En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog
 
 

Blog

Tous les billets
Ovation debout  -  par JulienConstant

standing ovation

Ovation debout.

On entend souvent que c'est mieux en anglais car ça sonne mieux. Il s'agit de la sempiternelle discussion qui prend la beauté comme critère. Il faudrait d'abord définir la beauté, ne faudrait-il pas ?

La simple vérité c'est qu'on "aime" ce qui nous est copieusement rabâché. Bref, le lavage de cerveau médiatique produit cet effet là.


Ou alors, on entend : "C'est plus court !" dans la bouche de personnes qui ne disent pas :"Qu'est-ce ?", mais "Qu'est-ce que c'est ?" ou bien qui disent :" Qu'est-ce que tu veux ?" et non : "Que veux-tu ?".  Car s'exprimer, c'est occuper l'espace sonore. La durée des éléments de messages dépend aussi de l'investissement de l'énonciateur, de ceux qui écoutent, de leur statut social, des circonstances...

Mais de tous les anglicismes, les plus ridicules restent quand même les traductions littérales, transpositions directes, ou seules la syntaxe et la prononciation changent... Là il faudrait bien aller jusqu'à avouer qu'on déteste le français... ou qu'on n'ose plus le parler, pour ne pas se faire remarquer, ou tout bêtement qu'on préfère suivre le troupeau, la servitude, c'est moins fatigant....

Lire la suite... Lire la suite

standing ovation

Ovation debout.

On entend souvent que c'est mieux en anglais car ça sonne mieux. Il s'agit de la sempiternelle discussion qui prend la beauté comme critère. Il faudrait d'abord définir la beauté, ne faudrait-il pas ?

La simple vérité c'est qu'on "aime" ce qui nous est copieusement rabâché. Bref, le lavage de cerveau médiatique produit cet effet là.


Ou alors, on entend : "C'est plus court !" dans la bouche de personnes qui ne disent pas :"Qu'est-ce ?", mais "Qu'est-ce que c'est ?" ou bien qui disent :" Qu'est-ce que tu veux ?" et non : "Que veux-tu ?".  Car s'exprimer, c'est occuper l'espace sonore. La durée des éléments de messages dépend aussi de l'investissement de l'énonciateur, de ceux qui écoutent, de leur statut social, des circonstances...

Mais de tous les anglicismes, les plus ridicules restent quand même les traductions littérales, transpositions directes, ou seules la syntaxe et la prononciation changent... Là il faudrait bien aller jusqu'à avouer qu'on déteste le français... ou qu'on n'ose plus le parler, pour ne pas se faire remarquer, ou tout bêtement qu'on préfère suivre le troupeau, la servitude, c'est moins fatigant....

Fermer Fermer

Publié le 06/05/2019 16:25  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut
21/04/2019 Bonjour Reporterre,
Une petite coquille ici https://reporterre.net/Contre-l-effondrement-Extinction-Rebellion-prone-la-desobeissance-civile

É​​viter de reproduire des mécanismes d’un système que l’on combat : voici l’un des chalenges d’XR et aussi l’un de ses principaux attraits pour Sophia. Elle dont c’est le premier engagement militant « apprécie surtout les discussions très démocratiques »
Mais puisque vous êtes ici, pourquoi ne pas empêcher le mot "défi" de mourir ? Voilà un défi qui vaut bien des "challenges" entendus et lus des dizaines de fois pas jour...

Lire la suite... Lire la suite

21/04/2019 Bonjour Reporterre,
Une petite coquille ici https://reporterre.net/Contre-l-effondrement-Extinction-Rebellion-prone-la-desobeissance-civile

É​​viter de reproduire des mécanismes d’un système que l’on combat : voici l’un des chalenges d’XR et aussi l’un de ses principaux attraits pour Sophia. Elle dont c’est le premier engagement militant « apprécie surtout les discussions très démocratiques »
Mais puisque vous êtes ici, pourquoi ne pas empêcher le mot "défi" de mourir ? Voilà un défi qui vaut bien des "challenges" entendus et lus des dizaines de fois pas jour...

Fermer Fermer

Publié le 21/04/2019 16:26  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut
Gorgeous beers, shameful names  -  par JulienConstant

Gorgeous beers, shameful names

Black Mamba

Hoppy Dark AleBlack_Mamba.jpg

à contact chez singe-savant.com


Hi all,

Découvrant votre amour de l'Américain (comme c'est original !) en buvant votre bière aux Jardins des Plantes de Lille lors de la manifestation Lille aux Jardins, je vous écris en anglais, langue que j'adore, quand elle n'est pas transformée en un polluant mortifère.
Je ne mélange jamais la Murphy's et la Slack ; pourquoi mélanger mes deux langues maternelles ?

Vous saurez ainsi que les défenseurs de la langue française ne sont pas nécessairement des détesteurs de l'anglais, comme l'entend toujours ; ce sont parfois des anglophones et même des anglophiles authentiques.
Ce mélange d'anglo-américain nauséabond dans lequel se meurt le français, si opposé aux délices de vos bières, ne respire que l'esclavage ambiant, essentiellement véhiculé par la publicité, commerciale ou politique. Quand la tolérance devient de la complaisance, c'est de la soumission.


So here we go:
I've just been enjoying your very nice brews in le Jardin des Plantes of for the Event "Lille aux Jardins". And on the spur of the moment I bought your excellent Black Mamba Hoppy Dark Ale (which name I thought was original, but looks rather overused instead... e.g. here)

I was born in Lille in 1953, and have been living here since then. I am a retired  teacher of English and French; you will of course understand that I could write this email in French, or even in Chti, but what's the point?

Since you don't seem to feel like naming your beers with French names, or even better straightforward Chti names, it remains unclear to me that you could still pride yourself on your mother tongue, or just carry on with the flock following the slavish fashion of Englobish and American names everywhere!

Still it appears than the Marshall Plan is still alive. But most buyers do not understand your American labels. Are you telling me that if beer label is in English, beer will be good, whereas in French it might prove to be foul?

Why can't you just relish in the accomplishment of freedom by using your mother tongue instead of this bloody fucking American we are forced to bathe in all the time?

Your beers doubtless show genuine characters and tastes, so why not just beam of pride in French?

Please, do think about it!



Non, le Singe Savant ce n'est pas de la petite bière !

Singe-Savant.jpg


Le mer. 8 mai 2019 à 11:01, Guillaume Libersat <guillaume  chez  singe-savant.com> a écrit :

    Merci pour ton message, nous sommes toujours heureux d'avoir du retour sur nos produits.

Je suis bien content que tu me répondes. Je t'avais sous-estimé et je te dois une chope !

    Oui, nous sommes entre deux eaux : tiraillés entre le côté "catchy" de la langue anglaise et l'élégance de notre langue maternelle. Tu remarqueras donc que nos produits portent des noms, certes en partie anglais, mais aussi français : TAZ, Papayou, Granivore... et une petite touche d'espagnol : Papa mexico.
    Le choix du nom de la brasserie a volontairement été choisi en français car nous ne voulions pas rentrer dans la vague des brasseries aux sonorités trop anglophones. Bref, tout ceci pour te dire que nous avons conscience de ce que tu nous relates et nous cherchons un équilibre dans tout ceci ; mais sans pourtant autant considérer que le mélange soit "nauséabond" pour reprendre tes termes mais plutôt amusant et aidant aussi à gommer les frontières.

 
Merci pour ces précisions ; je vais goûter toute votre production.

En fait la langue anglaise, que j'aime puisque je suis parfaitement bilingue, n'est pas plus catchy qu'une autre ; certes, son accentuation globalement binaire la rend très compatible avec nos musiques préférées, binaires elles-aussi le plus souvent.  Mais ce qui la rend accrocheuse, ce n'est que le lavage de cerveau que j'ai commencé à subir... à ma naissance... en 1953... D'où la difficulté de retrouver les mots français qui s'effacent en mémoire passive, et l'appauvrissement considérable, constaté et patent.

