de mes contacts ; j'attends d'eux la même chose. 

En cette époque où le tout automatique a définitivement acquis la faveur du "public", les courrielleurs proposent toujours d'emblée le champ "A" lors de la rédaction d'un courriel.  Alors qu'il faudrait que le champ par défaut soit 'automatiquement' Cci. Je l'ai signalé aux éditeurs, en vain.

On ne serait ainsi plus victimes des étourdis qui diffusent à tous vents nos adresses, inconscients de ce qu'ils font, ne sachant plus ce qu'est la vie privée, ni ses données, ni le code civil article neuf, ni le bon sens, mais qui s'expriment haut et fort sur la justice, le gaspillage, l'écologie, etc.

Pour illusoires qu'elles soient, les nouvelles mesures de protection des données personnelles en vigueur stipulent la même chose. (RGPD: disposition (UE) 2016/679 et la directive UE (2016/680) du parlement européen et du conseil du 27/04/2016. Ce RGPD a pris effet à compter du 25/05/2018, je vous invite à veiller à la manière dont vous stockez et traitez les données privées (dont les adresses courriel) dans le respect des droits de chacun.

Important : L'oubli de l'usage du champ Cci contribue fortement à l'expansion de la diffusion des pourriels et autres courriels non désirés.

La paresse, rien que la paresse ; le pratique, rien que le pratique ; le candide mépris, même chez ceux qui se donnent pour mission d'informer, de relayer, etc. Tous ces gens dont j'ai maintenant l'adresse courriel sont-ils contents de recevoir toujours plus de pourriel et de demandes non désirées grâce à des ignorants de bonne volonté ?

Moi pas. 

Une simple requête sur le Toile donne plus de 300 000 résultats....

Wikipédia   Cci

Bien écrire 

Arobase


Echanges suite à des réactions à l'article ci-dessus

Le 2020-04-16 15:40, MF écrit :

Bonjour, 

Cette fois-ci, c'était juste - c'est ce que j'ai compris - pour que chacun voit le nom des contributeurs trices  et voir s'il fallait solliciter d'autres personnes. 
Moi non plus je n'aime pas les listes "en clair" .

Mais il me semble que dans un forum, elles peuvent passer difficilement inaperçues quand nous écrivons.

Bien cordialement

MF

******************

Bonjour Marie-France,

Là il s'agit bien de courriel, tu n'as pas lu mon billet, et les trois articles dont je donne les liens. je pense, sinon tu n'écrirais pas cela.

"pour que chacun voit le nom des contributeurs trices " 

Il n'y a aucun intérêt à voir les noms de personnes qu'on ne connaît pas, mais quand bien même pour cela il faut d'abord me demander mon avis !  politesse, bon sens, loi, pourriels, big data... 

Les noms tu dis ?  les voici : j'avais mis dans cerre réponse la liste des noms et prénoms qui apparaissent dans les courriels.   Ça te sert à quoi ?
Tu remarques qu'avec les adresses courriels, on voit où certains habitent, tu trouves ça correct ?

_-_-_-_-_-_

Concernant les forums, les champs de courriel n'existent pas bien sûr, mais il est toujours possible et enfantin de masquer son courriel, c'est comme ça depuis la création de forums, c'est la loi (CNI.  RGPD). Et c'est ainsi que je procède sur tous les forums. C'est moi qui décide à qui je donne mon téléphone, mon courriel, etc. Et personne ne se plaint que je respecte les données personnelles. 

un exemple parmi cent mille ici :

https://www.freeguppy.org/fgy5pg.php?lng=fr&typ=fr&cat=201#z2

Cordialement,

Julien Constant

https://www.antilinkynord.fr/


Bonjour Julien

désolé , ce ne sont essentiellement que des adresses de collectifs que tout le monde connait, d'autres qui ont le même combat que nous, et de quelques personnes connus de Sylvie, donc qui ne posent pas de problème à mon avis.  Le but est que chacun sache qui fera partie du réseau, car j'ai pensé que cela pouvait rassurer ou dissuader certains d'en faire partie, connaissant les noms.

Bien,

Tu n'as pas lu mon billet, tu ne veux pas où tu ne peux pas comprendre. 

Je te raye de mes contacts

Mise à jour : Je ne pense pas grand bien des gens, si nombreux, qui, au mépris (candide, désolé, à mon avis, blablabla) des associations existantes, veulent réinventer l'eau chaude. pourquoi ne pas adhérer (en payant) à Priartem, à Robin des Toits, par exemple ? Pourquoi ne pas adhérer (en payant) à MySmartCab, ou soutenir financièrement des actions ?  Pourquoi ne pas se mouiller un peu ? Pourquoi toujours cette prétention ?

Ces vélléités puériles s'éteignent toujours d'elles mêmes après quelques semaines. Il a été question pendant quelques semaines sur cette même liste d'un site national contre le Linky..

Copie carbone invisible - par JulienConstant le 16/04/2020 15:11 

Copie carbone invisible

Plutôt rares, mais encore trop nombreux sont, 30 ans après l'avènement du courriel, les expéditeurs qui violent encore l'article neuf du code civil,  qui ne connaissent pas la Nétiquette, ou qui n'ont pas vu les trois champs dont sont pourvus tous les outils de courrier électronique : A, Cc, Cci. Ce dernier sigle signifie : Copie Carbone Invisible. Il n'est pas là par hasard.

