En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles des Amis -
 
 

Nouvelles des Amis -

Chimpanzé du Présent


Sur la planète des humains, on ne pourra pas demander la lune.


Ovation debout - par JulienConstant le 03/03/2020 09:37 

Standing ovation

Connaissez-vous l'expression "ovation debout" ? On aura beaucoup écouter les médias ou lire, on n'aura droit qu'à "standing ovation" ?   

Poser ces questions, c'est voir instantanément à l'œuvre la dictature des médias de masse. Oui, on n'entend et ne lit quasiment que la version anglaise....  Inconsciemment, il y a sans doute du plaisir à se sentir intégré à un siècle anglomane, comme nous, adolescents, nous rassurions dans la reconnaissance par autrui grâce à une métalangue de groupe.

Dans ce cas précis, à part la syntaxe inversée des deux langues, l'identité est parfaite. Seul le mimétisme social, servile et inconscient, explique l'usage de la version anglaise. Notons que comme toujours, l'image sonore devient celle de la phonologie française, produisant catastrophiquement "Star warz" ou Spiderman" alors qu'un français sait parfaitement dire  "Star worz"  /stɑːwɔːrz/   et  "spaÏdermane".  /spaɪdəmæn/  .

On entend souvent que c'est mieux en anglais car ça sonne mieux (alors prononçons correctement !), qu'on aime ou pas le son de tel ou tel mot. Il s'agit de la sempiternelle discussion qui prend la beauté comme critère. Il faudrait d'abord définir la beauté, ne faudrait-il pas ? Or personne n'y est jamais parvenu... 

 Et il en va de même pour toutes les langues. La beauté n'est pas une notion nationale.

La simple vérité c'est qu'on "aime" ce qui nous est copieusement rabâché. Bref, le lavage de cerveau médiatique produit cet effet là. Mais on peut aussi avoir des préférences et des aversions subjectives, qui tiennent à notre culture, nos goûts,, notre enfance, nos rencontres, nos lectures, bref notre histoire.

Mais, objectivement, scientifiquement diraient les technoprêtres qui nous gouvernent, rien ne sonne jamais mieux qu'autre chose.  Le seul critère objectif, c'est notre penchant naturel à économiser notre énergie : les formes élidées, contractées ne sont rien d'autre que l'extrémité de l'instinct de conservation de l'espèce. Et si j'aime la musique de l'italien et de l'espagnol, si je me suis habitué à celle de l'allemand au point de l'apprécier, si je ne parviens pas à aimer l'image sonore de l'arabe, cela ne change rien au fait que les langues sont toutes également belles.

Quelle que soit la langue, aimer ou pas, c'est soit lié à l'habitude du matraquage (mes proches ne savent dire que "mail", rabâché par Tv et radio, et mon 'courriel' les irrite)  Ils disent 'SMS', alors que amis anglais simply send me texts or text me...   ou à l'histoire personnelle

Ou alors, on entend : "C'est plus court en anglais !" dans la bouche de personnes qui ne disent pas :"Qu'est-ce ?", mais "Qu'est-ce que c'est ?" ou bien qui disent :" Qu'est-ce que tu veux ?" et non : "Que veux-tu ?".  Car s'exprimer, c'est occuper l'espace sonore. La durée des éléments de messages dépend aussi de l'investissement, de la compétence, de la forme de l'énonciateur, de ceux qui écoutent, de leur statut social, des circonstances...  Et que dire de la tournure bien trop utilisée, notamment par nos chères élites, "il y a... qui..." ? ("Il y a des centaines de gilets jaunes qui convergent vers Paris",  au lieu de "des centaines de gilets jaunes convergent Paris".

On voit bien que l'argument éculé "c'est plus court", tourne...court...

Car tant que la langue est vivante, elle change au fil des erreurs massivement ré-employées, au fil des apports externes et de la création morphologique, lexicale, syntaxique...  Mais c'est bien plus que cela : nous ne parlons jamais seuls ; même face à mon clavier ou stylo en main, l'interlocution est toujours à l'œuvre ; mon discours est certes produit mystérieusement par mon cerveau (morphogenèse (G. Guillaume), mais les messages extérieurs, orientent, influencent, modifient ma parole : chant des oiseaux, bruits de moteurs, expression des visages, couleur du ciel, odeurs, vibrations, tout le champ de la perception concourt  aussi à la production de mes phrases.

Reste que l'influence majeure est celle qui déclenche notre mimétisme naturel : tout ce qui est rabâché (matraqué) s'imprime dans notre mémoire à notre insu (principe essentiel de l'enseignement et de l'éducation). Sans lutte consciente, notre pensée, dans la production même de nos idées, faites exclusivement de mots, notre pensée donc est façonnée, subrepticement, et c'est ainsi que la Pensée Unique, dont personne, y compris moi, n'est à l'abri, uniformise le troupeau de moutons que nous sommes. Elle est pas bêle la vie ?

Mais de tous les anglicismes, les plus ridicules restent quand même les traductions littérales, transpositions directes, ou seules la syntaxe et la prononciation changent... Là il faudrait bien aller jusqu'à avouer qu'on déteste le français... ou qu'on n'ose plus le parler, pour ne pas se faire remarquer, ou tout bêtement qu'on préfère suivre le troupeau, la servitude, c'est moins fatigant....   Donc, s'il vous plaît, offrons une ovation debout à la liberté.

Ovation debout - par JulienConstant le 03/03/2020 09:37 

Standing ovation

Connaissez-vous l'expression "ovation debout" ? On aura beaucoup écouter les médias ou lire, on n'aura droit qu'à "standing ovation" ?   

Poser ces questions, c'est voir instantanément à l'œuvre la dictature des médias de masse. Oui, on n'entend et ne lit quasiment que la version anglaise....  Inconsciemment, il y a sans doute du plaisir à se sentir intégré à un siècle anglomane, comme nous, adolescents, nous rassurions dans la reconnaissance par autrui grâce à une métalangue de groupe.

Dans ce cas précis, à part la syntaxe inversée des deux langues, l'identité est parfaite. Seul le mimétisme social, servile et inconscient, explique l'usage de la version anglaise. Notons que comme toujours, l'image sonore devient celle de la phonologie française, produisant catastrophiquement "Star warz" ou Spiderman" alors qu'un français sait parfaitement dire  "Star worz"  /stɑːwɔːrz/   et  "spaÏdermane".  /spaɪdəmæn/  .

On entend souvent que c'est mieux en anglais car ça sonne mieux (alors prononçons correctement !), qu'on aime ou pas le son de tel ou tel mot. Il s'agit de la sempiternelle discussion qui prend la beauté comme critère. Il faudrait d'abord définir la beauté, ne faudrait-il pas ? Or personne n'y est jamais parvenu... 

 Et il en va de même pour toutes les langues. La beauté n'est pas une notion nationale.

La simple vérité c'est qu'on "aime" ce qui nous est copieusement rabâché. Bref, le lavage de cerveau médiatique produit cet effet là. Mais on peut aussi avoir des préférences et des aversions subjectives, qui tiennent à notre culture, nos goûts,, notre enfance, nos rencontres, nos lectures, bref notre histoire.

Mais, objectivement, scientifiquement diraient les technoprêtres qui nous gouvernent, rien ne sonne jamais mieux qu'autre chose.  Le seul critère objectif, c'est notre penchant naturel à économiser notre énergie : les formes élidées, contractées ne sont rien d'autre que l'extrémité de l'instinct de conservation de l'espèce. Et si j'aime la musique de l'italien et de l'espagnol, si je me suis habitué à celle de l'allemand au point de l'apprécier, si je ne parviens pas à aimer l'image sonore de l'arabe, cela ne change rien au fait que les langues sont toutes également belles.

Quelle que soit la langue, aimer ou pas, c'est soit lié à l'habitude du matraquage (mes proches ne savent dire que "mail", rabâché par Tv et radio, et mon 'courriel' les irrite)  Ils disent 'SMS', alors que amis anglais simply send me texts or text me...   ou à l'histoire personnelle

Ou alors, on entend : "C'est plus court en anglais !" dans la bouche de personnes qui ne disent pas :"Qu'est-ce ?", mais "Qu'est-ce que c'est ?" ou bien qui disent :" Qu'est-ce que tu veux ?" et non : "Que veux-tu ?".  Car s'exprimer, c'est occuper l'espace sonore. La durée des éléments de messages dépend aussi de l'investissement, de la compétence, de la forme de l'énonciateur, de ceux qui écoutent, de leur statut social, des circonstances...  Et que dire de la tournure bien trop utilisée, notamment par nos chères élites, "il y a... qui..." ? ("Il y a des centaines de gilets jaunes qui convergent vers Paris",  au lieu de "des centaines de gilets jaunes convergent Paris".

On voit bien que l'argument éculé "c'est plus court", tourne...court...

Car tant que la langue est vivante, elle change au fil des erreurs massivement ré-employées, au fil des apports externes et de la création morphologique, lexicale, syntaxique...  Mais c'est bien plus que cela : nous ne parlons jamais seuls ; même face à mon clavier ou stylo en main, l'interlocution est toujours à l'œuvre ; mon discours est certes produit mystérieusement par mon cerveau (morphogenèse (G. Guillaume), mais les messages extérieurs, orientent, influencent, modifient ma parole : chant des oiseaux, bruits de moteurs, expression des visages, couleur du ciel, odeurs, vibrations, tout le champ de la perception concourt  aussi à la production de mes phrases.

Reste que l'influence majeure est celle qui déclenche notre mimétisme naturel : tout ce qui est rabâché (matraqué) s'imprime dans notre mémoire à notre insu (principe essentiel de l'enseignement et de l'éducation). Sans lutte consciente, notre pensée, dans la production même de nos idées, faites exclusivement de mots, notre pensée donc est façonnée, subrepticement, et c'est ainsi que la Pensée Unique, dont personne, y compris moi, n'est à l'abri, uniformise le troupeau de moutons que nous sommes. Elle est pas bêle la vie ?

Mais de tous les anglicismes, les plus ridicules restent quand même les traductions littérales, transpositions directes, ou seules la syntaxe et la prononciation changent... Là il faudrait bien aller jusqu'à avouer qu'on déteste le français... ou qu'on n'ose plus le parler, pour ne pas se faire remarquer, ou tout bêtement qu'on préfère suivre le troupeau, la servitude, c'est moins fatigant....   Donc, s'il vous plaît, offrons une ovation debout à la liberté.

(03/03/2020 09:37)

Débile, la paraphrase hypocrite - par JulienConstant le 29/02/2020 09:24 

Euphémisation technocratique

Cf. Wikipédia.

Elites en situation de modelage de "l'opinion "

La société de Mme Thatcher et consorts est, selon leurs propres dires, une collection d'individus.

   Alors qu'autour de moi les gens renoncent à faire pour se contenter de vivre par procuration devant leurs écrans, alors que nous nous laissons "prendre en charge par les machines", oubliant même que la chasse d'eau  est déjà une technique de prise en charge  par une machine, alors que je suis traité de "senior" par les planificateurs socialistes, dans cette course forcenée à la catégorisation des objets sociaux que nous sommes devenus, il faudrait déjà que je traite mon amie aveugle de "non-voyante". Comme moi, elle préfère aveugle. Les mots-masques, les expressions-paravents n'apportent et ne cachent que le vide mortifère de la technocratie, la zombisounoursocratie.

Ces transhumanistes, dont beaucoup s'ignorent peut-être, chassent l'humain de leurs mots, et surtout continuent la défiguration, la stérilisation de la langue, sous couvert d'humaniser, de respecter...  C'est la représentation qu'ils se font d'eux-mêmes, élites au-dessus de l'humanité. La haine de la vie, de la mort, de la vieillesse. Voyez la vie que mènent les vieillards en EHPAD, ainsi que le personnel : tous sont en souffrance. Et voyez le personnel de direction, les actionnaires. Mais les robots arrivent ! L'amour des machines, hmmmmmm !

Ne ratez pas ces extraits du site : Ehpad.com !  Les vieux, une marchandise comme une autre.

_-_-_-_-_-_-_-_-_

https://www.francetvinfo.fr/societe/prise-en-charge-des-personnes-agees/grand-age-adopter-un-vocabulaire-plus-respectueux_3842213.html

"Dépendance", "sénile" ou encore "grabataire"... Ces mots sont souvent utilisés pour évoquer les personnes âgées. Mais ces termes sont-ils trop péjoratifs, voire dégradants ? C'est en tout cas ce qu'estiment un groupe de spécialistes des aînés. Ils entendent mettre en place une nouvelle grille de mots, qu'ils jugent davantage respectueux. Ainsi, terminé "dépendant", il s'agirait d'utiliser le terme "vulnérable". À une personne âgée "prise en charge", préférer une personne âgée "accompagnée". "Sénile" se transforme en "atteint de troubles neuro-cognitifs".

Le nom et adjectif "aîné" a été remplacé par "senior" "

Étymol. et Hist. 1884 coureurs seniors (Le Sport Vélocipédique, 26 janv. ds Petiot 1982); 1892 subst. (Baudry de Saunier, loc. cit.). Empr. à l'angl.senior « le plus âgé », du lat. senior (v. seigneur). Voir NED.   (https://www.cnrtl.fr/etymologie/senior)

_-_-_-_-_-_-_-_-_

On voit qu'il s'agit d'un mot issu du sport, vieux mot français, passé par l'anglais. Le lexique anglais domine aussi, à l'évidence aujourd'hui, dans le sport. Or le sport n'est qu'une des branches de la société marchande dans laquelle nous vivons. Société marchande qui voit le français s'appauvrir comme cela n'est jamais arrivé dans l"histoire ("impacter" est lu-entendu des dizaines de fois pas jour, Or ce silure tue une cinquantaine de verbes français).

Je préfère être qualifié d' "aîné", mais vieux ne dérange pas non plus.  Ce qui me gêne c'est la catégorisation politique, le communautarisme tous azimuts dont le capitalisme a besoin pour survivre.  Il ne s'agit pas tant pour ces salopards et leurs chiens de garde d'éviter des mots stigmatisants (mon amie aveugle déteste "non-voyant" que de définir des segments de marché, et d'empêcher les gens de s'organiser pour une vie meilleure. La société de Mme Thatcher et consorts est, selon leurs propres dires, une collection d'individus.