Sur mon site chimpanzedupresent.fr, je note mes observations, notamment au sujet de la langue, sur ce monde où la liberté ressemble beaucoup à du panurgisme et oùle clonage mental ne semble pas près de régresser.
32000 heures à enseigner le français et l'anglais, et ensuite une plongée dans la linguistique, ça construit un regard pénétrant sur les langues et révèle des choses impossibles à deviner pour les profanes. Même nos élites relaient le formatage linguistique à leur insu.  Membre de l'AFRAV, la défense de la plus belle langue du monde m'importe.

Oui, c'est nauséabond ; d'abord parce que ce n'est souvent pas de l'anglais - Mes amis anglais rigolent de nos pubs !  Et parce que l'idée c'est bien de créer délibérément, politiquement, l'association entre Progrès et anglo-américain. Et de nous faire aimer notre servitude, dont nous devenons les meilleurs défenseurs...

La suite du plan Marshall que nous vivons actuellement n'est pas la seule menace de destruction de langue. La France se débrouille très bien toute seule pour réduire notre capacité de communiquer en français ; ce sont les écrivains africains qui le disent, entre autres !
Oui, le contrôle des populations par l'invasion linguistique est un programme politique affiché clairement après la seconde guerre (Claude Hagège, Contre la pensée unique) et mis en œuvre implacablement avec efficacité (transformer le monde en un débouché économique total)
Un livre plus facile parce que plutôt drôle est sorti récemment : Alain Borer De quelle amour blessée.

Anyway, I do appreciate your smart and well thought of position on the language choice matter.

Cheers!


    Nous sommes par ailleurs heureux que nos produits te plaisent :)

    Bonne journée & à bientôt,

    Guillaume,
    pour le Singe

Lire la suite... Lire la suite

Gorgeous beers, shameful names

Black Mamba

Hoppy Dark AleBlack_Mamba.jpg

à contact chez singe-savant.com


Hi all,

Découvrant votre amour de l'Américain (comme c'est original !) en buvant votre bière aux Jardins des Plantes de Lille lors de la manifestation Lille aux Jardins, je vous écris en anglais, langue que j'adore, quand elle n'est pas transformée en un polluant mortifère.
Je ne mélange jamais la Murphy's et la Slack ; pourquoi mélanger mes deux langues maternelles ?

Vous saurez ainsi que les défenseurs de la langue française ne sont pas nécessairement des détesteurs de l'anglais, comme l'entend toujours ; ce sont parfois des anglophones et même des anglophiles authentiques.
Ce mélange d'anglo-américain nauséabond dans lequel se meurt le français, si opposé aux délices de vos bières, ne respire que l'esclavage ambiant, essentiellement véhiculé par la publicité, commerciale ou politique. Quand la tolérance devient de la complaisance, c'est de la soumission.


So here we go:
I've just been enjoying your very nice brews in le Jardin des Plantes of for the Event "Lille aux Jardins". And on the spur of the moment I bought your excellent Black Mamba Hoppy Dark Ale (which name I thought was original, but looks rather overused instead... e.g. here)

I was born in Lille in 1953, and have been living here since then. I am a retired  teacher of English and French; you will of course understand that I could write this email in French, or even in Chti, but what's the point?

Since you don't seem to feel like naming your beers with French names, or even better straightforward Chti names, it remains unclear to me that you could still pride yourself on your mother tongue, or just carry on with the flock following the slavish fashion of Englobish and American names everywhere!

Still it appears than the Marshall Plan is still alive. But most buyers do not understand your American labels. Are you telling me that if beer label is in English, beer will be good, whereas in French it might prove to be foul?

Why can't you just relish in the accomplishment of freedom by using your mother tongue instead of this bloody fucking American we are forced to bathe in all the time?

Your beers doubtless show genuine characters and tastes, so why not just beam of pride in French?

Please, do think about it!



Non, le Singe Savant ce n'est pas de la petite bière !

Singe-Savant.jpg


Le mer. 8 mai 2019 à 11:01, Guillaume Libersat <guillaume  chez  singe-savant.com> a écrit :

    Merci pour ton message, nous sommes toujours heureux d'avoir du retour sur nos produits.

Je suis bien content que tu me répondes. Je t'avais sous-estimé et je te dois une chope !

    Oui, nous sommes entre deux eaux : tiraillés entre le côté "catchy" de la langue anglaise et l'élégance de notre langue maternelle. Tu remarqueras donc que nos produits portent des noms, certes en partie anglais, mais aussi français : TAZ, Papayou, Granivore... et une petite touche d'espagnol : Papa mexico.
    Le choix du nom de la brasserie a volontairement été choisi en français car nous ne voulions pas rentrer dans la vague des brasseries aux sonorités trop anglophones. Bref, tout ceci pour te dire que nous avons conscience de ce que tu nous relates et nous cherchons un équilibre dans tout ceci ; mais sans pourtant autant considérer que le mélange soit "nauséabond" pour reprendre tes termes mais plutôt amusant et aidant aussi à gommer les frontières.

 
Merci pour ces précisions ; je vais goûter toute votre production.

En fait la langue anglaise, que j'aime puisque je suis parfaitement bilingue, n'est pas plus catchy qu'une autre ; certes, son accentuation globalement binaire la rend très compatible avec nos musiques préférées, binaires elles-aussi le plus souvent.  Mais ce qui la rend accrocheuse, ce n'est que le lavage de cerveau que j'ai commencé à subir... à ma naissance... en 1953... D'où la difficulté de retrouver les mots français qui s'effacent en mémoire passive, et l'appauvrissement considérable, constaté et patent.

Sur mon site chimpanzedupresent.fr, je note mes observations, notamment au sujet de la langue, sur ce monde où la liberté ressemble beaucoup à du panurgisme et oùle clonage mental ne semble pas près de régresser.
32000 heures à enseigner le français et l'anglais, et ensuite une plongée dans la linguistique, ça construit un regard pénétrant sur les langues et révèle des choses impossibles à deviner pour les profanes. Même nos élites relaient le formatage linguistique à leur insu.  Membre de l'AFRAV, la défense de la plus belle langue du monde m'importe.

Oui, c'est nauséabond ; d'abord parce que ce n'est souvent pas de l'anglais - Mes amis anglais rigolent de nos pubs !  Et parce que l'idée c'est bien de créer délibérément, politiquement, l'association entre Progrès et anglo-américain. Et de nous faire aimer notre servitude, dont nous devenons les meilleurs défenseurs...

La suite du plan Marshall que nous vivons actuellement n'est pas la seule menace de destruction de langue. La France se débrouille très bien toute seule pour réduire notre capacité de communiquer en français ; ce sont les écrivains africains qui le disent, entre autres !
Oui, le contrôle des populations par l'invasion linguistique est un programme politique affiché clairement après la seconde guerre (Claude Hagège, Contre la pensée unique) et mis en œuvre implacablement avec efficacité (transformer le monde en un débouché économique total)
Un livre plus facile parce que plutôt drôle est sorti récemment : Alain Borer De quelle amour blessée.

Anyway, I do appreciate your smart and well thought of position on the language choice matter.

Cheers!


    Nous sommes par ailleurs heureux que nos produits te plaisent :)

    Bonne journée & à bientôt,

    Guillaume,
    pour le Singe

Fermer Fermer

Publié le 06/04/2019 14:50  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut
Ecrire un courriel lisiblement  -  par JulienConstant

Formatage correct d'un texte

Lié à l'usage du clavier et à l'apprentissage de la dactylographie en tâtonnant, le formatage erratique de nombre de courriels est effarant. Les obstacles naturels à la compréhension de l'écrit se voient augmentés d'une difficulté supplémentaire : voici mon courriel à un correspondant au sujet d'un problème  extrêmement répandu, et lourd de conséquences en matières de communication.