Je ne diffuse jamais les données personnelles de mes contacts ; j'attends d'eux la même chose. 

En cette époque où le tout automatique a définitivement acquis la faveur du "public", les courrielleurs proposent toujours d'emblée le champ "A" lors de la rédaction d'un courriel.  Alors qu'il faudrait que le champ par défaut soit 'automatiquement' Cci. Je l'ai signalé aux éditeurs, en vain.

On ne serait ainsi plus victimes des étourdis qui diffusent à tous vents nos adresses, inconscients de ce qu'ils font, ne sachant plus ce qu'est la vie privée, ni ses données, ni le code civil article neuf, ni le bon sens, mais qui s'expriment haut et fort sur la justice, le gaspillage, l'écologie, etc.

Pour illusoires qu'elles soient, les nouvelles mesures de protection des données personnelles en vigueur stipulent la même chose. (RGPD: disposition (UE) 2016/679 et la directive UE (2016/680) du parlement européen et du conseil du 27/04/2016. Ce RGPD a pris effet à compter du 25/05/2018, je vous invite à veiller à la manière dont vous stockez et traitez les données privées (dont les adresses courriel) dans le respect des droits de chacun.

Important : L'oubli de l'usage du champ Cci contribue fortement à l'expansion de la diffusion des pourriels et autres courriels non désirés.

La paresse, rien que la paresse ; le pratique, rien que le pratique ; le candide mépris, même chez ceux qui se donnent pour mission d'informer, de relayer, etc. Tous ces gens dont j'ai maintenant l'adresse courriel sont-ils contents de recevoir toujours plus de pourriel et de demandes non désirées grâce à des ignorants de bonne volonté ?

Moi pas. 

Une simple requête sur le Toile donne plus de 300 000 résultats....

Wikipédia   Cci

Bien écrire 

Arobase


Echanges suite à des réactions à l'article ci-dessus

Le 2020-04-16 15:40, MF écrit :

Bonjour, 

Cette fois-ci, c'était juste - c'est ce que j'ai compris - pour que chacun voit le nom des contributeurs trices  et voir s'il fallait solliciter d'autres personnes. 
Moi non plus je n'aime pas les listes "en clair" .

Mais il me semble que dans un forum, elles peuvent passer difficilement inaperçues quand nous écrivons.

Bien cordialement

MF

******************

Bonjour Marie-France,

Là il s'agit bien de courriel, tu n'as pas lu mon billet, et les trois articles dont je donne les liens. je pense, sinon tu n'écrirais pas cela.

"pour que chacun voit le nom des contributeurs trices " 

Il n'y a aucun intérêt à voir les noms de personnes qu'on ne connaît pas, mais quand bien même pour cela il faut d'abord me demander mon avis !  politesse, bon sens, loi, pourriels, big data... 

Les noms tu dis ?  les voici : j'avais mis dans cerre réponse la liste des noms et prénoms qui apparaissent dans les courriels.   Ça te sert à quoi ?
Tu remarques qu'avec les adresses courriels, on voit où certains habitent, tu trouves ça correct ?

_-_-_-_-_-_

Concernant les forums, les champs de courriel n'existent pas bien sûr, mais il est toujours possible et enfantin de masquer son courriel, c'est comme ça depuis la création de forums, c'est la loi (CNI.  RGPD). Et c'est ainsi que je procède sur tous les forums. C'est moi qui décide à qui je donne mon téléphone, mon courriel, etc. Et personne ne se plaint que je respecte les données personnelles. 

un exemple parmi cent mille ici :

https://www.freeguppy.org/fgy5pg.php?lng=fr&typ=fr&cat=201#z2

Cordialement,

Julien Constant

https://www.antilinkynord.fr/


Bonjour Julien

désolé , ce ne sont essentiellement que des adresses de collectifs que tout le monde connait, d'autres qui ont le même combat que nous, et de quelques personnes connus de Sylvie, donc qui ne posent pas de problème à mon avis.  Le but est que chacun sache qui fera partie du réseau, car j'ai pensé que cela pouvait rassurer ou dissuader certains d'en faire partie, connaissant les noms.

Bien,

Tu n'as pas lu mon billet, tu ne veux pas où tu ne peux pas comprendre. 

Je te raye de mes contacts

Mise à jour : Je ne pense pas grand bien des gens, si nombreux, qui, au mépris (candide, désolé, à mon avis, blablabla) des associations existantes, veulent réinventer l'eau chaude. pourquoi ne pas adhérer (en payant) à Priartem, à Robin des Toits, par exemple ? Pourquoi ne pas adhérer (en payant) à MySmartCab, ou soutenir financièrement des actions ?  Pourquoi ne pas se mouiller un peu ? Pourquoi toujours cette prétention ?

Ces vélléités puériles s'éteignent toujours d'elles mêmes après quelques semaines. Il a été question pendant quelques semaines sur cette même liste d'un site national contre le Linky..

(16/04/2020 15:11)

28/10/2020 23:45