Ce qui me gêne sur le plan linguistique, c'est qu'il ne s'agit absolument pas de l'évolution naturelle d'une langue quand elle vivante. Il s'agit plutôt de la momification du français (et des autres langues) par la classe dominante, la globishisation n'étant que le moyen le plus visible, par cette pseudo-élite qui n'a jamais été aussi cupide, aussi mégalomane, aussi stupide et inculte.

Débile, la paraphrase hypocrite - par JulienConstant le 29/02/2020 09:24 

Euphémisation technocratique

Cf. Wikipédia.

Elites en situation de modelage de "l'opinion "

La société de Mme Thatcher et consorts est, selon leurs propres dires, une collection d'individus.

   Alors qu'autour de moi les gens renoncent à faire pour se contenter de vivre par procuration devant leurs écrans, alors que nous nous laissons "prendre en charge par les machines", oubliant même que la chasse d'eau  est déjà une technique de prise en charge  par une machine, alors que je suis traité de "senior" par les planificateurs socialistes, dans cette course forcenée à la catégorisation des objets sociaux que nous sommes devenus, il faudrait déjà que je traite mon amie aveugle de "non-voyante". Comme moi, elle préfère aveugle. Les mots-masques, les expressions-paravents n'apportent et ne cachent que le vide mortifère de la technocratie, la zombisounoursocratie.

Ces transhumanistes, dont beaucoup s'ignorent peut-être, chassent l'humain de leurs mots, et surtout continuent la défiguration, la stérilisation de la langue, sous couvert d'humaniser, de respecter...  C'est la représentation qu'ils se font d'eux-mêmes, élites au-dessus de l'humanité. La haine de la vie, de la mort, de la vieillesse. Voyez la vie que mènent les vieillards en EHPAD, ainsi que le personnel : tous sont en souffrance. Et voyez le personnel de direction, les actionnaires. Mais les robots arrivent ! L'amour des machines, hmmmmmm !

Ne ratez pas ces extraits du site : Ehpad.com !  Les vieux, une marchandise comme une autre.

_-_-_-_-_-_-_-_-_

https://www.francetvinfo.fr/societe/prise-en-charge-des-personnes-agees/grand-age-adopter-un-vocabulaire-plus-respectueux_3842213.html

"Dépendance", "sénile" ou encore "grabataire"... Ces mots sont souvent utilisés pour évoquer les personnes âgées. Mais ces termes sont-ils trop péjoratifs, voire dégradants ? C'est en tout cas ce qu'estiment un groupe de spécialistes des aînés. Ils entendent mettre en place une nouvelle grille de mots, qu'ils jugent davantage respectueux. Ainsi, terminé "dépendant", il s'agirait d'utiliser le terme "vulnérable". À une personne âgée "prise en charge", préférer une personne âgée "accompagnée". "Sénile" se transforme en "atteint de troubles neuro-cognitifs".

Le nom et adjectif "aîné" a été remplacé par "senior" "

Étymol. et Hist. 1884 coureurs seniors (Le Sport Vélocipédique, 26 janv. ds Petiot 1982); 1892 subst. (Baudry de Saunier, loc. cit.). Empr. à l'angl.senior « le plus âgé », du lat. senior (v. seigneur). Voir NED.   (https://www.cnrtl.fr/etymologie/senior)

_-_-_-_-_-_-_-_-_

On voit qu'il s'agit d'un mot issu du sport, vieux mot français, passé par l'anglais. Le lexique anglais domine aussi, à l'évidence aujourd'hui, dans le sport. Or le sport n'est qu'une des branches de la société marchande dans laquelle nous vivons. Société marchande qui voit le français s'appauvrir comme cela n'est jamais arrivé dans l"histoire ("impacter" est lu-entendu des dizaines de fois pas jour, Or ce silure tue une cinquantaine de verbes français).

Je préfère être qualifié d' "aîné", mais vieux ne dérange pas non plus.  Ce qui me gêne c'est la catégorisation politique, le communautarisme tous azimuts dont le capitalisme a besoin pour survivre.  Il ne s'agit pas tant pour ces salopards et leurs chiens de garde d'éviter des mots stigmatisants (mon amie aveugle déteste "non-voyant" que de définir des segments de marché, et d'empêcher les gens de s'organiser pour une vie meilleure. La société de Mme Thatcher et consorts est, selon leurs propres dires, une collection d'individus.

Ce qui me gêne sur le plan linguistique, c'est qu'il ne s'agit absolument pas de l'évolution naturelle d'une langue quand elle vivante. Il s'agit plutôt de la momification du français (et des autres langues) par la classe dominante, la globishisation n'étant que le moyen le plus visible, par cette pseudo-élite qui n'a jamais été aussi cupide, aussi mégalomane, aussi stupide et inculte.

(29/02/2020 09:24)

Dizaïne - par JulienConstant le 27/02/2020 19:58 

Dizaïne

\di.zajn\   On pourrait aussi l'écrire  Disaïllne,  Voilà un mot intégré depuis longtemps dans la langue française.  Ma liberté l'est aussi. La liberté commence par la parole, l'essence AFRAV_autocollant.jpgde l'homme; mais le design ne s'intéresse qu'à l'apparence, à la praticité. Le bonheur est dans le confort d'une frange de la population mondiale... Un confort décarboné, (guerre au vivant, pollution délocalisée, mais sur la même planète).

Lille est fière, enfin ses techno-prêtres, sont fiers de leur Festival de Rue de la Conception Graphique Mondiale.  Comment ? Ça fait long en français ? Pourtant les mêmes zombisounours, tels les animateurs télé et radio, qui parlent anglais comme le président Micron, remplacent bien handicapé par personne en situation de handicap.  Leur haine de l'humain et de l'intelligence n'a d'égale que leur hypocrisie et leurs contradictions.

Tous ses serviles collabos qui baragouinent  l'anglobal, le globish, et sabotent les deux langues, le français et l'anglais n'ont aucune conscience de leur asservissement moral et de l'artificialisation-schématisation de leur pensée. Au moins ça leur évite une grande souffrance. Heureux les simples d'esprits...

Unique, leur pensée : ils  (ce pronom a aussi pour référent les femmes, ces êtres dont la vingt-troisième paire de chromosomes est XX.)  ils anônnent tous les quelques axiomes robotiques du monde-machine qu'ils aiment tant, car il est pratique, automatique ce monde où la dépendance des personnes âgées les dégoûte, alors qu'ils développent avec gourmandise leur propre dépendance (et celle des consoumis) aux machines. Ils me disent parfois en se rengorgeant :"Je suis incapable de planter un clou !" "

Moi ça m'ennuie de voir s'amenuiser la différence entre les gens qui voudraient pouvoir faire, et ceux qui préfèrent que les machines fassent à leur place...  C'est pour me protéger de ce crétinisme que je remplis ma chasse d'eau  à la main d'eau de pluie. Vive les basses technologies : celles de la liberté !  L'alternative est simple : spectateur de ma vie industrialisée ou acteur de mon déconditionnement.

Stop and start, boîtes de vitesse automatiques machines à expresso, volets roulants, réglage des flux de voitures, de piétons, ,... C'est pratique !  Je hais ce mot handicapant. Sans électricité, les villes intelligentes (autant que leurs riches promoteurs) meurent.

EHPAD  Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes.
EHZAD  Etat d'hébergement pour zombisounours accros à leur dépendance.

mairie-lille-world-design-street-festival.jpg

Sucette-World-Design-Street-Festival.jpg

Dizaïne - par JulienConstant le 27/02/2020 19:58 

Dizaïne

\di.zajn\   On pourrait aussi l'écrire  Disaïllne,  Voilà un mot intégré depuis longtemps dans la langue française.  Ma liberté l'est aussi. La liberté commence par la parole, l'essence AFRAV_autocollant.jpgde l'homme; mais le design ne s'intéresse qu'à l'apparence, à la praticité. Le bonheur est dans le confort d'une frange de la population mondiale... Un confort décarboné, (guerre au vivant, pollution délocalisée, mais sur la même planète).

Lille est fière, enfin ses techno-prêtres, sont fiers de leur Festival de Rue de la Conception Graphique Mondiale.  Comment ? Ça fait long en français ? Pourtant les mêmes zombisounours, tels les animateurs télé et radio, qui parlent anglais comme le président Micron, remplacent bien handicapé par personne en situation de handicap.  Leur haine de l'humain et de l'intelligence n'a d'égale que leur hypocrisie et leurs contradictions.

Tous ses serviles collabos qui baragouinent  l'anglobal, le globish, et sabotent les deux langues, le français et l'anglais n'ont aucune conscience de leur asservissement moral et de l'artificialisation-schématisation de leur pensée. Au moins ça leur évite une grande souffrance. Heureux les simples d'esprits...

Unique, leur pensée : ils  (ce pronom a aussi pour référent les femmes, ces êtres dont la vingt-troisième paire de chromosomes est XX.)  ils anônnent tous les quelques axiomes robotiques du monde-machine qu'ils aiment tant, car il est pratique, automatique ce monde où la dépendance des personnes âgées les dégoûte, alors qu'ils développent avec gourmandise leur propre dépendance (et celle des consoumis) aux machines. Ils me disent parfois en se rengorgeant :"Je suis incapable de planter un clou !" "

Moi ça m'ennuie de voir s'amenuiser la différence entre les gens qui voudraient pouvoir faire, et ceux qui préfèrent que les machines fassent à leur place...  C'est pour me protéger de ce crétinisme que je remplis ma chasse d'eau  à la main d'eau de pluie. Vive les basses technologies : celles de la liberté !  L'alternative est simple : spectateur de ma vie industrialisée ou acteur de mon déconditionnement.

Stop and start, boîtes de vitesse automatiques machines à expresso, volets roulants, réglage des flux de voitures, de piétons, ,... C'est pratique !  Je hais ce mot handicapant. Sans électricité, les villes intelligentes (autant que leurs riches promoteurs) meurent.

EHPAD  Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes.
EHZAD  Etat d'hébergement pour zombisounours accros à leur dépendance.

mairie-lille-world-design-street-festival.jpg

Sucette-World-Design-Street-Festival.jpg

(27/02/2020 19:58)

Super ! - par JulienConstant le 26/02/2020 13:20 

Super !

En ce début d'année 2020, "super" partage la vedette avec "impacter"

Combien de fois par jour, à la radio, à la télé, et donc autour de nous ?  

"C'est super beau, super bon, super cher, super dur....."

Super appartient à la famille des silures (cf. Alain Borer De quel amour blessée...). Ce préfixe, validé par une longue carrière,  notamment avec la substantivation métonymique remarquable de "superette", une super petite boutique super grande...)

L'appauvrissement du français s'accélère, non par la vie naturelle de la langue, mais par l'effet loupe du pilonnage médiatIque, où le psittacisme (effet perroquet du mimétisme) renvoie quelques mots comme des balles de squash à un rythme qui rend quasi-impossible toute résistance.

"Super" tue des adverbes : c'est très beau, c'est très bon,  mais aussi c'est extrêmement beau, c'est fort bon (oui, dans cet exemple, fort est un adverbe), il est fort utile.

Super ! - par JulienConstant le 26/02/2020 13:20 

Super !

En ce début d'année 2020, "super" partage la vedette avec "impacter"

Combien de fois par jour, à la radio, à la télé, et donc autour de nous ?  

"C'est super beau, super bon, super cher, super dur....."

Super appartient à la famille des silures (cf. Alain Borer De quel amour blessée...). Ce préfixe, validé par une longue carrière,  notamment avec la substantivation métonymique remarquable de "superette", une super petite boutique super grande...)

L'appauvrissement du français s'accélère, non par la vie naturelle de la langue, mais par l'effet loupe du pilonnage médiatIque, où le psittacisme (effet perroquet du mimétisme) renvoie quelques mots comme des balles de squash à un rythme qui rend quasi-impossible toute résistance.

"Super" tue des adverbes : c'est très beau, c'est très bon,  mais aussi c'est extrêmement beau, c'est fort bon (oui, dans cet exemple, fort est un adverbe), il est fort utile.

(26/02/2020 13:20)

Sceller un pacte contre impact - par JulienConstant le 09/12/2019 20:42 

Sceller un pacte contre impact.

Dans les exemples authentiques reproduits plus bas, je remplace le verbe "impacter", par un verbe (ou un substantif) que l'auteur aurait pu et dû employer. Plusieurs verbes pourraient le plus souvent convenir. Une cinquantaine verbes sont ainsi effacés de notre mémoire !

Alors que la liberté reste un sujet de Bac philo, et que chacun se clame libre, et attaché à son libre arbitre, combien sont conscients de la colonisation de nos esprits (cf. Serge Latouche), de notre conditionnement dans la société de consoumission ? Et tout cela se passe pourtant bien dans note tête !

Nombreux sont ceux qui luttent pour un monde juste et libre. Peu d'entre eux s'interrogent pourtant et acceptent de faire l'effort de comprendre que le capitalisme colonise et conditionne d'abord nos esprits pour nous soumettre facilement. Et que donc la lutte passe aussi par le choix de nos mots.

C'est la continuation du Plan Marshall, dont l'objectif premier et avoué (cf. Contre la Pensée Unique de Claude Hagège) était la soumission du monde à l'expansion économique américaine au moyen de la langue anglaise

Le verbe "impacter" n'est qu'un silure* parmi tant d'autres ; en diminuant le nombre de mots à notre disposition grâce à leur remplacement par des mots qui façonnent ("partenaires sociaux" est une invention capitaliste, idem pour l'écriture inclusive, la notion de genre, extirpée de la grammaire) et qui ferment notre horizon culturel, les industriels qui nous gouvernent, nous amènent à penser comme eux, c'est-à-dire peu, et nous rendent incapables d'admettre que nous sommes les victimes consentantes d'un lavage de cerveau permanent.

* Le silure est un poisson qui mange tous les autres (cf. Alain Borer - De quelle amour blessée)

Impacter, impact : beurk !