Recevant cette Lettrinfo pour la seconde fois, je me permets quelques remarques sur la forme. Je commets moi aussi des erreurs, mais je vois ici quelques pistes pour faciliter la lecture.

- Concernant le texte :

La barre d'espacement du clavier ne permet pas de faire de tabulations. Il s'ensuit une mise en forme anarchique des paragraphes. Dans un texteur, le passage à la ligne se fait automatiquement quand on frappe "au kilomètre" ; il ne faut surtout pas appuyer sur "Entrée" parce qu'on a envie de passer à la ligne (car le texte s'adapte tout seul à la largeur de la fenêtre).

Pour marquer l'organisation du texte, il faut utiliser les boutons "retrait" dans la barre d'outils de votre courrielleur (ou les raccourcis claviers)
Exemple avec gmail :  https://support.google.com/mail/answer/6594?co=GENIE.Platform%3DDesktop&hl=fr
Malheureusement, le retrait de première ligne n'est pas disponible sur les interfaces courantes de courriel, ni sur les éditeurs d'interface web. Dans ce cas, deux appuis sur la barre d'espacement peuvent pallier ce manque.

Les sauts de paragraphe : une seule pression sur la touche "Entrée" suffit.

La question à se poser quand on a l'habitude d'appuyer plusieurs fois sur "Entrée" : Est-ce que je formate mon texte ainsi dans Word ? Le résultat est ici un espacement vertical anormalement lâche.
Ces détails gênent la lecture et donc chassent le lecteur.

Pour reformater votre texte, je l'ai collé dans le Bloc-notes de Windows, qui ne produit que du texte brut. Débarrassé des caractères superflus, Il pèse ainsi beaucoup moins. Je l'ai collé au bas de mon courriel.


- Concernant les images :

Je vous remets ci-dessous votre image : elle ne pèse plus 1,055 Mo, soit 93 Ko soit onze fois moins.
Mais surtout, elle ne mesure plus que 1000 pixels de large au lieu de 3028, et donc ne déforme plus l'écran.
Car pour lire votre Lettrinfo, on est obligé d'utiliser la barre de déplacement horizontal en bas du message ! Ce qui là encore agace et chasse le lecteur.

Ces erreurs sont courantes puisque, quand j'étais formateur IUFM,  nous n'avons pas réussi à obtenir que la bureautique soit enseignée à l'école. Chacun apprend donc "sur le tas", sans forcément aller voir en ligne les tutoriels sur le sujet. D'ailleurs, grâce aux ordiphones, les compétences de nos jeunes en bureautique ont d'ailleurs régressées jusqu'à la nullité. N'en déplaise à Michel Serres, le pouce n'est pas le seul doigt utile...

Reste donc à apprendre par soi-même.

Je vous invite  à lire mon article au sujet du poids des images, véritable complicité inconsciente à la catastrophe environnementale :


https://www.chimpanzedupresent.fr/blog.php?lng=fr&pg=333#z2

Lire la suite... Lire la suite

Formatage correct d'un texte

Lié à l'usage du clavier et à l'apprentissage de la dactylographie en tâtonnant, le formatage erratique de nombre de courriels est effarant. Les obstacles naturels à la compréhension de l'écrit se voient augmentés d'une difficulté supplémentaire : voici mon courriel à un correspondant au sujet d'un problème  extrêmement répandu, et lourd de conséquences en matières de communication.

Recevant cette Lettrinfo pour la seconde fois, je me permets quelques remarques sur la forme. Je commets moi aussi des erreurs, mais je vois ici quelques pistes pour faciliter la lecture.

- Concernant le texte :

La barre d'espacement du clavier ne permet pas de faire de tabulations. Il s'ensuit une mise en forme anarchique des paragraphes. Dans un texteur, le passage à la ligne se fait automatiquement quand on frappe "au kilomètre" ; il ne faut surtout pas appuyer sur "Entrée" parce qu'on a envie de passer à la ligne (car le texte s'adapte tout seul à la largeur de la fenêtre).

Pour marquer l'organisation du texte, il faut utiliser les boutons "retrait" dans la barre d'outils de votre courrielleur (ou les raccourcis claviers)
Exemple avec gmail :  https://support.google.com/mail/answer/6594?co=GENIE.Platform%3DDesktop&hl=fr
Malheureusement, le retrait de première ligne n'est pas disponible sur les interfaces courantes de courriel, ni sur les éditeurs d'interface web. Dans ce cas, deux appuis sur la barre d'espacement peuvent pallier ce manque.

Les sauts de paragraphe : une seule pression sur la touche "Entrée" suffit.

La question à se poser quand on a l'habitude d'appuyer plusieurs fois sur "Entrée" : Est-ce que je formate mon texte ainsi dans Word ? Le résultat est ici un espacement vertical anormalement lâche.
Ces détails gênent la lecture et donc chassent le lecteur.

Pour reformater votre texte, je l'ai collé dans le Bloc-notes de Windows, qui ne produit que du texte brut. Débarrassé des caractères superflus, Il pèse ainsi beaucoup moins. Je l'ai collé au bas de mon courriel.


- Concernant les images :

Je vous remets ci-dessous votre image : elle ne pèse plus 1,055 Mo, soit 93 Ko soit onze fois moins.
Mais surtout, elle ne mesure plus que 1000 pixels de large au lieu de 3028, et donc ne déforme plus l'écran.
Car pour lire votre Lettrinfo, on est obligé d'utiliser la barre de déplacement horizontal en bas du message ! Ce qui là encore agace et chasse le lecteur.

Ces erreurs sont courantes puisque, quand j'étais formateur IUFM,  nous n'avons pas réussi à obtenir que la bureautique soit enseignée à l'école. Chacun apprend donc "sur le tas", sans forcément aller voir en ligne les tutoriels sur le sujet. D'ailleurs, grâce aux ordiphones, les compétences de nos jeunes en bureautique ont d'ailleurs régressées jusqu'à la nullité. N'en déplaise à Michel Serres, le pouce n'est pas le seul doigt utile...

Reste donc à apprendre par soi-même.

Je vous invite  à lire mon article au sujet du poids des images, véritable complicité inconsciente à la catastrophe environnementale :


https://www.chimpanzedupresent.fr/blog.php?lng=fr&pg=333#z2

Fermer Fermer

Publié le 06/04/2019 09:06  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut

Extinction - rebellion
 

Je suis allé visiter ce site  :https://extinctionrebellion.fr/  Il est temps de se rebeller

Ma première rébellion ne date pas d'hier : je mets un accent à ce mot.

Mise à jour du 21/04/2019 :   La Décroissance, avril 2019  n°158 page neuf

Inoffensive rebels

"Le Monde, La Croix, Sud Ouest,We Demain, ou encore Usbek et Rica : la presse leur a tressé des lauriers. Site du journaliste Hervé Kempf Reporterre . "Contre l'effondrement, Extinction Rebellion prône la désobéissance civile." 23 mars 2019.

Quand les médias qui défendent les grands intérêts bien identifiés louangent ainsi la "rébellion", elle ne doit pas beaucoup les inquiéter.

Quelle résistance ? Bien que je n'ai rien trouvé, ni en termes de programme, ni en termes d'actions, il me semble qu'il s'agit, comme d'habitude, de demander aux gouvernements de se décider à bien faire leur travail, notamment en plantant des millions d'éoliennes sur terre, et et des panneaux photovoltaïques, plus bien sûr du biogaz, etc.

Sources : Politis, Reporterre, et https://extinctionrebellion.fr/

Quand les médias à publicité aiment, quand la presse se répand sur une nouvelle organisation révolutionnaire ou un nouveau sauveur écologique, c'est n'est nouveau que l'étiquette du flacon.

Les actions à structure horizontale ont fait la preuve que la dépolitisation n'est qu'une autre facette de la récupération. L'horizontalité rêvée masque toujours la pyramide : chassez le naturel, il revient au galop.

Pourquoi ne pas lire les historiens et autres spécialistes qui analysent l'Histoire ? Un seul exemple Les Illusions Renouvelables de José Ardillo. On nous resert les mêmes antiennes,creuses et pleines de bonnes intentions, dont l'enfer est pavé alors que l'étau se resserre...

Soutenu par Cyril Dion, entre autres sauveurs qui font largement leurs preuves dans l'accélération de la destruction ré-créative... le projet est certainement très rebelle-la-vie.


Preuve que le système capitaliste est ravi de cette initiative émotionnelle supplémentaire qui s'ajoute au barnum ambiant, la nouvelle est reprise par les médias dominants avec délectation, comme le film Demain, qui a pourtant déjà le goût standard d'hier...En répétant le discours pseudo-radical ambiant.

Pêle-mêle , la même chose que l'identique sempiternel : 

"Des « anars », « mais aussi des gens qui ne se disent pas anticapitalistes », jauge Jonas, de son observatoire « grande école de relations internationales » : « Plutôt critiques de l'ultralibéralisme et du modèle “la croissance ou la vie” »"

"Susan George, présidente d'honneur Attac, Pablo Servigne, une des théoriciens de la collapsologie, de Jean-Baptiste Fressoz, historien et auteur de L'Événement anthropocène, de Claire Lévy, océanographe (CNRS) et Corinne Morel Darleux. (LFI)"

"Greta Thunberg, cette jeune Suédoise de 15 ans qui a lancé une grève scolaire."

"Le courage, « la détermination à faire bien, sans certitude de victoire »

"Tout ce qui est nouveau attire forcément », indique Rémi Filliau, membre des Désobéissants et formateur du jour. Il organise en ce moment environ trois séances par mois, à un prix conseillé de 30 euros."

Rébellion ? Ah bon...

Moi c'est gratuit. Ma désobéissance civile est quotidienne ; je dérange mes proches, qui doivent remplir la chasse d'eau avec des bidons de cinq litres d'eau de pluie. Ils touchent ainsi la réalité du monde électrique et gaspilleur donc nous dépendons totalement.


Ils s'étonnent que je coupe mon moteur à CHAQUE ARRÊT ; le mot CHAQUE est une rébellion violente ; essayez, vous vous en rendrez compte. Rares sont ceux qui y PARVIENNENT.

Linky :  J'ai donné onze conférences ; je fais et paie mon site et mes tracts ; mon matériel de conférence ; je soutiens financièrement ceux qui luttent. Je ne compte plus les lettres recommandées. J'écris aux instances officielles. Je RENCONTRE les juges, les cadres d'ENEDIS, les gens ordinaires... Des actions subversives.

Je suis syndiqué, membre de l'AFRAV et de Paysages de FRANCE, de P.A.R.C

Mon budget "lutte" se monte à environ

Désobéissance civile ? Pourquoi IGNORER les groupes qui luttent déjà, tels, Paysages de France, ou les "Déboulonneurs" de la pub, ce moteur essentiel de notre monde qui devient chaque jour davantage une fabrique des déchets  ?
"tous ceux qui participent à la désobéissance civile non violente pour la défense de la planète, qu’ils soient expérimentés ou non, comprennent les risques qu’ils prennent."
Ceux de Bure aussi , sans aucun doute...

Réveillons-nous : 20 millions de francais peuvent refuser l'entrée du Linky chez eux. 3% au maximum le font ! La désobéissance civile se limite pourtant ici à coller une affichette bien visible et à la remplacer quand elle est arrachée, à envoyer des LRAR, à refuser d'ouvrir sa porte.
Vous ne le faites pas. Pourquoi suis-je certain que vous ne le FEREZ PAS ?

"On comprend à quel point c’est sérieux en voyant des gens prêts à sacrifier leur liberté pour défendre leurs idées. »
Que c'est beau ! Que c'est émouvant ! Mais laisser entrer Linky et Gazpar chez soi, c'est exactement SACRIFIER SA LIBERTÉ.

Marcher avec le troupeau des inclusifs de l'orthographe, c'est aussi SACRIFIER SA LIBERTÉ.

Et vous me demandez d'agir ?

L'espoir meurt, l'action commence !"
site Rébellion :
"Cherchez ce qu’un peuple acceptera sans broncher et vous avez trouvé la mesure exacte de l’injustice et du mal qui lui seront infligés. "
"promouvoir la désobéissance civile de masse. "

"les chances de succès peuvent sembler minces, mais nous sommes prêts à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour y parvenir.

Et pour cela "Nous utilisons des techniques de pointe pour créer un mouvement de masse résilient. "

ALORS, Commencez par refuser la numérisation totale du monde. Et donc les compteurs communicants, le Linky. Qui entrent DE FORCE chez tout le monde.

Voilà une "technique de pointe" non polluante, donc "disruptive"  : Osez coller une affichette sur votre porte, votre fenêtre.

Je saurai ainsi que vous êtes des rebelles. Car pour l'instant, comme vous le voyez autour de vous, ces résistants sont rarissimes. Et vous ne les rejoignez pas.


Il faut venir grossir le PETIT NOMBRE qui brave l'intimidation violente du viol du domicile, qui dénonce les mensonges et les infractions de l'ETAT. Et non pas reprendre le mot "disruptif" de la bouche de votre ennemi déclaré. Mot qui masque beaucoup de bruit pour rien. Beaucoup d'anesthésie médiatique. Pourquoi, comme votre ennemi vous l'impose, oublier le mot "subversif", louer la dépolitisation ?

Lire la suite... Lire la suite

Extinction - rebellion
 

Je suis allé visiter ce site  :https://extinctionrebellion.fr/  Il est temps de se rebeller

Ma première rébellion ne date pas d'hier : je mets un accent à ce mot.

Mise à jour du 21/04/2019 :   La Décroissance, avril 2019  n°158 page neuf

Inoffensive rebels

"Le Monde, La Croix, Sud Ouest,We Demain, ou encore Usbek et Rica : la presse leur a tressé des lauriers. Site du journaliste Hervé Kempf Reporterre . "Contre l'effondrement, Extinction Rebellion prône la désobéissance civile." 23 mars 2019.

Quand les médias qui défendent les grands intérêts bien identifiés louangent ainsi la "rébellion", elle ne doit pas beaucoup les inquiéter.

Quelle résistance ? Bien que je n'ai rien trouvé, ni en termes de programme, ni en termes d'actions, il me semble qu'il s'agit, comme d'habitude, de demander aux gouvernements de se décider à bien faire leur travail, notamment en plantant des millions d'éoliennes sur terre, et et des panneaux photovoltaïques, plus bien sûr du biogaz, etc.

Sources : Politis, Reporterre, et https://extinctionrebellion.fr/

Quand les médias à publicité aiment, quand la presse se répand sur une nouvelle organisation révolutionnaire ou un nouveau sauveur écologique, c'est n'est nouveau que l'étiquette du flacon.

Les actions à structure horizontale ont fait la preuve que la dépolitisation n'est qu'une autre facette de la récupération. L'horizontalité rêvée masque toujours la pyramide : chassez le naturel, il revient au galop.