Le dictionnaire de synonymes de Word 2010 ne connaît pas le verbe "impacter".  Et la dernière version, qu'en est-il ? Car cette épidémie médiatiquement "virale", loin d'être la seule d'ailleurs, s'amplifie ; hélas la destruction de notre lexique s'accélère en 2020 (pour ne pas parler de la syntaxe), et les "euh, euh, euh..." s'imposent chez de nombreux intervenants au micro, témoins du ralentissement de la pensée (morphogénèse), de l'appauvrissement du vocabulaire actif, et corollairement de la désynchronisation de la production de langue et de son oralisation. Cette maladie "virale" est si grave que certains auteurs emploient "impacter" totalement en dehors de son champ sémantique (comme impacter au lieu de équiper !), voire depuis 2019 syntaxique !


academie-francaise.jpgBPI.jpgLeFigaro-Langue-francaise.jpg

Ce verbe nuisible détruit dans nos mémoires une quantité impressionnante de verbes.  Le nom commun "impact" présente lui aussi de nombreux cas d'usage impropre. Comme cela semble incroyable, voici des preuves :

Gustave Guillaume avait baptisé "subduction" cette érosion linguistique, proportionnelle à l'usage d'un mot, qui voit son programme sémantique s'élargir, se diluer. C'est ce qui semble se passer en ce moment ou le verbe impacter


Liste non-exhaustive : 46 verbes


affecter, affaiblir, alourdir, avoir des conséquences directes, avoir pour effet, bloquer, bouleverser, compromettre, concerner, conditionner, connaitre, dégrader, déranger, déséquilibrer, déstabiliser, diminuer, embarrasser, embêter, émouvoir, empêcher, entamer, ennuyer, entraver, équiper, fragiliser, frapper, gêner, handicaper, importuner, interrompre, incommoder, léser, marquer, modifier, nuire, pénaliser, perturber, priver, ralentir, remettre en question, subir, toucher, troubler, avoir une incidence sur,

La pensée, fonction centrale de l'activité cérébrale, est faite de mots, rien que de mots ; moins on a de mots, moins on pense avec puissance et précision, moins on est libre. 

Victor Hugo : "Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison."

Les sensations, les sentiments, la mémoire, et  la faculté d'apprendre de l'expérience ne sont pas de la pensée. Et non, les dauphins ne pensent pas, ni mon chat. Quoique,... comparés à certains humains...

Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison.
Lire la suite: https://www.brainyquote.com/fr/citation/victor-hugo_104893
Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison.
Lire la suite: https://www.brainyquote.com/fr/citation/victor-hugo_104893
Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison.
Lire la suite: https://www.brainyquote.com/fr/citation/victor-hugo_104893

Jadis, quand il était question de foudre, le verbe utilisé était "frapper''. exemples

La puissance et l'omniprésence du rabâchage médiatique, l'absence de vigilance et l'inconscience de nombreux intervenants s'ajoutent à l'incurie du CSA, à la dévalorisation de la parole des experts. Sur les forums, les discussions de comptoir de bar ont le même statut que les écrits de ceux qui accumulent le savoir-écrire et le savoir par l'étude et la lecture.

https://balises.bpi.fr/langues/le-verbe-impacter-existe-t-il

Voici ce que l’on peut lire à l’article "impacter" dans le Grand Robert en ligne :

Impacter
[ɛ̃pakte]
Verbe transitif
Etymologie : milieu du 20ème (in Larousse, 1962) ; de impact(ion), et -er.
Définition : solidariser avec force (deux organes anatomiques rigides ou un organe et une prothèse) de manière à rendre l'ensemble résistant.
Dérivés : impacteur.
Dans le Trésor de la langue française informatisé ou TLFI, le terme "impacter" n’est pas répertorié.
En tout cas, on ne trouve pas impacter avec le sens qu’il a dans le langage médiatique "avoir des conséquences". Impacter est un anglicisme.

Pour confirmer cette dernière assertion, je vous copie un article du site de l’Académie française sur le terme "impacter" :
Impacter
Néologismes & anglicismes
Le substantif Impact, désignant le choc d’un projectile contre un corps, ou la trace, le trou qu’il laisse, ne peut s’employer figurément que pour évoquer un effet d’une grande violence. On ne saurait en faire un simple équivalent de "conséquence", "résultat" ou "influence". C’est à tort qu’on a, en s’inspirant de l’anglais, créé la forme verbale "impacter" pour dire "avoir des conséquences, des effets, de l’influence sur quelque chose".

On dit : La crise affecte l’activité économique, a des conséquences sur l’activité économique, modifie la rentabilité, touche l’opinion. 
On ne dit pas : La crise impacte l’activité économique, impacte la rentabilité, impacte l’opinion.

Cordialement,

Eurêkoi - Bibliothèque publique d'information

Dans les exemples authentiques suivants, je remplace le verbe "impacter", par un verbe (ou un substantif) que l'auteur aurait pu et dû employer. Plusieurs verbes pourraient le plus souvent convenir.

https://www.lequotidiendumedecin.fr/   https://bit.ly/2QKs3Uz

  • Interrogé par « France 3 », le secrétaire CFDT du groupement hospitalier Mulhouse Sud Alsace (GHRMSA) Jean-Marc Kelai dénonce les « tensions » créées par cette décision. « On trouve de l'argent pour rémunérer ces médecins intérimaires mais par contre pour le personnel non médical, on est prêt à prendre sur leurs primes de service, donc forcément les agents sont à bout », témoigne-t-il.     Nouveauté ! Impacter est un verbe transitif direct (pas de préposition entre le verbe et son complément). Jean-Marc Kelai innove dans la destruction de la langue en en faisant un verbe intransitif (pas de complément d'objet). Jusqu'à présent en effet, on n'avait jamais impacté sur quelque chose. Mais ici comme dans les autres exemples, on voit que les mots invasifs, (cf. les silures -Alain Borer-) comme leurs homologues végétaux, prennent la place les mots qu'ils remplacent, dans le discours, mais donc aussi dans le cerveau. 

          Comme tant d'autres, pris à leur insu dans lavage de cerveau permanent des médias électroniques, Jean-Marc-Kelai n'a hélas pas à sa disposition immédiate les mots justes, en train de s'estomper dans sa mémoire passive ; car les moyens français d'exprimer son idée sont à portée de... langue !

- On est prêt à diminuer leurs primes, on est prêt à raboter leurs primes, on est prêt à prendre sur leurs primes, on est prêt à supprimer leurs primes, on est prêt à annuler leurs primes

  • Message syndical : Baisse drastique du nombre d'adhérents et aucun reversement sur les cotisations de la part du siège national lui aussi pénalisé, affecté, touché concerné, lésé, fragilisé, financièrement en particulier suite au départ du SE UNSA et du SIEN. Nous vivons sur les réserves.  Ce n'est pas que l'auteur refuse d'employer ces participes passés, ou qu'il aime particulièrement "impacté" ; c'est bien que seul, "impacté", se présente spontanément et instantanément à son esprit.  Le résultat du lavage de cerveau c'est exactement cela. Nous y sommes soumis en permanence. 
  • Message syndical  :  Retraités, nous sommes déjà lésés par la baisse de nos pensions avec la stagnation de la revalorisation, 0,3 % cette année avec l'année dernière 25 % d'augmentation de la CSG. Il faut aussi être solidaires de nos enfants et petits enfants.
  • 20/11/2019     Par Le Courrier Cauchois
    Installé il y a trois semaines à Sainte-Marie-des-Champs (Seine-Maritime), près d'Yvetot, le nouveau compteur Linky, auxquels sont rattachés les bâtiments communaux, ne fait que disjoncter. Un problème qui perturbe le fonctionnement de la commune.

  • - www.ventdecolere.org/actualites/PPE-projet-description-critique-13-mars-2019
    Cette note vise à calculer les superficies et les personnes susceptibles d’être fortement perturbées par les éoliennes en France. On constate ici l'affaiblissement (la subduction) du verbe impacter, puisque l'auteur éprouve le besoin d'ajouter "fortement". Or on ne peut pas plus être "faiblement" impacté qu'on pourrait être "très" exceptionnel. C'est exceptionnel ou pas, c'est impacté ou pas.
  • - Microsoft Edge, le dernier navigateur de l'entreprise, n'est pas concerné par cette faille.
  • - La crise des gilets jaunes  compromet la croissance.
     
  • - Plusieurs communes ont été perturbées, touchées par ses violences.
  • - Aurélien Bernier : les tarifs régulés ont augmenté d’environ 36 % depuis 2010. Aujourd’hui ils grimpent car ils sont conditionnés par le prix des marchés européens de l’électricité.
     
  • - La Décroissance, n°148, avril 2018, page 13. Concomitamment, l'accroisssemen des causes d'infertilité (reproduction bien après 25 ans, alors que c'est l'âge optimal de fertilité pour les femmes), contamination chimique fragilisant, compromettant, perturbant, les gamétogénèses masculine et féminine...
     
  • - La Décroissance, n°155, décembre 2018 page 12 Faire décroître la limite de vitesse à 80km/h, c'est aussi une mesure qui va dans le bon sens en diminuant le nombre de tués sur les routes. Même les rares auteurs attentifs à la qualité de la langue baignent dans le bouillon pollué et polluant des médias ; et donc même eux sont contaminés par la déchéance linguistique.
     
  • - 2019 janvier https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/SignalerEtapeInformer!load.action. Quelques internautes incitent leurs contacts des réseaux sociaux à signaler massivement sur www.internet-signalement.gouv.fr des contenus qui les ont particulièrement choqués. Ces incitations partent d’une bonne intention – lutter contre les contenus illicites sur Internet – mais s’avèrent contre-productives. Une action est entreprise par les enquêteurs dès le premier signalement. L’envoi massif de signalements, pour signaler un unique contenu, les oblige à des manipulations inutiles qui ralentissent leur travail.
     
  • - TV : Plus de cent soixante millions de personnes sont touchées par le froid
     
  • Déstabilisés par cette fragilité financière, les marchés réagissent négativement...
     
  • Fragiliser, compromettre, remettre en question le budget,
     
  • La plus grande susceptibilité des compteurs communicants d’être frappés par la foudre
     
  • - Annie Lobé.  http://www.santepublique-editions.fr/lettre-d-annie-lobe-au-president-macron-11-decembre-2018.html  Il y a tout lieu de craindre que la France soit en PANNE GÉANTE permanente lorsque les grandes entreprises et les administrations seront équipées.
     
  • - L'effet mortel des néonicotinoides.
  • - La crise des gilets jaunes compromettra la croissance
     
  • - Lycées perturbés par les blocages
     
  • - Alourdies par la hausse de la CSG, les taxes sur gasoil...
     
  • - Le modèle économique est fragilisé par les grèves à répétition.
  • - La Décroissance  "Nos prédations d'occidentaux liées à notre mode de vie ont des conséquences directes mais de manière peu palpable nos frères humains à l'autre bout de la planète. Denis Bayon, N°153 octobre 2018.
  • - La panne informatique à La Poste a touché les 8 500 bureaux en France et a duré une bonne partie de la journée, a appris lundi franceinfo.
     
  • - Un bug informatique a bloqué toutes les opérations au guichet de La Poste dans toute la France, lundi 9 avril, a appris franceinfo auprès de l'entreprise.
     
  • - Cet incident informatique a concerné les 8 500 bureaux de La Poste en France et a duré une bonne partie de la journée.
     
  • - Les opérations aux distributeurs et sur internet n'ont pas été interrompues par ce bug.
     
  • - Appeler à une journée d’actions, de grèves et de manifestations, c’est facile, réussir une mobilisation c’est une autre paire de manches”, reconnaît le leader d’une des organisations syndicales signataires de l’appel à la mobilisation du 22 mars. “Si la mobilisation est inférieure à celle du 10 octobre dernier, notre crédibilité auprès du gouvernement comme des agents publics serait profondément affaiblie, entamée”, admet un autre représentant du personnel.
     
  • - Plus le temps passera, plus l'espérance de vie diminuera. La sédentarité qui n'a en effet pas vraiment affecté les générations du baby-boom fragilise les jeunes générations de manière significative, et ce dès leur plus jeune âge.
  • - https://assistance.nuxit.com/forums/topic/nouvelle-limitation-envoi-courriels
    Solution : prendre un serveur dédié, avec votre propre adresse IP, où vos mailings ne risqueront pas d'affecter les autres clients hébergés sur la même plateforme mutualisée.
     
  • La baisse de leurs revenus compromettra, pénalisera, le taux de croissance de notre économie.
     
  • Panne électrique : Enedis ... pour les clients touchés, concernés, privés de courant.
     
  • Loi de finances 2018 : CSG et TAXE D'HABITATION    Les conditions d’assujettissement ou d’exoneration en 2018 à la CSG, au CRDS et à la Casa sont définies par le revenu fiscal de référence (RFR) 2016, indiqué sur l’avis d’imposition sur le revenu de 2017. La hausse de la CSG n’est pas modifiée par ces conditions.
  •  La très médiatique femme d’Alexis Corbière, Raquel Garrido, s’est elle fendue d’un long tweet en début d’après-midi : «29 millions de spectateurs à ses concerts... Vertige des chiffres qui montrent comment Johnny a physiquement  marqué les français de son vivant. ..."
     
  • Appeler à une journée d’actions, de grèves et de manifestations, c’est facile, réussir une mobilisation c’est une autre paire de manches”, reconnaît le leader d’une des organisations syndicales signataires de l’appel à la mobilisation du 22 mars. “Si la mobilisation est inférieure à celle du 10 octobre dernier, notre crédibilité auprès du gouvernement comme des agents publics serait profondément entamée ”, admet un autre représentant du personnel.
     
  • Assemblée nationale : séance des questions au gouvernement 23 janvier. Mme Charlotte Lecocq. Madame la ministre des solidarités et de la santé, comme vous le savez, la situation de nombreux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes est devenue particulièrement difficile. En effet, l’allongement de la durée de vie et le maintien à domicile le plus durable possible ont pour effet que les personnes arrivant en EHPAD sont généralement dans une situation de dépendance élevée. Cette tendance a fortement dégradé les conditions d’exercice de l’ensemble des professionnels, alourdissant leurs  conditions de travail. Cette situation entraîne notamment des conséquences sur la santé au travail, ...
     
  • Madame la ministre, en 2050 plus d’un tiers de la population française aura atteint l’âge de soixante ans. Aussi, je souhaite connaître les mesures que vous envisagez pour prendre en compte les conséquences, effets du vieillissement de la population et pour améliorer la qualité de vie au travail des professionnels concernés.

Sceller un pacte contre impact - par JulienConstant le 09/12/2019 20:42 

Sceller un pacte contre impact.

Dans les exemples authentiques reproduits plus bas, je remplace le verbe "impacter", par un verbe (ou un substantif) que l'auteur aurait pu et dû employer. Plusieurs verbes pourraient le plus souvent convenir. Une cinquantaine verbes sont ainsi effacés de notre mémoire !

Alors que la liberté reste un sujet de Bac philo, et que chacun se clame libre, et attaché à son libre arbitre, combien sont conscients de la colonisation de nos esprits (cf. Serge Latouche), de notre conditionnement dans la société de consoumission ? Et tout cela se passe pourtant bien dans note tête !