Pourquoi ne pas lire les historiens et autres spécialistes qui analysent l'Histoire ? Un seul exemple Les Illusions Renouvelables de José Ardillo. On nous resert les mêmes antiennes,creuses et pleines de bonnes intentions, dont l'enfer est pavé alors que l'étau se resserre...

Soutenu par Cyril Dion, entre autres sauveurs qui font largement leurs preuves dans l'accélération de la destruction ré-créative... le projet est certainement très rebelle-la-vie.


Preuve que le système capitaliste est ravi de cette initiative émotionnelle supplémentaire qui s'ajoute au barnum ambiant, la nouvelle est reprise par les médias dominants avec délectation, comme le film Demain, qui a pourtant déjà le goût standard d'hier...En répétant le discours pseudo-radical ambiant.

Pêle-mêle , la même chose que l'identique sempiternel : 

"Des « anars », « mais aussi des gens qui ne se disent pas anticapitalistes », jauge Jonas, de son observatoire « grande école de relations internationales » : « Plutôt critiques de l'ultralibéralisme et du modèle “la croissance ou la vie” »"

"Susan George, présidente d'honneur Attac, Pablo Servigne, une des théoriciens de la collapsologie, de Jean-Baptiste Fressoz, historien et auteur de L'Événement anthropocène, de Claire Lévy, océanographe (CNRS) et Corinne Morel Darleux. (LFI)"

"Greta Thunberg, cette jeune Suédoise de 15 ans qui a lancé une grève scolaire."

"Le courage, « la détermination à faire bien, sans certitude de victoire »

"Tout ce qui est nouveau attire forcément », indique Rémi Filliau, membre des Désobéissants et formateur du jour. Il organise en ce moment environ trois séances par mois, à un prix conseillé de 30 euros."

Rébellion ? Ah bon...

Moi c'est gratuit. Ma désobéissance civile est quotidienne ; je dérange mes proches, qui doivent remplir la chasse d'eau avec des bidons de cinq litres d'eau de pluie. Ils touchent ainsi la réalité du monde électrique et gaspilleur donc nous dépendons totalement.


Ils s'étonnent que je coupe mon moteur à CHAQUE ARRÊT ; le mot CHAQUE est une rébellion violente ; essayez, vous vous en rendrez compte. Rares sont ceux qui y PARVIENNENT.

Linky :  J'ai donné onze conférences ; je fais et paie mon site et mes tracts ; mon matériel de conférence ; je soutiens financièrement ceux qui luttent. Je ne compte plus les lettres recommandées. J'écris aux instances officielles. Je RENCONTRE les juges, les cadres d'ENEDIS, les gens ordinaires... Des actions subversives.

Je suis syndiqué, membre de l'AFRAV et de Paysages de FRANCE, de P.A.R.C

Mon budget "lutte" se monte à environ

Désobéissance civile ? Pourquoi IGNORER les groupes qui luttent déjà, tels, Paysages de France, ou les "Déboulonneurs" de la pub, ce moteur essentiel de notre monde qui devient chaque jour davantage une fabrique des déchets  ?
"tous ceux qui participent à la désobéissance civile non violente pour la défense de la planète, qu’ils soient expérimentés ou non, comprennent les risques qu’ils prennent."
Ceux de Bure aussi , sans aucun doute...

Réveillons-nous : 20 millions de francais peuvent refuser l'entrée du Linky chez eux. 3% au maximum le font ! La désobéissance civile se limite pourtant ici à coller une affichette bien visible et à la remplacer quand elle est arrachée, à envoyer des LRAR, à refuser d'ouvrir sa porte.
Vous ne le faites pas. Pourquoi suis-je certain que vous ne le FEREZ PAS ?

"On comprend à quel point c’est sérieux en voyant des gens prêts à sacrifier leur liberté pour défendre leurs idées. »
Que c'est beau ! Que c'est émouvant ! Mais laisser entrer Linky et Gazpar chez soi, c'est exactement SACRIFIER SA LIBERTÉ.

Marcher avec le troupeau des inclusifs de l'orthographe, c'est aussi SACRIFIER SA LIBERTÉ.

Et vous me demandez d'agir ?

L'espoir meurt, l'action commence !"
site Rébellion :
"Cherchez ce qu’un peuple acceptera sans broncher et vous avez trouvé la mesure exacte de l’injustice et du mal qui lui seront infligés. "
"promouvoir la désobéissance civile de masse. "

"les chances de succès peuvent sembler minces, mais nous sommes prêts à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour y parvenir.

Et pour cela "Nous utilisons des techniques de pointe pour créer un mouvement de masse résilient. "

ALORS, Commencez par refuser la numérisation totale du monde. Et donc les compteurs communicants, le Linky. Qui entrent DE FORCE chez tout le monde.

Voilà une "technique de pointe" non polluante, donc "disruptive"  : Osez coller une affichette sur votre porte, votre fenêtre.

Je saurai ainsi que vous êtes des rebelles. Car pour l'instant, comme vous le voyez autour de vous, ces résistants sont rarissimes. Et vous ne les rejoignez pas.


Il faut venir grossir le PETIT NOMBRE qui brave l'intimidation violente du viol du domicile, qui dénonce les mensonges et les infractions de l'ETAT. Et non pas reprendre le mot "disruptif" de la bouche de votre ennemi déclaré. Mot qui masque beaucoup de bruit pour rien. Beaucoup d'anesthésie médiatique. Pourquoi, comme votre ennemi vous l'impose, oublier le mot "subversif", louer la dépolitisation ?

Fermer Fermer

Publié le 25/03/2019 12:01  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut

Plus besoin d'accepter ; mais on peut encore refuser


Pour mon journal préféré, rions (jaune) un peu. Encore un excellent exemple de la décroissance exponentielle de l'intelligence : je dois résilier une option bancaire que je n'ai pas souscrite. Et cette ineptie est gravée dans la LOI MURCEF.  Mais c'est pour le bien de la croissance bien sûr. Et combien de clients vont penser à, ou avoir envie de se désinscrire, ou savoir comment faire et avec quoi pour se désinscrire  à votre avis ? N'est-on pas déjà habitué à recevoir et accepter la becquée (payante) des inutilités du commerce et de l'industrie ? Voici l'échange de courriels :

MOI : Bonjour, Vous m'informez par courriel : "En juin, votre Formule Oligo devient la Formule Ogoon." *Offre groupée de produits et services soumise à cotisation, selon les Conditions tarifaires en vigueur ".
   NON MERCI. Je ne trouve pas de lien pour REFUSER cette augmentation de 9,50€ par mois. Une "offre", c'est pourtant le contraire d'une vente forcée : Le fait de recevoir un bien ou un service sans en avoir émis le souhait constitue une vente forcée. Cette pratique commerciale déloyale est interdite : le vendeur qui commet une vente forcée est sanctionné en vertu des articles R635-2 du Code pénal et L122-3 du Code de la consommation.

AXA : Bonjour, Vous m'interrogez au sujet de l'offre OGOON.
Nous ne faisons en aucun cas de la vente forcée, nous vous annonçant (sic) en amont la (sic) changement de formule afin que vous puissiez  prendre connaissance de celle-ci et décider de la conserver où la résilier. Comme la loi le prévoit vous êtes informé 2 mois avant la modification de la formule, vous avez ainsi largement le temps de prendre le temps de la réflexion. En aucun cas vous n'êtes obliger (sic) de conserver cette formule si vous estimez qu'elle ne répond pas à vos besoins.
Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

MOI : Bonjour, La loi Murcef stipule en effet que le client est libre de ne pas réagir, auquel cas son silence vaut consentement et la nouvelle convention de compte entre en vigueur à la date prévue. Si le client ne réagit pas par étourderie ou impossibilité, il a consenti. Cette loi est donc scélérate car elle viole les lois préexistantes. Le fait de recevoir un bien ou un service sans en avoir émis le souhait constitue une vente forcée. Cette pratique commerciale déloyale est interdite : le vendeur qui commet une vente forcée est sanctionné en vertu des articles R635-2 du Code pénal et L122-3 du Code de la consommation.
Dans notre cas, nous réagissons, c'est non. Proposer c'est bien, imposer, et demander ensuite au client de refuser, c'est déloyal. Mais nous sommes évidemment dans un Etat de Droit, c'est vérifiable tous les jours.
 