Nombreux sont ceux qui luttent pour un monde juste et libre. Peu d'entre eux s'interrogent pourtant et acceptent de faire l'effort de comprendre que le capitalisme colonise et conditionne d'abord nos esprits pour nous soumettre facilement. Et que donc la lutte passe aussi par le choix de nos mots.

C'est la continuation du Plan Marshall, dont l'objectif premier et avoué (cf. Contre la Pensée Unique de Claude Hagège) était la soumission du monde à l'expansion économique américaine au moyen de la langue anglaise

Le verbe "impacter" n'est qu'un silure* parmi tant d'autres ; en diminuant le nombre de mots à notre disposition grâce à leur remplacement par des mots qui façonnent ("partenaires sociaux" est une invention capitaliste, idem pour l'écriture inclusive, la notion de genre, extirpée de la grammaire) et qui ferment notre horizon culturel, les industriels qui nous gouvernent, nous amènent à penser comme eux, c'est-à-dire peu, et nous rendent incapables d'admettre que nous sommes les victimes consentantes d'un lavage de cerveau permanent.

* Le silure est un poisson qui mange tous les autres (cf. Alain Borer - De quelle amour blessée)

Impacter, impact : beurk !

Le dictionnaire de synonymes de Word 2010 ne connaît pas le verbe "impacter".  Et la dernière version, qu'en est-il ? Car cette épidémie médiatiquement "virale", loin d'être la seule d'ailleurs, s'amplifie ; hélas la destruction de notre lexique s'accélère en 2020 (pour ne pas parler de la syntaxe), et les "euh, euh, euh..." s'imposent chez de nombreux intervenants au micro, témoins du ralentissement de la pensée (morphogénèse), de l'appauvrissement du vocabulaire actif, et corollairement de la désynchronisation de la production de langue et de son oralisation. Cette maladie "virale" est si grave que certains auteurs emploient "impacter" totalement en dehors de son champ sémantique (comme impacter au lieu de équiper !), voire depuis 2019 syntaxique !


academie-francaise.jpgBPI.jpgLeFigaro-Langue-francaise.jpg

Ce verbe nuisible détruit dans nos mémoires une quantité impressionnante de verbes.  Le nom commun "impact" présente lui aussi de nombreux cas d'usage impropre. Comme cela semble incroyable, voici des preuves :

Gustave Guillaume avait baptisé "subduction" cette érosion linguistique, proportionnelle à l'usage d'un mot, qui voit son programme sémantique s'élargir, se diluer. C'est ce qui semble se passer en ce moment ou le verbe impacter


Liste non-exhaustive : 46 verbes


affecter, affaiblir, alourdir, avoir des conséquences directes, avoir pour effet, bloquer, bouleverser, compromettre, concerner, conditionner, connaitre, dégrader, déranger, déséquilibrer, déstabiliser, diminuer, embarrasser, embêter, émouvoir, empêcher, entamer, ennuyer, entraver, équiper, fragiliser, frapper, gêner, handicaper, importuner, interrompre, incommoder, léser, marquer, modifier, nuire, pénaliser, perturber, priver, ralentir, remettre en question, subir, toucher, troubler, avoir une incidence sur,

La pensée, fonction centrale de l'activité cérébrale, est faite de mots, rien que de mots ; moins on a de mots, moins on pense avec puissance et précision, moins on est libre. 

Victor Hugo : "Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison."

Les sensations, les sentiments, la mémoire, et  la faculté d'apprendre de l'expérience ne sont pas de la pensée. Et non, les dauphins ne pensent pas, ni mon chat. Quoique,... comparés à certains humains...

Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison.
Lire la suite: https://www.brainyquote.com/fr/citation/victor-hugo_104893
Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison.
Lire la suite: https://www.brainyquote.com/fr/citation/victor-hugo_104893
Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison.
Lire la suite: https://www.brainyquote.com/fr/citation/victor-hugo_104893

Jadis, quand il était question de foudre, le verbe utilisé était "frapper''. exemples

La puissance et l'omniprésence du rabâchage médiatique, l'absence de vigilance et l'inconscience de nombreux intervenants s'ajoutent à l'incurie du CSA, à la dévalorisation de la parole des experts. Sur les forums, les discussions de comptoir de bar ont le même statut que les écrits de ceux qui accumulent le savoir-écrire et le savoir par l'étude et la lecture.

https://balises.bpi.fr/langues/le-verbe-impacter-existe-t-il

Voici ce que l’on peut lire à l’article "impacter" dans le Grand Robert en ligne :

Impacter
[ɛ̃pakte]
Verbe transitif
Etymologie : milieu du 20ème (in Larousse, 1962) ; de impact(ion), et -er.
Définition : solidariser avec force (deux organes anatomiques rigides ou un organe et une prothèse) de manière à rendre l'ensemble résistant.
Dérivés : impacteur.
Dans le Trésor de la langue française informatisé ou TLFI, le terme "impacter" n’est pas répertorié.
En tout cas, on ne trouve pas impacter avec le sens qu’il a dans le langage médiatique "avoir des conséquences". Impacter est un anglicisme.

Pour confirmer cette dernière assertion, je vous copie un article du site de l’Académie française sur le terme "impacter" :
Impacter
Néologismes & anglicismes
Le substantif Impact, désignant le choc d’un projectile contre un corps, ou la trace, le trou qu’il laisse, ne peut s’employer figurément que pour évoquer un effet d’une grande violence. On ne saurait en faire un simple équivalent de "conséquence", "résultat" ou "influence". C’est à tort qu’on a, en s’inspirant de l’anglais, créé la forme verbale "impacter" pour dire "avoir des conséquences, des effets, de l’influence sur quelque chose".

On dit : La crise affecte l’activité économique, a des conséquences sur l’activité économique, modifie la rentabilité, touche l’opinion. 
On ne dit pas : La crise impacte l’activité économique, impacte la rentabilité, impacte l’opinion.

Cordialement,

Eurêkoi - Bibliothèque publique d'information

Dans les exemples authentiques suivants, je remplace le verbe "impacter", par un verbe (ou un substantif) que l'auteur aurait pu et dû employer. Plusieurs verbes pourraient le plus souvent convenir.

https://www.lequotidiendumedecin.fr/   https://bit.ly/2QKs3Uz

  • Interrogé par « France 3 », le secrétaire CFDT du groupement hospitalier Mulhouse Sud Alsace (GHRMSA) Jean-Marc Kelai dénonce les « tensions » créées par cette décision. « On trouve de l'argent pour rémunérer ces médecins intérimaires mais par contre pour le personnel non médical, on est prêt à prendre sur leurs primes de service, donc forcément les agents sont à bout », témoigne-t-il.     Nouveauté ! Impacter est un verbe transitif direct (pas de préposition entre le verbe et son complément). Jean-Marc Kelai innove dans la destruction de la langue en en faisant un verbe intransitif (pas de complément d'objet). Jusqu'à présent en effet, on n'avait jamais impacté sur quelque chose. Mais ici comme dans les autres exemples, on voit que les mots invasifs, (cf. les silures -Alain Borer-) comme leurs homologues végétaux, prennent la place les mots qu'ils remplacent, dans le discours, mais donc aussi dans le cerveau. 

          Comme tant d'autres, pris à leur insu dans lavage de cerveau permanent des médias électroniques, Jean-Marc-Kelai n'a hélas pas à sa disposition immédiate les mots justes, en train de s'estomper dans sa mémoire passive ; car les moyens français d'exprimer son idée sont à portée de... langue !

- On est prêt à diminuer leurs primes, on est prêt à raboter leurs primes, on est prêt à prendre sur leurs primes, on est prêt à supprimer leurs primes, on est prêt à annuler leurs primes

  • Message syndical : Baisse drastique du nombre d'adhérents et aucun reversement sur les cotisations de la part du siège national lui aussi pénalisé, affecté, touché concerné, lésé, fragilisé, financièrement en particulier suite au départ du SE UNSA et du SIEN. Nous vivons sur les réserves.  Ce n'est pas que l'auteur refuse d'employer ces participes passés, ou qu'il aime particulièrement "impacté" ; c'est bien que seul, "impacté", se présente spontanément et instantanément à son esprit.  Le résultat du lavage de cerveau c'est exactement cela. Nous y sommes soumis en permanence. 
  • Message syndical  :  Retraités, nous sommes déjà lésés par la baisse de nos pensions avec la stagnation de la revalorisation, 0,3 % cette année avec l'année dernière 25 % d'augmentation de la CSG. Il faut aussi être solidaires de nos enfants et petits enfants.
  • 20/11/2019     Par Le Courrier Cauchois
    Installé il y a trois semaines à Sainte-Marie-des-Champs (Seine-Maritime), près d'Yvetot, le nouveau compteur Linky, auxquels sont rattachés les bâtiments communaux, ne fait que disjoncter. Un problème qui perturbe le fonctionnement de la commune.

  • - www.ventdecolere.org/actualites/PPE-projet-description-critique-13-mars-2019
    Cette note vise à calculer les superficies et les personnes susceptibles d’être fortement perturbées par les éoliennes en France. On constate ici l'affaiblissement (la subduction) du verbe impacter, puisque l'auteur éprouve le besoin d'ajouter "fortement". Or on ne peut pas plus être "faiblement" impacté qu'on pourrait être "très" exceptionnel. C'est exceptionnel ou pas, c'est impacté ou pas.
  • - Microsoft Edge, le dernier navigateur de l'entreprise, n'est pas concerné par cette faille.
  • - La crise des gilets jaunes  compromet la croissance.
     
  • - Plusieurs communes ont été perturbées, touchées par ses violences.
  • - Aurélien Bernier : les tarifs régulés ont augmenté d’environ 36 % depuis 2010. Aujourd’hui ils grimpent car ils sont conditionnés par le prix des marchés européens de l’électricité.
     
  • - La Décroissance, n°148, avril 2018, page 13. Concomitamment, l'accroisssemen des causes d'infertilité (reproduction bien après 25 ans, alors que c'est l'âge optimal de fertilité pour les femmes), contamination chimique fragilisant, compromettant, perturbant, les gamétogénèses masculine et féminine...
     
  • - La Décroissance, n°155, décembre 2018 page 12 Faire décroître la limite de vitesse à 80km/h, c'est aussi une mesure qui va dans le bon sens en diminuant le nombre de tués sur les routes. Même les rares auteurs attentifs à la qualité de la langue baignent dans le bouillon pollué et polluant des médias ; et donc même eux sont contaminés par la déchéance linguistique.
     
  • - 2019 janvier https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/SignalerEtapeInformer!load.action. Quelques internautes incitent leurs contacts des réseaux sociaux à signaler massivement sur www.internet-signalement.gouv.fr des contenus qui les ont particulièrement choqués. Ces incitations partent d’une bonne intention – lutter contre les contenus illicites sur Internet – mais s’avèrent contre-productives. Une action est entreprise par les enquêteurs dès le premier signalement. L’envoi massif de signalements, pour signaler un unique contenu, les oblige à des manipulations inutiles qui ralentissent leur travail.
     
  • - TV : Plus de cent soixante millions de personnes sont touchées par le froid
     
  • Déstabilisés par cette fragilité financière, les marchés réagissent négativement...
     
  • Fragiliser, compromettre, remettre en question le budget,
     
  • La plus grande susceptibilité des compteurs communicants d’être frappés par la foudre
     
  • - Annie Lobé.  http://www.santepublique-editions.fr/lettre-d-annie-lobe-au-president-macron-11-decembre-2018.html  Il y a tout lieu de craindre que la France soit en PANNE GÉANTE permanente lorsque les grandes entreprises et les administrations seront équipées.
     
  • - L'effet mortel des néonicotinoides.
  • - La crise des gilets jaunes compromettra la croissance
     
  • - Lycées perturbés par les blocages
     
  • - Alourdies par la hausse de la CSG, les taxes sur gasoil...
     
  • - Le modèle économique est fragilisé par les grèves à répétition.
  • - La Décroissance  "Nos prédations d'occidentaux liées à notre mode de vie ont des conséquences directes mais de manière peu palpable nos frères humains à l'autre bout de la planète. Denis Bayon, N°153 octobre 2018.
  • - La panne informatique à La Poste a touché les 8 500 bureaux en France et a duré une bonne partie de la journée, a appris lundi franceinfo.
     
  • - Un bug informatique a bloqué toutes les opérations au guichet de La Poste dans toute la France, lundi 9 avril, a appris franceinfo auprès de l'entreprise.
     
  • - Cet incident informatique a concerné les 8 500 bureaux de La Poste en France et a duré une bonne partie de la journée.
     
  • - Les opérations aux distributeurs et sur internet n'ont pas été interrompues par ce bug.
     
  • - Appeler à une journée d’actions, de grèves et de manifestations, c’est facile, réussir une mobilisation c’est une autre paire de manches”, reconnaît le leader d’une des organisations syndicales signataires de l’appel à la mobilisation du 22 mars. “Si la mobilisation est inférieure à celle du 10 octobre dernier, notre crédibilité auprès du gouvernement comme des agents publics serait profondément affaiblie, entamée”, admet un autre représentant du personnel.
     
  • - Plus le temps passera, plus l'espérance de vie diminuera. La sédentarité qui n'a en effet pas vraiment affecté les générations du baby-boom fragilise les jeunes générations de manière significative, et ce dès leur plus jeune âge.
  • - https://assistance.nuxit.com/forums/topic/nouvelle-limitation-envoi-courriels
    Solution : prendre un serveur dédié, avec votre propre adresse IP, où vos mailings ne risqueront pas d'affecter les autres clients hébergés sur la même plateforme mutualisée.
     
  • La baisse de leurs revenus compromettra, pénalisera, le taux de croissance de notre économie.
     
  • Panne électrique : Enedis ... pour les clients touchés, concernés, privés de courant.
     
  • Loi de finances 2018 : CSG et TAXE D'HABITATION    Les conditions d’assujettissement ou d’exoneration en 2018 à la CSG, au CRDS et à la Casa sont définies par le revenu fiscal de référence (RFR) 2016, indiqué sur l’avis d’imposition sur le revenu de 2017. La hausse de la CSG n’est pas modifiée par ces conditions.
  •  La très médiatique femme d’Alexis Corbière, Raquel Garrido, s’est elle fendue d’un long tweet en début d’après-midi : «29 millions de spectateurs à ses concerts... Vertige des chiffres qui montrent comment Johnny a physiquement  marqué les français de son vivant. ..."
     