AXA : Bonjour, Vous nous indiquez ne pas vouloir bénéficier de l'offre Ogoon. Je regrette cette décision et vous propose de nous contacter au 09 70 80 80 88 pour faire le point avec vous sur votre demande. Si vous maintenez votre choix, complétez le formulaire interactif ci-joint :
- saisissez vos données directement dans le formulaire
- enregistrez ce formulaire sur votre ordinateur
- envoyez-le nous par email depuis votre Espace Client sécurisé, rubrique « Questions/Contacts/Aide » (« Envoyer un email », thème « Fermer un compte », puis « Ajouter » dans la partie « Joindre une pièce ») Votre demande de résiliation sera traitée sous 30 jours maximum.
Je vous présente nos excuses pour la gêne occasionnée.Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.Bien sincèrement,
Votre conseiller clientèle AXA Banque

MOI : Bonjour, J'ai coché la case de résiliation : service(s) suivant(s) : Offre de service Oligo liée à votre compte.Je vous joins le formulaire : Ogoon_non.pdf

Il reste que j'ai dû prendre du temps pour résilier une option que je n'avais pas demandée. Ce qui est une insulte au bon sens. La liberté, pour les rares qui y tiennent encore, coûte décidément de plus en plus cher.

Lire la suite... Lire la suite

Plus besoin d'accepter ; mais on peut encore refuser


Pour mon journal préféré, rions (jaune) un peu. Encore un excellent exemple de la décroissance exponentielle de l'intelligence : je dois résilier une option bancaire que je n'ai pas souscrite. Et cette ineptie est gravée dans la LOI MURCEF.  Mais c'est pour le bien de la croissance bien sûr. Et combien de clients vont penser à, ou avoir envie de se désinscrire, ou savoir comment faire et avec quoi pour se désinscrire  à votre avis ? N'est-on pas déjà habitué à recevoir et accepter la becquée (payante) des inutilités du commerce et de l'industrie ? Voici l'échange de courriels :

MOI : Bonjour, Vous m'informez par courriel : "En juin, votre Formule Oligo devient la Formule Ogoon." *Offre groupée de produits et services soumise à cotisation, selon les Conditions tarifaires en vigueur ".
   NON MERCI. Je ne trouve pas de lien pour REFUSER cette augmentation de 9,50€ par mois. Une "offre", c'est pourtant le contraire d'une vente forcée : Le fait de recevoir un bien ou un service sans en avoir émis le souhait constitue une vente forcée. Cette pratique commerciale déloyale est interdite : le vendeur qui commet une vente forcée est sanctionné en vertu des articles R635-2 du Code pénal et L122-3 du Code de la consommation.

AXA : Bonjour, Vous m'interrogez au sujet de l'offre OGOON.
Nous ne faisons en aucun cas de la vente forcée, nous vous annonçant (sic) en amont la (sic) changement de formule afin que vous puissiez  prendre connaissance de celle-ci et décider de la conserver où la résilier. Comme la loi le prévoit vous êtes informé 2 mois avant la modification de la formule, vous avez ainsi largement le temps de prendre le temps de la réflexion. En aucun cas vous n'êtes obliger (sic) de conserver cette formule si vous estimez qu'elle ne répond pas à vos besoins.
Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

MOI : Bonjour, La loi Murcef stipule en effet que le client est libre de ne pas réagir, auquel cas son silence vaut consentement et la nouvelle convention de compte entre en vigueur à la date prévue. Si le client ne réagit pas par étourderie ou impossibilité, il a consenti. Cette loi est donc scélérate car elle viole les lois préexistantes. Le fait de recevoir un bien ou un service sans en avoir émis le souhait constitue une vente forcée. Cette pratique commerciale déloyale est interdite : le vendeur qui commet une vente forcée est sanctionné en vertu des articles R635-2 du Code pénal et L122-3 du Code de la consommation.
Dans notre cas, nous réagissons, c'est non. Proposer c'est bien, imposer, et demander ensuite au client de refuser, c'est déloyal. Mais nous sommes évidemment dans un Etat de Droit, c'est vérifiable tous les jours.
 

AXA : Bonjour, Vous nous indiquez ne pas vouloir bénéficier de l'offre Ogoon. Je regrette cette décision et vous propose de nous contacter au 09 70 80 80 88 pour faire le point avec vous sur votre demande. Si vous maintenez votre choix, complétez le formulaire interactif ci-joint :
- saisissez vos données directement dans le formulaire
- enregistrez ce formulaire sur votre ordinateur
- envoyez-le nous par email depuis votre Espace Client sécurisé, rubrique « Questions/Contacts/Aide » (« Envoyer un email », thème « Fermer un compte », puis « Ajouter » dans la partie « Joindre une pièce ») Votre demande de résiliation sera traitée sous 30 jours maximum.
Je vous présente nos excuses pour la gêne occasionnée.Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.Bien sincèrement,
Votre conseiller clientèle AXA Banque

MOI : Bonjour, J'ai coché la case de résiliation : service(s) suivant(s) : Offre de service Oligo liée à votre compte.Je vous joins le formulaire : Ogoon_non.pdf

Il reste que j'ai dû prendre du temps pour résilier une option que je n'avais pas demandée. Ce qui est une insulte au bon sens. La liberté, pour les rares qui y tiennent encore, coûte décidément de plus en plus cher.

Fermer Fermer

Publié le 21/03/2019 16:33  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut
Entrer - Rentrer  -  par JulienConstant

Entrer - rentrer

Le verbe entrer me donne l'impression qu'il est en train de... sortir de la langue française. Et ce n'est pas intelligent du tout, ni smâââârt bien sûr.

Il suffit d'observer comme le verbe "rentrer" lui rentre dedans, pour prendre sa place tout benoîtement.

Les exemples abondent ; voici le dernier qui m'a particulièrement agressé, car, enseignant en retraite, je n'ai pas connu de "rentrée" depuis quelques années...

Enedis-fait-sa-rentree.jpg

Lire la suite... Lire la suite

Entrer - rentrer

Le verbe entrer me donne l'impression qu'il est en train de... sortir de la langue française. Et ce n'est pas intelligent du tout, ni smâââârt bien sûr.

Il suffit d'observer comme le verbe "rentrer" lui rentre dedans, pour prendre sa place tout benoîtement.

Les exemples abondent ; voici le dernier qui m'a particulièrement agressé, car, enseignant en retraite, je n'ai pas connu de "rentrée" depuis quelques années...

Enedis-fait-sa-rentree.jpg

Fermer Fermer

Publié le 11/03/2019 16:02  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut
Retour  -  par JulienConstant

Retour

Station-service Shell_2019.jpg

Sur une é-Shelle du comique, de 0 à 10 vous mettriez combien à cette affichette Shell ?

"Merci pour votre retour !" Voilà une réponse fréquente dans les courriels.  En voici un autre, parmi tous les tics qui polluent la langue, et qui, comme le verbe "réaliser" jadis importé parmi les premiers destructeurs de la langue française, est un bien lui aussi un anglicisme.


C'est en effet la traduction de "Thank you for your feedback!"

Sur l'affichette on peut lire :

"Votre retour est important pour nous."

Pour nous aussi voyez-vous ; nous espérons rentrer chez nous sains et saufs...