  • Appeler à une journée d’actions, de grèves et de manifestations, c’est facile, réussir une mobilisation c’est une autre paire de manches”, reconnaît le leader d’une des organisations syndicales signataires de l’appel à la mobilisation du 22 mars. “Si la mobilisation est inférieure à celle du 10 octobre dernier, notre crédibilité auprès du gouvernement comme des agents publics serait profondément entamée ”, admet un autre représentant du personnel.
     
  • Assemblée nationale : séance des questions au gouvernement 23 janvier. Mme Charlotte Lecocq. Madame la ministre des solidarités et de la santé, comme vous le savez, la situation de nombreux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes est devenue particulièrement difficile. En effet, l’allongement de la durée de vie et le maintien à domicile le plus durable possible ont pour effet que les personnes arrivant en EHPAD sont généralement dans une situation de dépendance élevée. Cette tendance a fortement dégradé les conditions d’exercice de l’ensemble des professionnels, alourdissant leurs  conditions de travail. Cette situation entraîne notamment des conséquences sur la santé au travail, ...
     
  • Madame la ministre, en 2050 plus d’un tiers de la population française aura atteint l’âge de soixante ans. Aussi, je souhaite connaître les mesures que vous envisagez pour prendre en compte les conséquences, effets du vieillissement de la population et pour améliorer la qualité de vie au travail des professionnels concernés.

(09/12/2019 20:42)

Tracer ! Adieu pister ! - par JulienConstant le 09/12/2019 20:02 

Tracer ! Adieu pister !

'Tracer', c'est le verbe anglais "trace", directement importé en français.

Comment est-il arrivé chez nous, comme l'écureuil gris asiatique qui tue l'écureuil roux de nos régions ?

C'est simple : les romans policiers et leurs versions télévisées ou cinématographiques occcupent une place de choix dans le paysage culturel, lectures et films.

Researching, Identifying and Tracing the Electronic Suspect

Il a donc suffi de la paresse endémqiye de traducteurs pour inoculer ce mot dans notre langue, et tuer le verbe pister.

Exemples :

La victoire juridique récente de Mme Morel (1), soutenue par les collectifs locaux est une victoire du pot de terre contre le pot de fer.
C'est un signal fort pour ne pas lâcher le refus de ces compteurs/capteurs inutiles pour les usagers, mais très utiles pour remplir les poches d'Enedis, et pour compenser indirectement le gouffre financier d'EDF.  

Dans le Rhône, le collectif info Linky SOL regroupe près de 170 plaignants aux côtés de 11 autres départements situés en AURA, en plus du Gard et de la Lorraine.

En parallèle, une opération de grande envergure a été décidée sur Lyon courant 2020, demandant une mobilisation large au delà des collectifs présents, pour contester Linky et son monde ainsi que l'arrivée de la 5G, la combinaison infernale pour tracer (pister est parfait !) nos faits et gestes à tout moment et en tout lieu dans la « smart city » alors même que ces technologies sont néfastes au niveau environnemental et sanitaire

Le collectif Info linky Sud Ouest Lyonnais

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Tracer ! Adieu pister ! - par JulienConstant le 09/12/2019 20:02 

Tracer ! Adieu pister !

'Tracer', c'est le verbe anglais "trace", directement importé en français.

Comment est-il arrivé chez nous, comme l'écureuil gris asiatique qui tue l'écureuil roux de nos régions ?

C'est simple : les romans policiers et leurs versions télévisées ou cinématographiques occcupent une place de choix dans le paysage culturel, lectures et films.

Researching, Identifying and Tracing the Electronic Suspect

Il a donc suffi de la paresse endémqiye de traducteurs pour inoculer ce mot dans notre langue, et tuer le verbe pister.

Exemples :

La victoire juridique récente de Mme Morel (1), soutenue par les collectifs locaux est une victoire du pot de terre contre le pot de fer.
C'est un signal fort pour ne pas lâcher le refus de ces compteurs/capteurs inutiles pour les usagers, mais très utiles pour remplir les poches d'Enedis, et pour compenser indirectement le gouffre financier d'EDF.  

Dans le Rhône, le collectif info Linky SOL regroupe près de 170 plaignants aux côtés de 11 autres départements situés en AURA, en plus du Gard et de la Lorraine.

En parallèle, une opération de grande envergure a été décidée sur Lyon courant 2020, demandant une mobilisation large au delà des collectifs présents, pour contester Linky et son monde ainsi que l'arrivée de la 5G, la combinaison infernale pour tracer (pister est parfait !) nos faits et gestes à tout moment et en tout lieu dans la « smart city » alors même que ces technologies sont néfastes au niveau environnemental et sanitaire

Le collectif Info linky Sud Ouest Lyonnais

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

(09/12/2019 20:02)

Je voudrais bouter booster hors du français - par JulienConstant le 19/10/2019 09:34 

Bouter booster hors du français, allez bouste !  (On peut rêver...)

Booster -   Beurk !

Le dictionnaire de synonymes de Word 2010 ne connaît pas encorele verbe "booster".  Car cette épidémie médiatiquement virale, loin d'être la seule s'amplifie ; hélas la destruction de notre lexique s'accélère (pour ne pas parler de la syntaxe), et les "euh, euh, euh..." s'imposent chez de nombreux intervenants au micro, témoins du ralentissement de la pensée, de l'appauvrissement du vocabulaire actif, et corollairement de la désynchronisation de la production de langue et de son oralisation ((morphogénèse). 

CSA.jpg

Booster : un verbe à tout dire
 

[...]   De tels emprunts à l'anglo-américain ne concurrencent pas seulement des termes français existants, ils nous font aussi oublier la richesse de notre lexique.
 
Perdre de vue toutes les nuances d'expression que permet cette diversité marque un réel appauvrissement de notre langue, particulièrement dommageable quand l'exemple en est donné par les professionnels de la communication. Chacun fait vivre la langue en y imprimant sa marque, mais leur audience rend leur responsabilité écrasante dans ce qui n'est plus l'évolution normale d'une langue vivante, mais est devenu une desecente vers le "moins disant" au sens propre.



Crisco.jpgCrisco donne 35 synonymes pour amplifier, verbe qui couvre le programme sémantique de booster.

En vert, mes ajouts

accentuer, accroître, aggraver, agrandir,

ajouter, augmenter, broder, charger, décupler, délayer, détailler, développer, doper, dramatiser, élargir, embellir, enfler, enjoliver, étendre, exacerber, exagérer, gonfler, grandir, grossir, hâbler, hausser, intensifier, majorer, mettre en relief, mettre en avant, motiver., multiplier, nourrir, orchestrer, outrer, paraphraser, renchérir, romancer, surfaire

academie-francaise.jpg

Booster

Le 2 février 2012

Néologismes & anglicismes

Forme francisée du verbe anglais to boost, Booster (prononcé Bouster) est très utilisé, notamment dans la presse, par un pur effet de mode.

On dit On ne dit pas

Stimuler, régénérer la peau, les cheveux

Relancer, augmenter les ventes

Relancer, stimuler, accélérer la croissance

Développer, faire croître la filière nucléaire

Booster la peau, les cheveux

Booster les ventes

Booster la croissance

Booster la filière nucléaire



La remarque du type : "oui mais c'est plus joli, c'est plus précis, c'est plus court, c'est un peu différent en anglais." n'exprime inconsciemment jamais rien d'autre que l'extraordinaire pouvoir mimétique de l'esprit, prompt à être victime du lavage de cerveau permanent que nous infligent les médias électroniques.
Travestir la soumission à la novlangue industrio-publicitaire en acceptation soi-disant éclairée n'est rien d'autre qu'une illustration supplémentaire du jugement de La Boétie sur la servitude volontaire. 

Commençons par le Journal de la So Connected (and so silly) MEL, pauvre idiote qui se croit "smart", à défaut d'être intelligente. Les technolocrates qui la "managent" sont sans doute les premiers candidats à leur propre remplacement par les robots qu'ils vénèrent, tant leur intelligence s'est réduite en passant de naturelle à artificielle...

Si les héros de Game of Thrones préfèrent mourir sur le bûcher plutôt que de ployer le genou, que dire de ces "élites" qui se soumettent avec fierté à la volonté de Etats-Unis (cf. Claude Hagège, contre la Pensée Unique - 2012 -Odile Jacob)

page 22 n° 19 juillet 2018   MEL-booster.jpg
Développer l’attractivité et la pratique du sport


Voilà comment ce titre aurait dû être rédigé si nous étions gouvernés par des esprits fiers, libres et maîtres de leur langue maternelle, et non pas des employés d'un Plan Marshall auquel ils s'asservissent, et nous en même temps, avec délices.

And for those who believe me to be Anglophobic, think again. As you might guess, I am bilingual; I have been teaching English for 35 years. Moreover, although my English may need some brushing up, my English-speaking counterparts never happen to guess that I am French!

Englobish is not English. Only poor technoslavish writers or speakers, who need plug holes in their hesitant speech with "uh ... uh ...", because their speech is still waiting for the next delivery of some kind of authentic thought from their pre-digitized brain, only these technoliers will need Anglo-American words to fill in the gaps of their mental stammering.



Je remplace booster dans chacun de ces énoncés authentiques :

Sabam :  Les contacts que vous y nouez avec les bonnes personnes peuvent sérieusement relancer / lancer votre carrière.

Le Bon Coin  : Dopez votre annonce !  Mettez votre annonce en avant

La coccinelle  Actualités musicales Comment la musique peut décupler votre créativité ?
En savoir plus sur https://www.lacoccinelle.net/242845-eagles-hotel-california.html#2l5vyizIQ4MlxUO3.99

Je voudrais bouter booster hors du français - par JulienConstant le 19/10/2019 09:34 

Bouter booster hors du français, allez bouste !  (On peut rêver...)

Booster -   Beurk !

Le dictionnaire de synonymes de Word 2010 ne connaît pas encorele verbe "booster".  Car cette épidémie médiatiquement virale, loin d'être la seule s'amplifie ; hélas la destruction de notre lexique s'accélère (pour ne pas parler de la syntaxe), et les "euh, euh, euh..." s'imposent chez de nombreux intervenants au micro, témoins du ralentissement de la pensée, de l'appauvrissement du vocabulaire actif, et corollairement de la désynchronisation de la production de langue et de son oralisation ((morphogénèse). 

CSA.jpg

Booster : un verbe à tout dire
 

[...]   De tels emprunts à l'anglo-américain ne concurrencent pas seulement des termes français existants, ils nous font aussi oublier la richesse de notre lexique.
 
Perdre de vue toutes les nuances d'expression que permet cette diversité marque un réel appauvrissement de notre langue, particulièrement dommageable quand l'exemple en est donné par les professionnels de la communication. Chacun fait vivre la langue en y imprimant sa marque, mais leur audience rend leur responsabilité écrasante dans ce qui n'est plus l'évolution normale d'une langue vivante, mais est devenu une desecente vers le "moins disant" au sens propre.



Crisco.jpgCrisco donne 35 synonymes pour amplifier, verbe qui couvre le programme sémantique de booster.

En vert, mes ajouts

accentuer, accroître, aggraver, agrandir,

ajouter, augmenter, broder, charger, décupler, délayer, détailler, développer, doper, dramatiser, élargir, embellir, enfler, enjoliver, étendre, exacerber, exagérer, gonfler, grandir, grossir, hâbler, hausser, intensifier, majorer, mettre en relief, mettre en avant, motiver., multiplier, nourrir, orchestrer, outrer, paraphraser, renchérir, romancer, surfaire

academie-francaise.jpg

Booster

Le 2 février 2012

Néologismes & anglicismes

Forme francisée du verbe anglais to boost, Booster (prononcé Bouster) est très utilisé, notamment dans la presse, par un pur effet de mode.

On dit On ne dit pas

Stimuler, régénérer la peau, les cheveux

Relancer, augmenter les ventes

Relancer, stimuler, accélérer la croissance

Développer, faire croître la filière nucléaire

Booster la peau, les cheveux

Booster les ventes

Booster la croissance

Booster la filière nucléaire



La remarque du type : "oui mais c'est plus joli, c'est plus précis, c'est plus court, c'est un peu différent en anglais." n'exprime inconsciemment jamais rien d'autre que l'extraordinaire pouvoir mimétique de l'esprit, prompt à être victime du lavage de cerveau permanent que nous infligent les médias électroniques.
Travestir la soumission à la novlangue industrio-publicitaire en acceptation soi-disant éclairée n'est rien d'autre qu'une illustration supplémentaire du jugement de La Boétie sur la servitude volontaire. 

Commençons par le Journal de la So Connected (and so silly) MEL, pauvre idiote qui se croit "smart", à défaut d'être intelligente. Les technolocrates qui la "managent" sont sans doute les premiers candidats à leur propre remplacement par les robots qu'ils vénèrent, tant leur intelligence s'est réduite en passant de naturelle à artificielle...

Si les héros de Game of Thrones préfèrent mourir sur le bûcher plutôt que de ployer le genou, que dire de ces "élites" qui se soumettent avec fierté à la volonté de Etats-Unis (cf. Claude Hagège, contre la Pensée Unique - 2012 -Odile Jacob)

page 22 n° 19 juillet 2018   MEL-booster.jpg
Développer l’attractivité et la pratique du sport


Voilà comment ce titre aurait dû être rédigé si nous étions gouvernés par des esprits fiers, libres et maîtres de leur langue maternelle, et non pas des employés d'un Plan Marshall auquel ils s'asservissent, et nous en même temps, avec délices.

And for those who believe me to be Anglophobic, think again. As you might guess, I am bilingual; I have been teaching English for 35 years. Moreover, although my English may need some brushing up, my English-speaking counterparts never happen to guess that I am French!

Englobish is not English. Only poor technoslavish writers or speakers, who need plug holes in their hesitant speech with "uh ... uh ...", because their speech is still waiting for the next delivery of some kind of authentic thought from their pre-digitized brain, only these technoliers will need Anglo-American words to fill in the gaps of their mental stammering.



Je remplace booster dans chacun de ces énoncés authentiques :

Sabam :  Les contacts que vous y nouez avec les bonnes personnes peuvent sérieusement relancer / lancer votre carrière.

Le Bon Coin  : Dopez votre annonce !  Mettez votre annonce en avant

La coccinelle  Actualités musicales Comment la musique peut décupler votre créativité ?
En savoir plus sur https://www.lacoccinelle.net/242845-eagles-hotel-california.html#2l5vyizIQ4MlxUO3.99

(19/10/2019 09:34)

Je vous mets au défi d'oublier le mot "challenge" - par JulienConstant le 21/04/2019 16:26 

21/04/2019 Bonjour Reporterre,
Une petite coquille ici https://reporterre.net/Contre-l-effondrement-Extinction-Rebellion-prone-la-desobeissance-civile

É​​viter de reproduire des mécanismes d’un système que l’on combat : voici l’un des chalenges d’XR et aussi l’un de ses principaux attraits pour Sophia. Elle dont c’est le premier engagement militant « apprécie surtout les discussions très démocratiques »
Mais puisque vous êtes ici, pourquoi ne pas empêcher le mot "défi" de mourir ? Voilà un défi qui vaut bien des "challenges" entendus et lus des dizaines de fois pas jour...

Je vous mets au défi d'oublier le mot "challenge" - par JulienConstant le 21/04/2019 16:26 

21/04/2019 Bonjour Reporterre,
Une petite coquille ici https://reporterre.net/Contre-l-effondrement-Extinction-Rebellion-prone-la-desobeissance-civile

É​​viter de reproduire des mécanismes d’un système que l’on combat : voici l’un des chalenges d’XR et aussi l’un de ses principaux attraits pour Sophia. Elle dont c’est le premier engagement militant « apprécie surtout les discussions très démocratiques »
Mais puisque vous êtes ici, pourquoi ne pas empêcher le mot "défi" de mourir ? Voilà un défi qui vaut bien des "challenges" entendus et lus des dizaines de fois pas jour...

(21/04/2019 16:26)

L'impossible écriture inclusive - par JulienConstant le 21/04/2019 15:43 

L'impossible écriture (capitaliste) inclusive : la mise en abyme de l'incohérence...

Je m'adresse à tous, refusant de suivre cette mode débile imposée par le système capitaliste lui-même, et que croient combattre les "progressistes" du toussétoutes, cellezéceux et autres idioties. Notons quand même que malgré le rabâchage que nous imposent les animateurs-politiciens-journalistes-artistes radio-télé, et les soi-disant anti-capitalistes de toutes obédiences, cette pathologie linguistique ne gagne pas la presse, les romans, bref l'essentiel de l'écrit et de l'oral.

Parce que c'est impossible, physiquement.

Aucun de ses suiveurs de mode, des deux sexes donc, (puisqu'il n'y a que des chromoshommes et des chromosfemmes), adeptes inconscients du politiquement correct, depuis le malvoyantisme jusqu'au en-situation-de-handicapisme,  (ces laquais innocents de la dictature du néo-libéralisme) ne se posent de questions. Ça ne les gêne pas de ne pouvoir lire à voix haute leur charabia et de s'escrimer à appliquer une "règle" en débat récurrent. Cette jungle de pseudo-solutions à un faux problème se heurte pourtant tout simplement à ... son impossibilité.
 

A moins de faire comme l'auteur de "La Disparition" : travailler le texte pour n'utiliser que des mots épicènes ; ce qui ne fait que confirmer l'impossibilité.

La parole est en effet un caractère naturel de l'homme ; exactement comme la respiration.  On parle en effet littéralement comme on respire ; et on inspire... tous les polluants dans lesquels on baigne.
Pourtant, nous avons beau respirer naturellement sans y penser, nous ne sommes pas pour autant pneumologues !

Et bien que nous parlions naturellement, nous ne sommes pas pour autant linguistes. Or qui sont les prescripteurs aujourd'hui ?  Tout le monde, (et surtout les gens de "gauche", sauf les... spécialistes, dont l'avis n'est guère sollicité, ou considéré comme archaïque). Pourtant les linguistes, eux savent, puisqu'ils étudient la langue et l'histoire de la langue à longueur de vie. Et ceux qui lisent et écoutent se rendent bien compte de la réalité... exclusivement non inclusive.

Alain Borer (De quel amour blessée) démontre magistralement le caractère imbécile (et contreproductif, car il ne suffit pas de massacrer "le mâle" dans la langue pour qu'advienne la justice, ça se saurait non ?) de ce communautarisme linguistique en évoquant l'essence du français : le parlécrit. Plus que dans toute autre langue, en français, l'oral et l'écrit sont intimement liés.

Professeur de français et d'anglais, étudiant permanent en langues, je me bornerai essentiellement à coller ici les preuves de l'impossibilité de l'écriture inclusive, preuves fournies par ses adeptes eux-mêmes dans presque tous leurs écrits. L'application de ce fantasme égalitaire les oblige à éradiquer toute trace de ce que leur ignorance de la langue française leur fait prendre comme de la domination masculine, alors qu'il s'agit d'un neutre. Pendant ce temps, la femme reste victime de toutes les abominations que l'on sait.

Nous savons tous respirer ; cela de fait pas de nous des pneumologues.
Nous savons tous parler ; cela ne fait pas de nous des linguistes.

Les inclusifs sont des hommes et des femmes. Non seulement leurs "règles" varient suivant les groupes "d'adeptes", mais surtout, des occurrences à féminiser selon ces barbarismes grammaticaux leur échappent presque toujours, dénonçant, à leur aveuglante insu, le caractère fantasmatique de leur vision déplacée de l'égalité homme-femme, et de l'ignorance absolue de l'histoire des langues, de la notion de genre, grammaticale et non biologique, et des contraintes linguistiques physiques, logiques, et objectives qui limitent cette notion.

Et inconscients aussi de la manipulation politique qu'ils subissent de la part des transhumanistes (promoteurs de la confusion juteuse mais grotesque entre genre et sexe, qui aboutit à la destruction de la notion de sexe alors que nous sommes tous issus d'un homme et d'une femme, et que c'est déjà assez compliqué comme ça...).

Enfin, participer à cette entreprise d'atomisation de la langue, c'est l'affaiblir, en dévaluant encore davantage les régularités du français (les "règles" de grammaire), et donc rendre encore plus délicate notre capacité à... communiquer.

Sans même prendre la peine de raisonner donc, il suffit de constater et de mettre en rouge leurs incohérences, ou de montrer leurs oublis...

Remarques :
1. Aucune femme ne se plaint du sexisme d'une personne qui refuse la féminisation abusive.
2. Personne ne réagit quand on entend ou lit : "Bonjour à tous !" et aucune femme ne sort, même quand on évoque les Droits de l'Homme ! Alors que nous vivons sous la dictature des ignorants qui, sur les forums, tentent de cacher leur paresse sous la hargne avec des mots comme "haine, racisme, aigreur, etc.", illustrant surtout leur posture suiviste, nombreux sont ceux qui tiennent à leur liberté et qui savent où elle se vit et se défend...
3. Oui, l'agacement provoqué par ces violences perpétrées sans répit contre la langue se transforme en colère et ces crimes contre la pensée, qui semble se recroqueviller à l'extrême bien souvent.

Quelques avis de spécialistes

L'Académie française détaille patiemment l'histoire, les tenants et les aboutissants de la question : malheureusement les grands médias confondent, avec la fierté des "innovants", la libre expression avec l'excrétion verbale, et leurs vraies informations défèquent niouzes sur niouzes... http://www.academie-francaise.fr/search/node/f%C3%A9minisation

Académie française  10/10/2014 - extrait : elle rejette un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes.

Simone Veil 2010  : [...] sans donner dans le travers qui consiste à faire semblant de croire que la féminisation des mots est un accélérateur de parité. [...]

Michel Serres 2018 : [...] Un des arguments affichés pour que le masculin l’emporte sur le féminin, est que le masculin joue le rôle du neutre, absent de la langue française. Aucun traité de linguistique ni de grammaire ne relate cette absurdité, car il existe, chez nous, des mots dits « épicènes »[...]

Alain Rey [...] L'écriture inclusive va-t-elle mourir d'elle-même?

Elle est une surréaction, certes compréhensive idéologiquement et moralement, mais à côté de la plaque. Elle est inutile, ne serait-ce que parce qu'elle ne peut pas se représenter à l'oral. Un texte en écriture inclusive ne peut pas se parler. C'est donc une complication ridicule et inutile sur un système qui est déjà, pour des raisons historiques, terriblement compliqué. Cette écriture méconnaît la réalité des choses.
On ne va pas aller saccager 1000 ans d'histoire au nom de quelques années de réflexion idéologique par un usage imposé par une toute petite minorité ! Ça ne marchera pas. Mais je ne dis pas que je suis contre.


_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Voir aussi :

Contre la pensée unique - Claude Hagège
De quel amour blessée - Alain Borer
Wikipedia


France Insoumise

L'inexistence de l'écriture inclusive apparaît aussi dans l'oubli des accords : ceux qui s'imposent cette gymnastique pseudo-égalitaire pour apaiser leur hantise du sexisme, désignent eux-mêmes la débilité de la démarche.

LFI-2019.jpg


Décroissance 2019

Cette liste qui reçoit mon vote pour les élections du 26/05/2019 ne pratique pas (ouf...) l'écriture inclusive comme on le voit ci-dessous).

https://decroissance-elections.fr/comment-soutenir-notre-campagne/

Comment soutenir notre campagne ?

Que vous soyez militants, sympathisants, curieux… mais volontaires et concernés par la Décroissance, il y a plusieurs façons de soutenir notre liste dans la campagne qui se déroulera officiellement du Lundi 13 mai au Vendredi 24 mai :

Pourtant, sur ce même site, dans le menu de gauche, on trouve des occurrences inclusives. Comme je le démontre sans cet article, l'écriture inclusive est impossible. les fanatiques qui s'y adonnent doivent travailler leurs textes pour éradiquer toute trace de genre. Cela demande une attention très soutenue, et un effort intense de rédaction pour tordre la langue française, et éviter les tournures délicates. Personne, pas même les plus convaincus n'y parvient.

A l'inverse, ceux qui rejettent cette dictature de l'expression, s'y laissent parfois piéger involontairement ; car la force de la propagande qui formate nos esprits est considérable et nous y sommes soumis sans relâche.


Je suis membre des cette association : sur leur site, les auteurs ne parviennent pas, eux non plus à respecter la soi-disant "règle" qu'ils mettent un point d'honneur à vouloir appliquer. Mise en abyme de l'incohérence...

  • L’acronyme P.A.R.C. (Protection Aménagement Réappropriation Collective) met en avant le principal objet de l’association : faire valoir, dans l’aménagement du site Saint Sauveur, la préservation et le développement de la nature en ville, la sauvegarde de la biodiversité, la santé publique et la qualité de vie des habitant.es, qu’il s’agisse des riverains, des futur.es habitant.es de ce quartier ou, plus largement, à l’échelle de la ville.
  • L’association a pour objectif de lutter contre tout projet urbain susceptible d’impacter ce cadre de vie. Elle est habilitée à engager tous les recours juridiques nécessaires avec l’aide d’avocats spécialisés en droit de l’environnement.

Collectif antilinky Albi 9 mai 2019

[...] Bref, nous nous sommes bien amusé.es. Nous sommes sortis du bâtiment de notre propre chef et sans encombre avec la police. [...]  Alors ? Inclusive ou pas ? Quand on dit que c'est une idée fausse et surtout IMPOSSIBLE à mettre en œuvre, c'est en voyant que les adeptes n'y parviennent pas eux-mêmes.


Mon syndicat - 16 avril 2019

Affichage inconscient et candide de l'incohérence : l'écriture inclusive est impossible ; la genrisation du sexe est stupide.
Ses pratiquants s'y empêtrent, voulant suivre une mode qui ignore mes 32 000 heures d'enseignement des langues, entre autres....

Mode qui émane du libéralisme, ennemi de mon... syndicat...

ECRITURE-INCLUSIVE.jpg


Mairie de Lille  accompagné.e mais Seniors.    Incohérence : senior-e-s serait dans la logique des inclusifs... Mais ils ne s'agit pas logique, simplement d'un malaise dû au suivisme et à l'ignorance.

CONFERENCE-ATELIER SUR LA DEMATERIALISATION DES SERVICES PUBLICS
            
Lundi 25 mars

Déclarer ses revenus en ligne, faire ses démarches administratives en ligne, ...
Besoin de conseils, d'être accompagné.e ?

Le service P.A.S.S. Seniors vous propose une conférence-atelier sur la dématérialisation des services publics.

Lundi 25 mars 2019
De 10h à 12h
Espace seniors de Lille-Centre
97 rue Saint-Sauveur (métro Mairie de Lille)


https://eelv.fr/cf-juin-2018-linky-mauvais-outil-transition-energetique/

- "coûteux pour le consommateur mais avantageux pour ENEDIS ».  (et la consommatrice alors ?")

- "aux collectivités d’organiser des réunions d’information contradictoires en direction des usager-e-s explicitant les avantages, les inconvénients et les droits des usagers."


http://www.reseau-salariat.info/b14962c99b1cf386f8ab958ab3d970a3

Estivales 2018

par Réseau Salariat Finistère11 août 2018

Bonjour,

Cette année les Estivales de Réseau Salariat se dérouleront du samedi 11 août 18h au mercredi 15 août 14h !

Vous êtes toutes et tous les bienvenuEs au bout du monde, à la Maison du Cidre en presqu'île de Crozon (voir sur une carte), pour partager ces quelques journées de réflexion.

Pour s'inscrire, n'oubliez pas de remplir le formulaire du mail du 22 février envoyés à toutEs les adhérentEs.

https://frama.link/JojHywLj

A bientôt,

Le groupe Finistère de Réseau Salariat
Voici quelques envies du groupe finistérien :
Des rencontres avec des acteurs/lutteurs locaux  (acteur-trices/lutteurs-teuses ?)


Autre remarquable exemple de l'inconscience linguistique de ceux qui croient promouvoir l'égalité des sexes en bricolant le genre en toute incohérence.
Et qui se faisant, discriminent la femme, et confondent sexe et genre, selon l'injonction du système même qu'ils combattent.

Fédération des Retraités de la Fonction Publique  16/02/2018

François Thiéry-Cherrier, (CGT)

Monsieur le Premier Ministre,

Depuis l’annonce de l’augmentation de la CSG, les retraité·e·s n’ont de cesse de dire leur colère. Lors de la journée d’action du 28 septembre jamais les retraité·e·s n’ont été si nombreux à manifester. Sur les réseaux sociaux, plus d’un demi-million de personnes ont signé la pétition contre la hausse de la CSG. Des dizaines de milliers ont signé « la carte de vœux » au Président de la République.