Plus drôle encore, on lit en-dessous, en anglais : your opinion is important for us.

Preuve que cette affichette a été rédigée par des Français ; un anglais aurait mis :"to us"

Qui édite cette affichette à rigolards cliquables ?

Feedback NOW       feedbackfrance.fr

Et si on créait une startup en Angleterre ?
Euh... Voyons...  RetourEngland NOW

Ils en penseraient quoi mes amis British ?
 

Lire la suite... Lire la suite

Retour

Station-service Shell_2019.jpg

Sur une é-Shelle du comique, de 0 à 10 vous mettriez combien à cette affichette Shell ?

"Merci pour votre retour !" Voilà une réponse fréquente dans les courriels.  En voici un autre, parmi tous les tics qui polluent la langue, et qui, comme le verbe "réaliser" jadis importé parmi les premiers destructeurs de la langue française, est un bien lui aussi un anglicisme.


C'est en effet la traduction de "Thank you for your feedback!"

Sur l'affichette on peut lire :

"Votre retour est important pour nous."

Pour nous aussi voyez-vous ; nous espérons rentrer chez nous sains et saufs...

Plus drôle encore, on lit en-dessous, en anglais : your opinion is important for us.

Preuve que cette affichette a été rédigée par des Français ; un anglais aurait mis :"to us"

Qui édite cette affichette à rigolards cliquables ?

Feedback NOW       feedbackfrance.fr

Et si on créait une startup en Angleterre ?
Euh... Voyons...  RetourEngland NOW

Ils en penseraient quoi mes amis British ?
 

Fermer Fermer

Publié le 07/03/2019 15:23  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut
Street-medic  -  par JulienConstant

Perrine Storme BFM TV  2019/02/02

Au sujet d'une manifestation de gilets jaunes : "... les street-médics..."

Et les secouristes, ils faisaient quoi pendant ce temps-là ? Et ça se dit journaliste...

Lire la suite... Lire la suite

Perrine Storme BFM TV  2019/02/02

Au sujet d'une manifestation de gilets jaunes : "... les street-médics..."

Et les secouristes, ils faisaient quoi pendant ce temps-là ? Et ça se dit journaliste...

Fermer Fermer

Publié le 03/02/2019 16:48  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut
Comme il est difficile de montrer comment nous sommes formatésComme - Comment  -  par JulienConstant

Comme - Comment

La responsabilité d'un orateur est proportionnelle au nombre de ses auditeurs et à la fréquence et la durée de ses interventions. Prenons deux exemples parmi cent mille. L'audience de Nagui, et celle de Mesmer se compte par millions d'auditeurs et par milliers d'heures. Dans le cas de Nagui, son intérêt manifeste pour la langue française alourdit davantage sa responsabilité sur l'évolution de la langue. Comme il semble la défendre amoureusement, on aurait tendance à lui faire confiance. Mais il émaille ses propose de "kiffer", de "comment elle est belle" et autres bêtises...

Oui la langue vit, mais pas comme un être biologique. Elle est modelée par ses locuteurs, comme la mer modèle les côtes. Soit volontairement dans le cas d'instances officielles ; soit involontairerment  par tous les autres. Et les forces d'érosion et de modification n'ont jamais été aussi puissantes et rapides que depuis le développement des médias ubiquitaires.

Que peut faire un professeur de français qui a vu passer sept mille élèves en quarante ans, alors que lui en touche des millions chaque jour, à répéter les mêmes erreurs, sans avoir aucune idée de son pouvoir de façonnage et des conséquences terribles sur la liberté de penser notamment ? Car pour savoir, il faut lire...

L'incidence du travail volontaire d'un professeur, qui ne verra que quelques milliers d'élèves dans une carrière, reste très minime par rapport au rabâchage que constitue la répétition cyclique des émissions de radio et de télévision, sans parler en détail de l'amplification du phénomène sur les forums et autres réseaux sociaux...

Les vedettes de la télévision et de la radio ne semblent pas conscientes de leur influence considérable sur la langue, et me donnent souvent l'impression d'être bien sûr d'eux,

Entre autres évolutions uniformisantes et réductrices de la pensée (donc de la liberté), la paire comme-comment se signale par la fréquence de la confusion, largement passée dans la langue, comme on l'entend sans répit.

Essayons d'observer comment comme est employé...


https://journals.openedition.org/linx/326#ftn29

[25] a. Je suis comme je suis
b. Tu es comme ton père.
c. Comment tu es, toi !
d. Il est comment, le nouveau ?

   Ce pauvre Raymond, comme il l’aurait embrassé volontiers ! (Zola, Le docteur Pascal)

Et comme tu as raison de dire que l’unique bonheur est l’effort continu ! car, désormais, le repos dans l’ignorance est impossible. (Zola, Le docteur Pascal)

Comme ce gaillard-là connaît les filles de Paris !, dit Arnoux. (Flaubert, L’éducation sentimentale)

Et comme tu as raison de dire que l’unique bonheur est l’effort continu ! car, désormais, le repos dans l’ignorance est impossible. (Zola, Le docteur Pascal)

Mais comme il était lâche et comme elle le méprisait maintenant ! (Zola, Au bonheur des dames)

 Vous voilà donc !… comme je vous ai attendue, depuis hier ! (Zola, Au Bonheur des dames)

Comme il pleut !

[36] – Tiens ! dit-elle, la tête toujours à la portière, M. Lhomme, là-bas… comme il marche !
– Il a son cor, ajouta Pauline qui s’était penchée. (Zola, Au Bonheur des dames)

Comme il grandit !
Comme il a grandi !

Comme il a joué cette pièce ! ; Comme il a écouté ce disque !; Comme il a chanté ce refrain ! vs * Comme il a produit ce film ! * Comme il a éteint l’incendie ; ? Comme il a mangé cette pomme ! ; ? Comme il a tricoté ce pull ! ; ? Comme il a fumé cette cigarette !). Une interprétation qualifiante est également tout à fait possible ((Tu as vu) comme il a éteint l’incendie ; (Tu as vu) comme il a fumé cette cigarette ; (Tu as entendu) comme il a chanté cet air 

[34] Escartefigue ([…] allume un ninas, puis il regarde dormir César. César ronfle. Escartefigue siffle. Le dormeur cesse de ronfler) : Comme il dort, ton père ! (Pagnol, Marius)

[35] Fernand : Oh ! mais dites, qu’est-ce que je vous ai fait ? Pourquoi me parlez-vous sur ce ton ?
Césariot : C’est le ton qui convient pour parler à une crapule de votre espèce […]
Escartefigue, scandalisé : Oh ! mais dîtes ! Comme il vous parle !
(Pagnol, César)

[39] a. Comme il a écouté ce disque !
b. Comme il a chanté ce refrain !

[40] a. Comme elle écouta, les premières fois, la lamentation sonore des mélancolies romantiques se répétant à tous les échos de la terre et de l'éternité ! (Flaubert, Madame Bovary)
b. Comme elle chassait les chèvres qui venaient marcher sur son linge étendu sur le sol ! (Musset, cit. Riegel et al. 1994, p. 404)

0] Voyons… Ne t’emporte pas ainsi… Eh bien, oui... j’ai eu tort… J’aurais dû le voir tout de suite, ce corset… Ce très joli corset… Comment ne l’ai-je pas vu, tout de suite ?… Je n’y comprends rien !… Regarde-moi… Souris-moi… Dieu, qu’il est joli !… Et comme il te va !… (Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre)Comme vous y allez, cher Monsieur ! se contenta de répondre le baron Hartmann. Quelle imagination ! (Zola, Au Bonheur des dames)

b. Comme tu as de la chance !
c. Comment il a du fric !