Depuis 2014 nous ne cessons de dénoncer la perte de pouvoir d’achat des retraités.

Particulièrement depuis l’arrivée du Président de la République et l’élection des députés, les personnes retraitées ont le sentiment d’être les mal aimés de la République. Ils ont entendu des propos les traitant de nantis, d’enfants gâtés, de « privilégiés », de fainéants en cherchant à les mettre en opposition à l’égard des jeunes et des « actifs ».

Comment oser dire que les retraité·e·s sont des ingrats ne se souciant pas de la situation des jeunes, comme si la politique actuellement poursuivie, comme celle des précédents gouvernements, n’était pas elle-même génératrice du chômage de masse dont sont victimes nos enfants et nos petits-enfants, de baisse de pouvoir d’achat des salariés. Le pouvoir d’achat des retraité·e·s est bloqué depuis trop longtemps et vous nous annoncez une année blanche pour 2018. Les régimes complémentaires sont aussi bloqués.

[...]

Le plan santé ne nous rassure pas. Dès maintenant nous constatons les mesures d’austérité sur le budget de la santé. En ville, comme à la campagne, les personnes âgées souffrent du manque de médecins. Les dépassements d’honoraires pèsent lourd sur les capacités de se soigner. Aucune mesure concrète face aux déserts médicaux. De plus en plus de retraité.e.s n’ont plus les moyens de se payer une mutuelle. L’augmentation de 2 € du forfait hospitalier, à la charge des mutuelles et des assurances complémentaires, se répercutera directement sur les assurés sociaux qui verront leur cotisation augmenter.

Face à la mobilisation des personnels des EHPAD, des familles comme des retraité·e·s, vous annoncez une rallonge de quelques millions d’euros alors qu’au même moment, nous apprenons que le budget de la défense augmente de 5,6 %, à 34,4 milliards d’euros !

Monsieur le Premier Ministre, les retraité·e·s seront mobilisés ce 15 mars contre l’augmentation de la CSG, pour l’augmentation de leurs pensions.  Avec la baisse du pouvoir d’achat et même de la pension de l’ensemble des retraité·e·s la vie devient de plus en plus difficile.

Ces millions de personnes retraité es entendent dire à longueur de médias que la croissance repart au moment où leurs conditions de vie se dégradent.

A la fin de notre manifestation, ce 15 mars nous aimerions pouvoir vous rencontrer afin de vous faire part de ce qu’ont exprimé les retraités, connaitre ce que vous voulez faire pour celles et ceux qui pendant des décennies ont contribué au développement du pays et qui se sentent méprisés.

[...]

L'impossible écriture inclusive - par JulienConstant le 21/04/2019 15:43 

L'impossible écriture (capitaliste) inclusive : la mise en abyme de l'incohérence...

Je m'adresse à tous, refusant de suivre cette mode débile imposée par le système capitaliste lui-même, et que croient combattre les "progressistes" du toussétoutes, cellezéceux et autres idioties. Notons quand même que malgré le rabâchage que nous imposent les animateurs-politiciens-journalistes-artistes radio-télé, et les soi-disant anti-capitalistes de toutes obédiences, cette pathologie linguistique ne gagne pas la presse, les romans, bref l'essentiel de l'écrit et de l'oral.

Parce que c'est impossible, physiquement.

Aucun de ses suiveurs de mode, des deux sexes donc, (puisqu'il n'y a que des chromoshommes et des chromosfemmes), adeptes inconscients du politiquement correct, depuis le malvoyantisme jusqu'au en-situation-de-handicapisme,  (ces laquais innocents de la dictature du néo-libéralisme) ne se posent de questions. Ça ne les gêne pas de ne pouvoir lire à voix haute leur charabia et de s'escrimer à appliquer une "règle" en débat récurrent. Cette jungle de pseudo-solutions à un faux problème se heurte pourtant tout simplement à ... son impossibilité.
 

A moins de faire comme l'auteur de "La Disparition" : travailler le texte pour n'utiliser que des mots épicènes ; ce qui ne fait que confirmer l'impossibilité.

La parole est en effet un caractère naturel de l'homme ; exactement comme la respiration.  On parle en effet littéralement comme on respire ; et on inspire... tous les polluants dans lesquels on baigne.
Pourtant, nous avons beau respirer naturellement sans y penser, nous ne sommes pas pour autant pneumologues !

Et bien que nous parlions naturellement, nous ne sommes pas pour autant linguistes. Or qui sont les prescripteurs aujourd'hui ?  Tout le monde, (et surtout les gens de "gauche", sauf les... spécialistes, dont l'avis n'est guère sollicité, ou considéré comme archaïque). Pourtant les linguistes, eux savent, puisqu'ils étudient la langue et l'histoire de la langue à longueur de vie. Et ceux qui lisent et écoutent se rendent bien compte de la réalité... exclusivement non inclusive.

Alain Borer (De quel amour blessée) démontre magistralement le caractère imbécile (et contreproductif, car il ne suffit pas de massacrer "le mâle" dans la langue pour qu'advienne la justice, ça se saurait non ?) de ce communautarisme linguistique en évoquant l'essence du français : le parlécrit. Plus que dans toute autre langue, en français, l'oral et l'écrit sont intimement liés.

Professeur de français et d'anglais, étudiant permanent en langues, je me bornerai essentiellement à coller ici les preuves de l'impossibilité de l'écriture inclusive, preuves fournies par ses adeptes eux-mêmes dans presque tous leurs écrits. L'application de ce fantasme égalitaire les oblige à éradiquer toute trace de ce que leur ignorance de la langue française leur fait prendre comme de la domination masculine, alors qu'il s'agit d'un neutre. Pendant ce temps, la femme reste victime de toutes les abominations que l'on sait.

Nous savons tous respirer ; cela de fait pas de nous des pneumologues.
Nous savons tous parler ; cela ne fait pas de nous des linguistes.

Les inclusifs sont des hommes et des femmes. Non seulement leurs "règles" varient suivant les groupes "d'adeptes", mais surtout, des occurrences à féminiser selon ces barbarismes grammaticaux leur échappent presque toujours, dénonçant, à leur aveuglante insu, le caractère fantasmatique de leur vision déplacée de l'égalité homme-femme, et de l'ignorance absolue de l'histoire des langues, de la notion de genre, grammaticale et non biologique, et des contraintes linguistiques physiques, logiques, et objectives qui limitent cette notion.

Et inconscients aussi de la manipulation politique qu'ils subissent de la part des transhumanistes (promoteurs de la confusion juteuse mais grotesque entre genre et sexe, qui aboutit à la destruction de la notion de sexe alors que nous sommes tous issus d'un homme et d'une femme, et que c'est déjà assez compliqué comme ça...).

Enfin, participer à cette entreprise d'atomisation de la langue, c'est l'affaiblir, en dévaluant encore davantage les régularités du français (les "règles" de grammaire), et donc rendre encore plus délicate notre capacité à... communiquer.

Sans même prendre la peine de raisonner donc, il suffit de constater et de mettre en rouge leurs incohérences, ou de montrer leurs oublis...

Remarques :
1. Aucune femme ne se plaint du sexisme d'une personne qui refuse la féminisation abusive.
2. Personne ne réagit quand on entend ou lit : "Bonjour à tous !" et aucune femme ne sort, même quand on évoque les Droits de l'Homme ! Alors que nous vivons sous la dictature des ignorants qui, sur les forums, tentent de cacher leur paresse sous la hargne avec des mots comme "haine, racisme, aigreur, etc.", illustrant surtout leur posture suiviste, nombreux sont ceux qui tiennent à leur liberté et qui savent où elle se vit et se défend...
3. Oui, l'agacement provoqué par ces violences perpétrées sans répit contre la langue se transforme en colère et ces crimes contre la pensée, qui semble se recroqueviller à l'extrême bien souvent.

Quelques avis de spécialistes

L'Académie française détaille patiemment l'histoire, les tenants et les aboutissants de la question : malheureusement les grands médias confondent, avec la fierté des "innovants", la libre expression avec l'excrétion verbale, et leurs vraies informations défèquent niouzes sur niouzes... http://www.academie-francaise.fr/search/node/f%C3%A9minisation

Académie française  10/10/2014 - extrait : elle rejette un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes.

Simone Veil 2010  : [...] sans donner dans le travers qui consiste à faire semblant de croire que la féminisation des mots est un accélérateur de parité. [...]

Michel Serres 2018 : [...] Un des arguments affichés pour que le masculin l’emporte sur le féminin, est que le masculin joue le rôle du neutre, absent de la langue française. Aucun traité de linguistique ni de grammaire ne relate cette absurdité, car il existe, chez nous, des mots dits « épicènes »[...]

Alain Rey [...] L'écriture inclusive va-t-elle mourir d'elle-même?

Elle est une surréaction, certes compréhensive idéologiquement et moralement, mais à côté de la plaque. Elle est inutile, ne serait-ce que parce qu'elle ne peut pas se représenter à l'oral. Un texte en écriture inclusive ne peut pas se parler. C'est donc une complication ridicule et inutile sur un système qui est déjà, pour des raisons historiques, terriblement compliqué. Cette écriture méconnaît la réalité des choses.
On ne va pas aller saccager 1000 ans d'histoire au nom de quelques années de réflexion idéologique par un usage imposé par une toute petite minorité ! Ça ne marchera pas. Mais je ne dis pas que je suis contre.


_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Voir aussi :

Contre la pensée unique - Claude Hagège
De quel amour blessée - Alain Borer
Wikipedia


France Insoumise

L'inexistence de l'écriture inclusive apparaît aussi dans l'oubli des accords : ceux qui s'imposent cette gymnastique pseudo-égalitaire pour apaiser leur hantise du sexisme, désignent eux-mêmes la débilité de la démarche.

LFI-2019.jpg


Décroissance 2019

Cette liste qui reçoit mon vote pour les élections du 26/05/2019 ne pratique pas (ouf...) l'écriture inclusive comme on le voit ci-dessous).

https://decroissance-elections.fr/comment-soutenir-notre-campagne/

Comment soutenir notre campagne ?

Que vous soyez militants, sympathisants, curieux… mais volontaires et concernés par la Décroissance, il y a plusieurs façons de soutenir notre liste dans la campagne qui se déroulera officiellement du Lundi 13 mai au Vendredi 24 mai :

Pourtant, sur ce même site, dans le menu de gauche, on trouve des occurrences inclusives. Comme je le démontre sans cet article, l'écriture inclusive est impossible. les fanatiques qui s'y adonnent doivent travailler leurs textes pour éradiquer toute trace de genre. Cela demande une attention très soutenue, et un effort intense de rédaction pour tordre la langue française, et éviter les tournures délicates. Personne, pas même les plus convaincus n'y parvient.

A l'inverse, ceux qui rejettent cette dictature de l'expression, s'y laissent parfois piéger involontairement ; car la force de la propagande qui formate nos esprits est considérable et nous y sommes soumis sans relâche.


Je suis membre des cette association : sur leur site, les auteurs ne parviennent pas, eux non plus à respecter la soi-disant "règle" qu'ils mettent un point d'honneur à vouloir appliquer. Mise en abyme de l'incohérence...

  • L’acronyme P.A.R.C. (Protection Aménagement Réappropriation Collective) met en avant le principal objet de l’association : faire valoir, dans l’aménagement du site Saint Sauveur, la préservation et le développement de la nature en ville, la sauvegarde de la biodiversité, la santé publique et la qualité de vie des habitant.es, qu’il s’agisse des riverains, des futur.es habitant.es de ce quartier ou, plus largement, à l’échelle de la ville.
  • L’association a pour objectif de lutter contre tout projet urbain susceptible d’impacter ce cadre de vie. Elle est habilitée à engager tous les recours juridiques nécessaires avec l’aide d’avocats spécialisés en droit de l’environnement.

Collectif antilinky Albi 9 mai 2019

[...] Bref, nous nous sommes bien amusé.es. Nous sommes sortis du bâtiment de notre propre chef et sans encombre avec la police. [...]  Alors ? Inclusive ou pas ? Quand on dit que c'est une idée fausse et surtout IMPOSSIBLE à mettre en œuvre, c'est en voyant que les adeptes n'y parviennent pas eux-mêmes.


Mon syndicat - 16 avril 2019

Affichage inconscient et candide de l'incohérence : l'écriture inclusive est impossible ; la genrisation du sexe est stupide.
Ses pratiquants s'y empêtrent, voulant suivre une mode qui ignore mes 32 000 heures d'enseignement des langues, entre autres....

Mode qui émane du libéralisme, ennemi de mon... syndicat...

ECRITURE-INCLUSIVE.jpg


Mairie de Lille  accompagné.e mais Seniors.    Incohérence : senior-e-s serait dans la logique des inclusifs... Mais ils ne s'agit pas logique, simplement d'un malaise dû au suivisme et à l'ignorance.

CONFERENCE-ATELIER SUR LA DEMATERIALISATION DES SERVICES PUBLICS
            
Lundi 25 mars

Déclarer ses revenus en ligne, faire ses démarches administratives en ligne, ...
Besoin de conseils, d'être accompagné.e ?

Le service P.A.S.S. Seniors vous propose une conférence-atelier sur la dématérialisation des services publics.

Lundi 25 mars 2019
De 10h à 12h
Espace seniors de Lille-Centre
97 rue Saint-Sauveur (métro Mairie de Lille)


https://eelv.fr/cf-juin-2018-linky-mauvais-outil-transition-energetique/

- "coûteux pour le consommateur mais avantageux pour ENEDIS ».  (et la consommatrice alors ?")

- "aux collectivités d’organiser des réunions d’information contradictoires en direction des usager-e-s explicitant les avantages, les inconvénients et les droits des usagers."


http://www.reseau-salariat.info/b14962c99b1cf386f8ab958ab3d970a3

Estivales 2018

par Réseau Salariat Finistère11 août 2018

Bonjour,

Cette année les Estivales de Réseau Salariat se dérouleront du samedi 11 août 18h au mercredi 15 août 14h !

Vous êtes toutes et tous les bienvenuEs au bout du monde, à la Maison du Cidre en presqu'île de Crozon (voir sur une carte), pour partager ces quelques journées de réflexion.

Pour s'inscrire, n'oubliez pas de remplir le formulaire du mail du 22 février envoyés à toutEs les adhérentEs.

https://frama.link/JojHywLj

A bientôt,

Le groupe Finistère de Réseau Salariat
Voici quelques envies du groupe finistérien :
Des rencontres avec des acteurs/lutteurs locaux  (acteur-trices/lutteurs-teuses ?)


Autre remarquable exemple de l'inconscience linguistique de ceux qui croient promouvoir l'égalité des sexes en bricolant le genre en toute incohérence.
Et qui se faisant, discriminent la femme, et confondent sexe et genre, selon l'injonction du système même qu'ils combattent.

Fédération des Retraités de la Fonction Publique  16/02/2018

François Thiéry-Cherrier, (CGT)

Monsieur le Premier Ministre,

Depuis l’annonce de l’augmentation de la CSG, les retraité·e·s n’ont de cesse de dire leur colère. Lors de la journée d’action du 28 septembre jamais les retraité·e·s n’ont été si nombreux à manifester. Sur les réseaux sociaux, plus d’un demi-million de personnes ont signé la pétition contre la hausse de la CSG. Des dizaines de milliers ont signé « la carte de vœux » au Président de la République.

Depuis 2014 nous ne cessons de dénoncer la perte de pouvoir d’achat des retraités.

Particulièrement depuis l’arrivée du Président de la République et l’élection des députés, les personnes retraitées ont le sentiment d’être les mal aimés de la République. Ils ont entendu des propos les traitant de nantis, d’enfants gâtés, de « privilégiés », de fainéants en cherchant à les mettre en opposition à l’égard des jeunes et des « actifs ».

Comment oser dire que les retraité·e·s sont des ingrats ne se souciant pas de la situation des jeunes, comme si la politique actuellement poursuivie, comme celle des précédents gouvernements, n’était pas elle-même génératrice du chômage de masse dont sont victimes nos enfants et nos petits-enfants, de baisse de pouvoir d’achat des salariés. Le pouvoir d’achat des retraité·e·s est bloqué depuis trop longtemps et vous nous annoncez une année blanche pour 2018. Les régimes complémentaires sont aussi bloqués.

[...]

Le plan santé ne nous rassure pas. Dès maintenant nous constatons les mesures d’austérité sur le budget de la santé. En ville, comme à la campagne, les personnes âgées souffrent du manque de médecins. Les dépassements d’honoraires pèsent lourd sur les capacités de se soigner. Aucune mesure concrète face aux déserts médicaux. De plus en plus de retraité.e.s n’ont plus les moyens de se payer une mutuelle. L’augmentation de 2 € du forfait hospitalier, à la charge des mutuelles et des assurances complémentaires, se répercutera directement sur les assurés sociaux qui verront leur cotisation augmenter.

Face à la mobilisation des personnels des EHPAD, des familles comme des retraité·e·s, vous annoncez une rallonge de quelques millions d’euros alors qu’au même moment, nous apprenons que le budget de la défense augmente de 5,6 %, à 34,4 milliards d’euros !

Monsieur le Premier Ministre, les retraité·e·s seront mobilisés ce 15 mars contre l’augmentation de la CSG, pour l’augmentation de leurs pensions.  Avec la baisse du pouvoir d’achat et même de la pension de l’ensemble des retraité·e·s la vie devient de plus en plus difficile.

Ces millions de personnes retraité es entendent dire à longueur de médias que la croissance repart au moment où leurs conditions de vie se dégradent.

A la fin de notre manifestation, ce 15 mars nous aimerions pouvoir vous rencontrer afin de vous faire part de ce qu’ont exprimé les retraités, connaitre ce que vous voulez faire pour celles et ceux qui pendant des décennies ont contribué au développement du pays et qui se sentent méprisés.

[...]

(21/04/2019 15:43)

Gorgeous beers, shameful names - par JulienConstant le 06/04/2019 14:50 

Gorgeous beers, shameful names

Black Mamba

Hoppy Dark AleBlack_Mamba.jpg

à contact chez singe-savant.com


Hi all,

Découvrant votre amour de l'Américain (comme c'est original !) en buvant votre bière aux Jardins des Plantes de Lille lors de la manifestation Lille aux Jardins, je vous écris en anglais, langue que j'adore, quand elle n'est pas transformée en un polluant mortifère.
Je ne mélange jamais la Murphy's et la Slack ; pourquoi mélanger mes deux langues maternelles ?

Vous saurez ainsi que les défenseurs de la langue française ne sont pas nécessairement des détesteurs de l'anglais, comme l'entend toujours ; ce sont parfois des anglophones et même des anglophiles authentiques.
Ce mélange d'anglo-américain nauséabond dans lequel se meurt le français, si opposé aux délices de vos bières, ne respire que l'esclavage ambiant, essentiellement véhiculé par la publicité, commerciale ou politique. Quand la tolérance devient de la complaisance, c'est de la soumission.


So here we go:
I've just been enjoying your very nice brews in le Jardin des Plantes of for the Event "Lille aux Jardins". And on the spur of the moment I bought your excellent Black Mamba Hoppy Dark Ale (which name I thought was original, but looks rather overused instead... e.g. here)

I was born in Lille in 1953, and have been living here since then. I am a retired  teacher of English and French; you will of course understand that I could write this email in French, or even in Chti, but what's the point?

Since you don't seem to feel like naming your beers with French names, or even better straightforward Chti names, it remains unclear to me that you could still pride yourself on your mother tongue, or just carry on with the flock following the slavish fashion of Englobish and American names everywhere!

Still it appears than the Marshall Plan is still alive. But most buyers do not understand your American labels. Are you telling me that if beer label is in English, beer will be good, whereas in French it might prove to be foul?

Why can't you just relish in the accomplishment of freedom by using your mother tongue instead of this bloody fucking American we are forced to bathe in all the time?

Your beers doubtless show genuine characters and tastes, so why not just beam of pride in French?

Please, do think about it!



Non, le Singe Savant ce n'est pas de la petite bière !

Singe-Savant.jpg


Le mer. 8 mai 2019 à 11:01, Guillaume Libersat a écrit :

    Merci pour ton message, nous sommes toujours heureux d'avoir du retour sur nos produits.

Je suis bien content que tu me répondes. Je t'avais sous-estimé et je te dois une chope !

    Oui, nous sommes entre deux eaux : tiraillés entre le côté "catchy" de la langue anglaise et l'élégance de notre langue maternelle. Tu remarqueras donc que nos produits portent des noms, certes en partie anglais, mais aussi français : TAZ, Papayou, Granivore... et une petite touche d'espagnol : Papa mexico.
    Le choix du nom de la brasserie a volontairement été choisi en français car nous ne voulions pas rentrer dans la vague des brasseries aux sonorités trop anglophones. Bref, tout ceci pour te dire que nous avons conscience de ce que tu nous relates et nous cherchons un équilibre dans tout ceci ; mais sans pourtant autant considérer que le mélange soit "nauséabond" pour reprendre tes termes mais plutôt amusant et aidant aussi à gommer les frontières.

 
Merci pour ces précisions ; je vais goûter toute votre production.

En fait la langue anglaise, que j'aime puisque je suis parfaitement bilingue, n'est pas plus catchy qu'une autre ; certes, son accentuation globalement binaire la rend très compatible avec nos musiques préférées, binaires elles-aussi le plus souvent.  Mais ce qui la rend accrocheuse, ce n'est que le lavage de cerveau que j'ai commencé à subir... à ma naissance... en 1953... D'où la difficulté de retrouver les mots français qui s'effacent en mémoire passive, et l'appauvrissement considérable, constaté et patent.

Sur mon site chimpanzedupresent.fr, je note mes observations, notamment au sujet de la langue, sur ce monde où la liberté ressemble beaucoup à du panurgisme et oùle clonage mental ne semble pas près de régresser.
32000 heures à enseigner le français et l'anglais, et ensuite une plongée dans la linguistique, ça construit un regard pénétrant sur les langues et révèle des choses impossibles à deviner pour les profanes. Même nos élites relaient le formatage linguistique à leur insu.  Membre de l'AFRAV, la défense de la plus belle langue du monde m'importe.

Oui, c'est nauséabond ; d'abord parce que ce n'est souvent pas de l'anglais - Mes amis anglais rigolent de nos pubs !  Et parce que l'idée c'est bien de créer délibérément, politiquement, l'association entre Progrès et anglo-américain. Et de nous faire aimer notre servitude, dont nous devenons les meilleurs défenseurs...

La suite du plan Marshall que nous vivons actuellement n'est pas la seule menace de destruction de langue. La France se débrouille très bien toute seule pour réduire notre capacité de communiquer en français ; ce sont les écrivains africains qui le disent, entre autres !
Oui, le contrôle des populations par l'invasion linguistique est un programme politique affiché clairement après la seconde guerre (Claude Hagège, Contre la pensée unique) et mis en œuvre implacablement avec efficacité (transformer le monde en un débouché économique total)
Un livre plus facile parce que plutôt drôle est sorti récemment : Alain Borer De quelle amour blessée.

Anyway, I do appreciate your smart and well thought of position on the language choice matter.

Cheers!


    Nous sommes par ailleurs heureux que nos produits te plaisent :)

    Bonne journée & à bientôt,

    Guillaume,
    pour le Singe

Gorgeous beers, shameful names - par JulienConstant le 06/04/2019 14:50 

Gorgeous beers, shameful names

Black Mamba

Hoppy Dark AleBlack_Mamba.jpg

à contact chez singe-savant.com


Hi all,

Découvrant votre amour de l'Américain (comme c'est original !) en buvant votre bière aux Jardins des Plantes de Lille lors de la manifestation Lille aux Jardins, je vous écris en anglais, langue que j'adore, quand elle n'est pas transformée en un polluant mortifère.
Je ne mélange jamais la Murphy's et la Slack ; pourquoi mélanger mes deux langues maternelles ?

Vous saurez ainsi que les défenseurs de la langue française ne sont pas nécessairement des détesteurs de l'anglais, comme l'entend toujours ; ce sont parfois des anglophones et même des anglophiles authentiques.
Ce mélange d'anglo-américain nauséabond dans lequel se meurt le français, si opposé aux délices de vos bières, ne respire que l'esclavage ambiant, essentiellement véhiculé par la publicité, commerciale ou politique. Quand la tolérance devient de la complaisance, c'est de la soumission.


So here we go:
I've just been enjoying your very nice brews in le Jardin des Plantes of for the Event "Lille aux Jardins". And on the spur of the moment I bought your excellent Black Mamba Hoppy Dark Ale (which name I thought was original, but looks rather overused instead... e.g. here)

I was born in Lille in 1953, and have been living here since then. I am a retired  teacher of English and French; you will of course understand that I could write this email in French, or even in Chti, but what's the point?

Since you don't seem to feel like naming your beers with French names, or even better straightforward Chti names, it remains unclear to me that you could still pride yourself on your mother tongue, or just carry on with the flock following the slavish fashion of Englobish and American names everywhere!

Still it appears than the Marshall Plan is still alive. But most buyers do not understand your American labels. Are you telling me that if beer label is in English, beer will be good, whereas in French it might prove to be foul?

Why can't you just relish in the accomplishment of freedom by using your mother tongue instead of this bloody fucking American we are forced to bathe in all the time?

Your beers doubtless show genuine characters and tastes, so why not just beam of pride in French?

Please, do think about it!



Non, le Singe Savant ce n'est pas de la petite bière !

Singe-Savant.jpg


Le mer. 8 mai 2019 à 11:01, Guillaume Libersat a écrit :

    Merci pour ton message, nous sommes toujours heureux d'avoir du retour sur nos produits.

Je suis bien content que tu me répondes. Je t'avais sous-estimé et je te dois une chope !

    Oui, nous sommes entre deux eaux : tiraillés entre le côté "catchy" de la langue anglaise et l'élégance de notre langue maternelle. Tu remarqueras donc que nos produits portent des noms, certes en partie anglais, mais aussi français : TAZ, Papayou, Granivore... et une petite touche d'espagnol : Papa mexico.
    Le choix du nom de la brasserie a volontairement été choisi en français car nous ne voulions pas rentrer dans la vague des brasseries aux sonorités trop anglophones. Bref, tout ceci pour te dire que nous avons conscience de ce que tu nous relates et nous cherchons un équilibre dans tout ceci ; mais sans pourtant autant considérer que le mélange soit "nauséabond" pour reprendre tes termes mais plutôt amusant et aidant aussi à gommer les frontières.

 
Merci pour ces précisions ; je vais goûter toute votre production.

En fait la langue anglaise, que j'aime puisque je suis parfaitement bilingue, n'est pas plus catchy qu'une autre ; certes, son accentuation globalement binaire la rend très compatible avec nos musiques préférées, binaires elles-aussi le plus souvent.  Mais ce qui la rend accrocheuse, ce n'est que le lavage de cerveau que j'ai commencé à subir... à ma naissance... en 1953... D'où la difficulté de retrouver les mots français qui s'effacent en mémoire passive, et l'appauvrissement considérable, constaté et patent.

Sur mon site chimpanzedupresent.fr, je note mes observations, notamment au sujet de la langue, sur ce monde où la liberté ressemble beaucoup à du panurgisme et oùle clonage mental ne semble pas près de régresser.
32000 heures à enseigner le français et l'anglais, et ensuite une plongée dans la linguistique, ça construit un regard pénétrant sur les langues et révèle des choses impossibles à deviner pour les profanes. Même nos élites relaient le formatage linguistique à leur insu.  Membre de l'AFRAV, la défense de la plus belle langue du monde m'importe.

Oui, c'est nauséabond ; d'abord parce que ce n'est souvent pas de l'anglais - Mes amis anglais rigolent de nos pubs !  Et parce que l'idée c'est bien de créer délibérément, politiquement, l'association entre Progrès et anglo-américain. Et de nous faire aimer notre servitude, dont nous devenons les meilleurs défenseurs...

La suite du plan Marshall que nous vivons actuellement n'est pas la seule menace de destruction de langue. La France se débrouille très bien toute seule pour réduire notre capacité de communiquer en français ; ce sont les écrivains africains qui le disent, entre autres !
Oui, le contrôle des populations par l'invasion linguistique est un programme politique affiché clairement après la seconde guerre (Claude Hagège, Contre la pensée unique) et mis en œuvre implacablement avec efficacité (transformer le monde en un débouché économique total)
Un livre plus facile parce que plutôt drôle est sorti récemment : Alain Borer De quelle amour blessée.

Anyway, I do appreciate your smart and well thought of position on the language choice matter.

Cheers!


    Nous sommes par ailleurs heureux que nos produits te plaisent :)

    Bonne journée & à bientôt,

    Guillaume,
    pour le Singe

(06/04/2019 14:50)

23/03/2020 15:44