[29] Comme tu me traites ! (repris de Milner 1978, p. 266)

Comme bien et comme certains adverbes en –ment, comme et comment peuvent également être incident à un adjectif :

[26] a. Les pupilles de ses yeux gris étaient minces comme celle d'une chatte arrivant du plein jour. (Zola, Au bonheur des dames)
b. Elle est belle comme sont tentantes les illusions. (Khahra, Les agneaux du Seigneur)
c. Comme je vais être belle ! Comme je vais être belle ! (Zola, Le docteur Pascal)
d. Comment c’est lourd !
e. – Est-ce que tu me trouves beau ?
– Oui.
– Mais beau comment ?
– Ecoute, Boris, je ne sais pas, moi ! Très très beau.
(Schreiber, Un silence d’environ une demi-heure)
f. – Maman, la croissance dure jusqu’à quel âge ?
– Elle peut durer jusqu'à vingt-huit ans.
– Tu crois que j’atteindrai la taille de Tchérépennikoff ?
– Il est grand comment ?
(Schreiber, Un silence d’environ une demi-heure)

Lire la suite... Lire la suite

Comme - Comment

La responsabilité d'un orateur est proportionnelle au nombre de ses auditeurs et à la fréquence et la durée de ses interventions. Prenons deux exemples parmi cent mille. L'audience de Nagui, et celle de Mesmer se compte par millions d'auditeurs et par milliers d'heures. Dans le cas de Nagui, son intérêt manifeste pour la langue française alourdit davantage sa responsabilité sur l'évolution de la langue. Comme il semble la défendre amoureusement, on aurait tendance à lui faire confiance. Mais il émaille ses propose de "kiffer", de "comment elle est belle" et autres bêtises...

Oui la langue vit, mais pas comme un être biologique. Elle est modelée par ses locuteurs, comme la mer modèle les côtes. Soit volontairement dans le cas d'instances officielles ; soit involontairerment  par tous les autres. Et les forces d'érosion et de modification n'ont jamais été aussi puissantes et rapides que depuis le développement des médias ubiquitaires.

Que peut faire un professeur de français qui a vu passer sept mille élèves en quarante ans, alors que lui en touche des millions chaque jour, à répéter les mêmes erreurs, sans avoir aucune idée de son pouvoir de façonnage et des conséquences terribles sur la liberté de penser notamment ? Car pour savoir, il faut lire...

L'incidence du travail volontaire d'un professeur, qui ne verra que quelques milliers d'élèves dans une carrière, reste très minime par rapport au rabâchage que constitue la répétition cyclique des émissions de radio et de télévision, sans parler en détail de l'amplification du phénomène sur les forums et autres réseaux sociaux...

Les vedettes de la télévision et de la radio ne semblent pas conscientes de leur influence considérable sur la langue, et me donnent souvent l'impression d'être bien sûr d'eux,

Entre autres évolutions uniformisantes et réductrices de la pensée (donc de la liberté), la paire comme-comment se signale par la fréquence de la confusion, largement passée dans la langue, comme on l'entend sans répit.

Essayons d'observer comment comme est employé...


https://journals.openedition.org/linx/326#ftn29

[25] a. Je suis comme je suis
b. Tu es comme ton père.
c. Comment tu es, toi !
d. Il est comment, le nouveau ?

   Ce pauvre Raymond, comme il l’aurait embrassé volontiers ! (Zola, Le docteur Pascal)

Et comme tu as raison de dire que l’unique bonheur est l’effort continu ! car, désormais, le repos dans l’ignorance est impossible. (Zola, Le docteur Pascal)

Comme ce gaillard-là connaît les filles de Paris !, dit Arnoux. (Flaubert, L’éducation sentimentale)

Et comme tu as raison de dire que l’unique bonheur est l’effort continu ! car, désormais, le repos dans l’ignorance est impossible. (Zola, Le docteur Pascal)

Mais comme il était lâche et comme elle le méprisait maintenant ! (Zola, Au bonheur des dames)

 Vous voilà donc !… comme je vous ai attendue, depuis hier ! (Zola, Au Bonheur des dames)

Comme il pleut !

[36] – Tiens ! dit-elle, la tête toujours à la portière, M. Lhomme, là-bas… comme il marche !
– Il a son cor, ajouta Pauline qui s’était penchée. (Zola, Au Bonheur des dames)

Comme il grandit !
Comme il a grandi !

Comme il a joué cette pièce ! ; Comme il a écouté ce disque !; Comme il a chanté ce refrain ! vs * Comme il a produit ce film ! * Comme il a éteint l’incendie ; ? Comme il a mangé cette pomme ! ; ? Comme il a tricoté ce pull ! ; ? Comme il a fumé cette cigarette !). Une interprétation qualifiante est également tout à fait possible ((Tu as vu) comme il a éteint l’incendie ; (Tu as vu) comme il a fumé cette cigarette ; (Tu as entendu) comme il a chanté cet air 

[34] Escartefigue ([…] allume un ninas, puis il regarde dormir César. César ronfle. Escartefigue siffle. Le dormeur cesse de ronfler) : Comme il dort, ton père ! (Pagnol, Marius)

[35] Fernand : Oh ! mais dites, qu’est-ce que je vous ai fait ? Pourquoi me parlez-vous sur ce ton ?
Césariot : C’est le ton qui convient pour parler à une crapule de votre espèce […]
Escartefigue, scandalisé : Oh ! mais dîtes ! Comme il vous parle !
(Pagnol, César)

[39] a. Comme il a écouté ce disque !
b. Comme il a chanté ce refrain !

[40] a. Comme elle écouta, les premières fois, la lamentation sonore des mélancolies romantiques se répétant à tous les échos de la terre et de l'éternité ! (Flaubert, Madame Bovary)
b. Comme elle chassait les chèvres qui venaient marcher sur son linge étendu sur le sol ! (Musset, cit. Riegel et al. 1994, p. 404)

0] Voyons… Ne t’emporte pas ainsi… Eh bien, oui... j’ai eu tort… J’aurais dû le voir tout de suite, ce corset… Ce très joli corset… Comment ne l’ai-je pas vu, tout de suite ?… Je n’y comprends rien !… Regarde-moi… Souris-moi… Dieu, qu’il est joli !… Et comme il te va !… (Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre)Comme vous y allez, cher Monsieur ! se contenta de répondre le baron Hartmann. Quelle imagination ! (Zola, Au Bonheur des dames)

b. Comme tu as de la chance !
c. Comment il a du fric !

[29] Comme tu me traites ! (repris de Milner 1978, p. 266)

Comme bien et comme certains adverbes en –ment, comme et comment peuvent également être incident à un adjectif :

[26] a. Les pupilles de ses yeux gris étaient minces comme celle d'une chatte arrivant du plein jour. (Zola, Au bonheur des dames)
b. Elle est belle comme sont tentantes les illusions. (Khahra, Les agneaux du Seigneur)
c. Comme je vais être belle ! Comme je vais être belle ! (Zola, Le docteur Pascal)
d. Comment c’est lourd !
e. – Est-ce que tu me trouves beau ?
– Oui.
– Mais beau comment ?
– Ecoute, Boris, je ne sais pas, moi ! Très très beau.
(Schreiber, Un silence d’environ une demi-heure)
f. – Maman, la croissance dure jusqu’à quel âge ?
– Elle peut durer jusqu'à vingt-huit ans.
– Tu crois que j’atteindrai la taille de Tchérépennikoff ?
– Il est grand comment ?
(Schreiber, Un silence d’environ une demi-heure)

Fermer Fermer

Publié le 31/01/2019 10:45  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Haut
Vous êtes ici :   Accueil » Blog
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Nous contacter

Connexion & Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  48140 visiteurs
  2 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 8 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 ↑  

Webmaster - Infos

Nouvelles des Amis